Recherche > Revue de presse > Une intervention de type cognitivo-comportementale Web-Based comme prévention des idéations suicidaires chez les internes en médecine - Essai clinique randomisé

Une intervention de type cognitivo-comportementale Web-Based comme prévention des idéations suicidaires chez les internes en médecine - Essai clinique randomisé


web based CBT 1

Introduction:

Les médecins sont à risque suicidaire plus élevé par rapport à la population générale. 300 à 400 médecins meurent par suicide chaque année, ce qui revient à 1 médecin chaque jour! Une revue des études prospectives menées entre 1982 et 2002 démontre des taux élevés d'idéations suicidaires chez les médecins au cours de leur première année de résidanat ou d'internat. Cependant, très rares ceux qui cherchent une prise en charge en raison du manque de temps, la préférence de gérer leur problèmes de leur propre chef, le manque d'accès facile aux soins, et les préoccupations concernant la confidentialité. Pour réduire le taux d’idéations suicidaires chez cette population, des interventions qui permettent de surmonter ces obstacles sont nécessaires. Une approche prometteuse est l'utilisation d'outils Web-Based.

A ce jour, 5 essais cliniques randomisés ont démontré une réduction des pensées suicidaires chez les individus adultes dans la population générale en utilisant des programmes de thérapie cognitivo-comportementale Web-Based (wTCC). Cette étude vise à déterminer la faisabilité, l'acceptabilité et l'efficacité de celle-ci pour la réduction des pensées suicidaires chez les internes en médecine.

Méthodes :

Les auteurs ont envoyé des email à 352 internes 3 mois avant le début de leur stage pour les inviter à participer à cette étude. 199 ont répondu favorablement et ont rempli un questionnaire qui comprenait des caractéristiques démographiques (sexe, âge, et la race / ethnicité); la spécialité médicale; des symptômes dépressifs éventuels; une possible névrose et l'environnement familial à l’enfance. Deux mois avant de commencer leur stage, les participants ont été répartis de façon randomisée à un groupe wTCC et un groupe contrôle (ACG : Attention Control Group).

Les données ont été recueillies au moyen d'un site web sécurisé conçu pour préserver la confidentialité, les participants étant identifiés seulement par un numéro non-décodable.

L'idéation suicidaire a été évaluée 3 mois avant le début du stage et à 3, 6, 9, et 12 mois du stage. L'idéation suicidaire a été mesurée à l'aide de l’item 9 du PHQ-9. Tous les participants ont reçu des informations sur les symptômes de la dépression et ont été encouragés à chercher une prise en charge si nécessaire.

Le programme de wTCC, MoodGYM (http://moodgym.anu.edu.au), consiste à 4 séances hebdomadaires et interactives sur Internet d’une durée d'environ 30 minutes chacune. Les participants affectés à l'intervention ont été adressés par courrier électronique chaque semaine pendant 4 semaines sur le site d'intervention pour compléter un module wTCC. Ils ont été invités par courrier à revenir sur le site pour examiner le module de leur choix au mois 2, 5, 8 et 11 de l'année de stage.

Le groupe control a reçu 4 emails hebdomadaires qui comprenaient des informations sur la prévalence de la dépression et du suicide chez les médecins. Des évaluations trimestrielles ultérieures de la dépression et des idées suicidaires ont été réalisées au moins 6 semaines après toutes les activités liées à l’ACG, la wTCC ou à un contact électronique.

Résultats:

88% des participants du groupe wTCC ont terminé au moins 1 module.

Il n'y avait pas de différences significatives quant aux caractéristiques démographiques (âge, sexe et la race/ethnicité), spécialité, université, caractéristiques cliniques ... pouvant être associée à la dépression ou aux idées suicidaires chez les internes.

Il n'y avait pas de différences significatives dans le recours à une prise en charge de type santé mentale ou à la prise de médicaments psychotropes.

12% des stagiaires du groupe wTCC ont rapporté des idées suicidaires lors d’au moins 1 évaluation de suivi par rapport à 21,2% des stagiaires dans le groupe ACG.

Les internes du groupe wTCC ont rapporté 60% de moins d’idées suicidaires que le groupe ACG au cours de l'année de stage.

Discussion:

L'acceptabilité démontrée dans cette étude devrait encourager le développement et la mise en œuvre d'autres interventions préventives du genre.

Cet essai randomisé de prévention a démontré qu'un programme wTCC était significativement associé à une réduction des idéations suicidaires.

Il y a nombre d'aspects positifs de ce programme de prévention qui favorisent sa généralisation et sa mise en œuvre: Il est gratuit pour le public et accessible à toute personne ayant un accès Internet, toutes les interactions avec les participants se sont produites via un système de messagerie automatisée, il a permis aux internes de finir une grande partie du programme avant le début de l’année de stage lorsqu’ils étaient plus disponibles, et finalement les internes ont été favorables à prendre part à ce genre d'interventions.

L'interprétation de ces données est limitée par plusieurs considérations : l'idéation suicidaire a été évaluée à travers un questionnaire d'auto-évaluation plutôt qu’une entrevue diagnostique, cette étude a évalué l'idéation suicidaire et non le suicide ou les comportements suicidaires, le nombre des stagiaires rapportant des idéations suicidaires est petit et enfin cette étude a été menée sur deux sites universitaires ce qui veut dire que les résultats peuvent ne pas se généraliser à d'autres institutions universitaires ou hospitalières.

Des recherches complémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes par lesquels la wTCC permet réduit l'idéation suicidaire.

Dr Benbrahim Mohammed

Hôpital psychiatrique Ibn Al-Hassan

CHU Hassan II – Fès

Le 28/11/2015

 


Affichage Affichages : 352

Recherche