Recherche > Revue de presse > Traitement par Lithium à faibles doses dans le trouble bipolaire : Un essai d'efficacité comparatif randomisé de traitement personnalisé optimisé avec et sans Lithium.

Traitement par Lithium à faibles doses dans le trouble bipolaire : Un essai d'efficacité comparatif randomisé de traitement personnalisé optimisé avec et sans Lithium.


Lithium-low-doses-Tb-Bipol-1

Bien que la règle actuellement en matière du trouble bipolaire est l'association médicamenteuse ; l'association du Lithium avec les autres molécules stabilisatrices de l'humeur n'a pas été suffisamment étudiée. Et devant la difficulté de maintenir un traitement à base de lithium au long cours avec des doses importantes ; les auteurs de ce travail ont étudié l'efficacité d'une association de faibles doses de lithium avec d'autres traitements thymorégulateurs, et ce compte tenu de l'effet  neuroprotecteur du lithium même à des petites doses, et de son effet synergique avec les autres médicaments.

L'objectif premier de l'étude était donc de  comparer l'efficacité de traitements médicamenteux personnalisés et flexibles (OPT) avec ou sans faibles et tolérables doses de lithium.

Les auteurs ont procède à une étude comparative qui a porté sur 283 patients bipolaires type I ou II, séparés en deux groupes, les patients on été mis au hasard soit sous un traitement optimisé personnalisé OPT a partir des preuves de la littérature et des guidelines ; soit sous OPT et faibles doses de lithium. Les patients ont été suivis sur 6 mois. Les malades au moment du recrutement devaient être symptomatiques et un changement de traitement devait être justifié.

La posologie du lithium a été fixée à 600 mg/jour pendant les 2 premiers mois de l'étude pour permettre une période d'évaluation, au cours de laquelle tous les participants ont reçu de faibles doses.

L'évaluation s'est basée d'une part sur le score CGI-BP-S ; d'autres part sur les éléments cliniques nécessitant un ajustement thérapeutique. Des analyses secondaires ont inclus (MADRS, le YMRS, Beck, et les dosages de lithiémie).

Les auteurs ont retrouvé une majorité de patients atteints d'un TBP type I , et le reste de type II , avec 40 % d'antécédents de TS.

La rétention dans l'étude était de 84%, sans différence entre les groupes. Cependant, alors que 21% du groupe lithium-plus-OPT ont interrompu prématurément le lithium, alors que seulement 2% du groupe OPT-seul ont cessé le traitement.

Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre les groupes dans la proportion de patients chez a été constaté une rémission maintenue durant la période d'essai (26,5% au total). De même, les deux groupes ont obtenu des résultats similaires dans les mesures cliniques, y compris les symptômes dépressifs et symptômes maniaques. Le Scores MADRS a diminué de 8,53 points (écart-type = 12,95), avec 8,20 points (SD = 12.29) pour le groupe lithium-plus-OPT et 8,84 points (écart-type = 13,59) pour le groupe OPT seul. Le Scores YMRS ont diminué d'une moyenne de 6,06 points (écart-type = 9,31), avec 6,35 points de (SD = 10.09) pour le groupe lithium-plus-OPT et 5,79 points (écart-type = 8,45) pour le groupe OPT seul.

On note, néanmoins que les patients dans le groupe lithium-plus-OPT ont reçu moins d'antipsychotiques de seconde génération par rapport aux patients dans le groupe OPT-seul (48,3% contre  62,5%).

Pas de différence également dans le score d'idéations suicidaires entre les deux groupes. Enfin, les incidents graves, y compris des comportements suicidaires ou l'hospitalisation en raison de risque de suicide étaient similaires entre les deux groupes.

En définitive, le lithium plus OPT ne confère aucun avantage clinique par rapport au  groupe OPT seul. Toutefois le lithium-plus-OPT permettait souvent et de façon significative d'éviter l'association des antipsychotiques atypiques.

Le dosage moyen de lithium était de 0,6 mEq par litre. Une dose basse par rapport à la fourchette thérapeutique. A noter que des analyses complémentaires ne trouvent aucune relation entre l'amélioration de MADRS ou YMRS et des catégories de niveaux sanguins de lithium dans les 12 premières semaines.

Les auteurs ont eu tendance à interpréter les résultats du travail comme une simple confirmation que des doses plus élevées de lithium plus OPT seraient nécessaire pour une efficacité au-delà l'de OPT seul. Et globalement les résultats du travail mettent en évidence la persistance et la nature chronique du trouble bipolaire, ainsi que l'ampleur des besoins non satisfaits dans son traitement.

  • Dr. Bout Amine
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 02/05/2013

Affichage Affichages : 1158

Recherche