Recherche > Revue de presse > Résultats psychiatriques et fonctionnels des Adultes avec Histoire de Dysrégulation émotionnelle et comportementale sévère (DMDD) à l’enfance

Résultats psychiatriques et fonctionnels des Adultes avec Histoire de Dysrégulation émotionnelle et comportementale sévère (DMDD) à l’enfance


DSM-5-Mood-dysregulation-disorder-1DMDD a été rajouté au DSM-5 pour expliquer l'irritabilité non épisodique de l’enfant et de l’adolescent .il est fréquemment associé avec d'autres troubles communs de l'enfant (le plus souvent trouble oppositionnel avec provocation et troubles dépressifs).les enfants avec DMDD peuvent avoir un risque élevé pour des problèmes à long terme.

L’étude de Great Smoky Mountains recherche à évaluer les résultats psychiatriques et fonctionnels adultes des enfants avec histoire de DMDD.

Le trouble de dysrégulation émotionnelle et comportementale sévère est un nouveau diagnostic relativement peu connu. Il est intégré dans la classification du DSM 5 sous le terme de disruptive mood dysregulation disorder (DMDD).

Ces enfants souffrent de symptômes thymiques d’allure hypomaniaque ou dysphorique accompagnés de réactions de colères explosives ayant un retentissement important sur leur environnement familial et scolaire.

Critères diagnostiques du DMDD dans le DSM-5

  1. Crises de colère sévères et récurrentes avec des manifestations verbales et/ou comportementales, fortement hors de proportion endurée et en intensité par rapport à la situation ou la provocation.
  2. Les crises de colère ne sont pas en lien avec le niveau de développement.
  3. Les crises de colère ont lieu, en moyenne, trois fois par semaine ou plus.
  4. L’humeur entre ces crises est chroniquement irritable ou colérique la plupart de la journée, presque tous les jours, et est observable par l’entourage.
  5. Les critères A–D sont présents depuis au moins12 mois. Durant cette période, il n’y a pas eu 3 mois consécutifs ou plus sans que tous les symptômes des critères A–D soient présents.
  6. Les critères A et D sont présents dans au moins deux ou trois sphères de la vie et sont sévères dans au moins l’une d’elles.
  7. Le diagnostic ne doit pas être fait pour la première fois avant l’âge de 6 ans ou après l’âge de 18 ans.
  8. De par l’observation, l’âge d’apparition des symptômes A–E est avant 10 ans.
  9. Il n’y a jamais eu de période de plus d’une journée durant laquelle tous les symptômes d’un épisode de manie ou d’hypomanie, sauf pour la durée, étaient retrouvés.
  10. Les symptômes n’apparaissent pas exclusivement pendant des épisodes dépressifs majeurs et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble psychiatrique.
  11. Les symptômes ne sont pas attribuables à l’effet d’un toxique ou à toute autre pathologie médicale ou neurologique.

L'étude de Great Smoky Mountains est une étude longitudinale et représentative des enfants dans 11 comités de la Caroline du Nord. Trois cohortes des enfants âgés de 9, 11, et 13 ans, étaient recrutés employant une procédure d'échantillonnage en deux étapes.

Des évaluations annuelles ont été accomplies pour 1.420 enfants jusqu'à l'âge 16 et ensuite de nouveau à l’âge de 19, 21, et 25 pour un total de 9.941 évaluations.

Un symptôme était compté en tant que présent si le parent, l'enfant, ou les deux l'approuvaient.

Cette étude a commencé avant qu'on ait proposé le DMDD, mais il était possible de le diagnostiquer par la recherche de ses critères.

Autres diagnostics ont été retrouvés: Les troubles dépressifs, troubles d'anxiété généralisé, phobie sociale, trouble d'angoisse de séparation, phobie spécifique, troubles de conduite; troubles d'hyperactivité et de déficit d'attention, trouble oppositionnel avec provocation, et troubles induits par prise de substance. Tous les résultats ont été évalués par des interrogatoires avec les jeunes adultes âgés de 19, 21, et 24-26 ans.

Grâce aux programmes de marquage, ils ont combiné des informations sur la date du début, la durée, et de l'intensité de chaque symptôme pour créer des diagnostics (selon DSM-IV). La psychose n'a pas été incluse dans les analyses car elle était très rare.

Parmi les 1420 personnes, 4,1% (N=81) avaient les critères du DMDD entre 10 et de 16 ans.

Les sujets qui ont DMDD n'ont pas différé d'autres groupes dans la probabilité d'être des filles, blancs, afro-américain, ou Indien d'Amérique.

Les sujets avec antécédents à l'enfance de DMDD étaient de manière significative plus susceptible de répondre à des critères pour des troubles psychiatriques adultes multiples, avec 10,3 fois plus que les sujets sans ATCD et 5,9 fois plus que les sujets avec ATCD psychiatrique autre que le DMDD.

Les sujets avec DMDD n’avaient pas un risque plus élevé pour les troubles liés aux substances.

Les individus avec une histoire de DMDD avaient des résultats de santé plus mauvais à l'âge adulte (concernant les maladies sexuellement transmissibles, le tabagisme régulier et la contagion de maladie) par rapport à ceux qui n’ont pas d’antécédent de DMDD.

Les sujets avec une histoire de DMDD avaient aussi un risque plus élevé pour des comportements à risque ou illégaux (les crimes, problème avec la police, les disputes physiques,..) que chez les sujets sans ATCD.

Semblable pour Les résultats concernant les troubles liés aux substances, les sujets avec ATCD de DMDD n'avaient pas des taux élevés d'utilisation de médicaments illicites.

Peu de différence a été observée entre des sujets avec ATCD psychiatriques et les sujets avec DMDD sur les comportements à risque ou illégaux.

Les sujets avec DMDD avaient des problèmes financiers, des difficultés à garder un travail et ils ont eu moins de chance pour recevoir un diplôme d’une école ou pour compléter les études universitaires. Et Ils avaient également des relations parentales pauvres, un manque d’amis proches ; mais pas en comparaison avec les personnes qui avaient autres ATCD que DMDD.

En conclusion, la dysrégulation émotionnelle et comportementale sévère est un nouveau trouble du DSM-5, et cette étude suggère que ce diagnostic expose à l’âge adulte à des problèmes de santé accrus, à une détresse émotionnelle, à la tension financière et à l'isolement social.

  • Dr Mounir Jaafari
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II
  • Le 22/06/2014

Affichage Affichages : 766

Recherche