Recherche > Revue de presse > Stabilité longitudinale des influences génétiques et environnementales sur l’irritabilité : de l'enfance à l'âge adulte

Stabilité longitudinale des influences génétiques et environnementales sur l’irritabilité : de l'enfance à l'âge adulte


longitudinal stability 1

On connait peu d’informations sur les influences génétiques sur l’irritabilité juvénile et si ces influences sont de développement stable et / ou dynamique. Cette étude a examiné la structure temporelle des effets génétiques et environnementaux sur l'irritabilité en utilisant les données d'une étude prospective longitudinale, effectuée en quatre fois auprès de jumeaux suivis depuis l’âge de 8 ans jusqu’à l’âge de 20 ans.

L’étude Swedish Twin Study of Child and Adolescent Development a permis la collecte de données sur l'irritabilité des 2 620 enfants participants en utilisant la Child Behavior Checklist chez les enfants entre 8 et 12 ans, puis la Youth Self-Report Child Behavior Checklist entre 13 et 17 ans puis la Adult Behavior Checklist à partir de 19 ans.

La zygotie a été déterminée par un test ADN à partir de prélèvements salivaires. 3,4% des sujets dont la zygotie n’était pas connue ont été retirés de l’étude.

Au terme de l’étude, les auteurs soulignent que les effets génétiques différaient entre les sexes, les mâles présentant une augmentation de l'héritabilité de la petite enfance à l'âge adulte et les femelles présentant une héritabilité décroissante.

L'innovation génétique était également plus importante chez les sujets de sexe masculin par rapport au sexe féminin, avec de nouveaux facteurs de risque génétique affectant l'irritabilité au cours de l'adolescence pour les mâles.

Les auteurs ont également évalué l’impact des facteurs environnementaux communs et partagés par les jumeaux sur l’irritabilité et ont conclut que l’environnement familial que les jumeaux subissent de façon similaire n’affectent pas la pathogenèse de l’irritabilité. Par contre les facteurs environnementaux non partagés par les jumeaux, et qui font que les jumeaux sont différents d’une façon générale, sont très impliqués dans le développement de l’irritabilité. Ainsi, ils ont des effets puissants au cours de l’enfance aussi bien pour les sujets de sexe masculins que féminins. Ces effets ont tendance à diminuer avec l’âge chez les sujets de sexe masculin, mais restent stables chez les sujets de sexe féminin.

Ainsi, les données longitudinales montrent que l'irritabilité chronique prédit un risque accru de dépression majeure, de dysthymie et de trouble d'anxiété généralisée chez l'adulte jeune. Puisque l'irritabilité se manifeste tôt dans la vie, il serait important d'élucider les périodes critiques du développement au cours de laquelle l'irritabilité chronique se transforme en pathologie anxio-dépressive et comment les facteurs génétiques et environnementaux contribuent à cette évolution. Les auteurs soulignent ainsi le rôle de la période pubertaire dans le développement de l’irritabilité en dépression tel que rapporté par d’autres études.

Dr Azzouzi Nada

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 27/07/2015


Affichage Affichages : 802

Recherche