Recherche > Revue de presse > Tabagisme dans la schizophrénie: impact cognitif de la nicotine et relation avec la motivation de fumer

Tabagisme dans la schizophrénie: impact cognitif de la nicotine et relation avec la motivation de fumer


smoking scz 1

La prévalence du tabagisme chez les malades atteints de schizophrénie est significativement élevée, jusqu’à cinq fois par rapport à d'autres populations cliniques et des groupes non-cliniques. La schizophrénie se caractérise par des aberrations pathologiques des récepteurs responsables de la médiation des effets de la nicotine. Des anomalies des récepteurs cholinergiques nicotiniques (nAChR) ont été impliquées dans la pathogenèse du dysfonctionnement cognitif.

L'hypothèse de l'automédication cognitive attribue les effets bénéfiques de la nicotine sur les déficits cognitifs liée à la maladie. Des effets significatifs de la nicotine ont été observés sur la mémoire de travail visuelle spatiale (VSWM), L’attention soutenue (Test de performance continue - paires identiques; CPT-IP) et l'inhibition du réflexe de sursaut (PPI). Il reste difficile de savoir si ces effets neurophysiologiques et neurocognitifs de la nicotine influencent la motivation autodéclarée de fumer.

Les objectifs de l'étude étaient de trois axes. Tout d'abord, évaluer les facteurs motivateurs avancés par les fumeurs, en particulier, l'importance perçue des motivations cognitives chez les fumeurs ambulatoires atteints de schizophrénie et un groupe témoin non malade. Deuxièmement, évaluer l'impact relatif de l'abstinence tabagique et rétablissement sur trois tâches. Enfin, explorer la relation entre les motivations autodéclarées des fumeurs (c’est à dire la fonction perçue du tabagisme) et des indices objectifs de l’effet physiologique de la nicotine sur les fonctions cognitives.

Vingt-huit fumeurs (≥15 cigarettes par jour), 16 patients externes qui répondaient aux critères du DSM-IV pour la schizophrénie (n = 10) ou trouble schizo-affectif (n = 6) et 12 sujets contrôles sans histoire personnelle de la psychose / troubles affectifs majeurs ont participé à des sessions expérimentales. Ils ont mis comme critères d'exclusion: Une maladie neurologique (par exemple accident vasculaire cérébral, épilepsie), traumatisme crânien, dépendance à l’alcool et d’autres substances illicites au cours des six derniers mois.

Le statut auto déclaré du fumeur (abstinence contre le tabagisme) a été vérifié au début des sessions expérimentales avec un seul souffle expiré du CO en utilisant un Bedfont Micro Smoker lyzer. Pour la session d’abstinents le seuil de lecture de CO ≤12 ppm a été nécessaire. Les symptômes de sevrage ont été évalués en utilisant l’échelle de sevrage « Wisconsin Smoking Withdrawal Scale (WSWS) ».

La dépendance à la nicotine a été évaluée en utilisant le Fagerström. La motivation des fumeurs a été évaluée en utilisant une version révisée de l’échelle « Modified Reasons for Smoking Scale (MRSS) ».

L’évaluation cognitive a été realisée par des tests sur la mémoire de travail visuelle spatiale (VSWM), L’attention soutenue (Test de performance continue - paires identiques; CPT-IP) et l'inhibition du réflexe de sursaut (PPI).

Comme résultats, il n’y a pas eu de différences significatives entre les deux groupes fumeurs schizophrènes et contrôles non schizophrènes concernant les données sociodémographiques. Par ailleurs, sur le plan clinique, les fumeurs schizophrènes ont un taux élevé de dépendance à la nicotine par rapport au deuxième groupe. Les fumeurs Schizophrènes ont démontré de manière significative moins d'erreurs sur le test de VSWM durant le tabagisme par rapport à l'état d’abstinence. Les contrôles fumeurs, ont montré des signes d'amélioration CPT-IP dans le tabagisme par rapport à l'épreuve d’abstinence. Le profil global de la motivation des fumeurs était comparable entre les groupes. Cependant, des corrélations significatives entre les indices objectifs et subjectifs du tabagisme liés aux changements cognitifs ont été observées pour les sujets contrôles.

Il s’agit de la première étude qui a tenté une évaluation à différents niveaux des effets cognitifs subjectifs et objectifs de la nicotine. Les déficits dans les trois domaines cognitifs évalués sont probablement des marqueurs endophénotypiques de la schizophrénie, et en tant que tels, sont particulièrement pertinents pour comprendre la relation entre la nicotine et la cognition au sein de cette population de malades.

Conformément aux recherches antérieures, le tabagisme vs abstinence avait un clair et significatif impact sur la fonction de VSWM des fumeurs souffrant de schizophrénie. Par rapport à l'abstinence pendant la nuit. La performance de la VSWM durant le tabagisme a été caractérisée nettement par moins d’erreurs. En revanche, la performance de VSWM des fumeurs de contrôle est demeurée constante lors des différentes sessions.

Malgré les déficiences apparentes dans la performance CPT-IP, contrairement à la prédiction, l’attention soutenue chez les fumeurs schizophrènes n'a pas été affectée par la manipulation de fumer / s’abstenir. A l'inverse, parmi les contrôles, les résultats et la capacité de discrimination étaient significativement plus élevés durant l’étape de tabagisme par rapport à l’épreuve d’abstinence. L'absence de changement lié au tabagisme dans le groupe de schizophrénie est incompatible avec les résultats existants.

Ces données suggèrent que, sur les mesures utilisées ici, il n'y a pas d'inflation des motifs cognitifs chez les schizophrènes par rapport à la population contrôle.

La présente étude est limitée par la petite taille de l'échantillon, ce qui signifie que les analyses de corrélation étaient de faible puissance statistique.

En résumé, le choix des tâches dans cette étude a été basé sur les données existantes des études traitant les effets de la nicotine dans la schizophrénie. La meilleure compréhension neurophysiologique et neurocognitive des effets de la nicotine représente une étape importante pour l'amélioration du développement de stratégies de sevrage tabagique.

Pr. Chadya Aarab

Service de psychiatrie

CHU Hassan II

Le 25/04/2015


Affichage Affichages : 646

Recherche