Recherche > Revue de presse > Pharmacothérapie et Traitement centré sur la famille pour les adolescents ayant trouble bipolaire I et II: essai randomisé sur 2 ans

Pharmacothérapie et Traitement centré sur la famille pour les adolescents ayant trouble bipolaire I et II: essai randomisé sur 2 ans


TBP-SUIVI-2ANS-1

La moitié voire les deux tiers des patients atteints de trouble bipolaire ont eu leur premier épisode thymique avant 18 ans. La maladie bipolaire à début précoce est associée à un risque élevé de suicide et de déficience psychologique considérable. Il y a des preuves croissantes sur des échantillons d'adultes et d'enfants que les symptômes dépressifs et maniaques chez les bipolaires peuvent être atténués par l’association de la pharmacothérapie et de la prise en charge psychosociale.

Des études antérieures ont montré que le traitement centré sur la famille est un moyen efficace en complémentarité avec le traitement pharmacologique pour stabiliser les symptômes du trouble bipolaire chez l’adulte.

Les auteurs ont examiné si la combinaison pharmacothérapie et traitement centré sur la famille pour les adolescents présentant un trouble bipolaire sera plus efficace sur le profil évolutif que la pharmacothérapie et la psychoéducation brève en diminuant le temps de récupération, le nombre de récidive, et la gravité des symptômes de l’épisode thymique sur 2 ans.

Les critères d’inclusion étaient les adolescents dont l'âge entre 12 et 18 ans, avec trouble bipolaire type I ou II selon le DSM-IV-TR présentant un épisode maniaque, hypomaniaque, dépressif, ou mixte au cours des 3 derniers mois. L’échelle utilisée est the Schedule for Affective Disorders and Schizophrenia for School-Age Children–Present and Lifetime Version (K-SADS-PL).

Les patients recrutés ont été répartis au hasard, soit un groupe association pharmacothérapie et traitement centré sur la famille composé de psychoéducation, formation d'amélioration de la communication, et formation des compétences de résolution de problèmes, livré en 21 séances de 50 minutes sur 9 mois; soit un groupe de pharmacothérapie et trois séances hebdomadaires de psychoéducation familiale. Les participants ont été évalués par des évaluateurs indépendants au début, tous les 3 mois pendant 1 an, et tous les 6 mois pendant la deuxième année.

Comme résultats, un total de 145 adolescents ont été recrutés, la moyenne d’âge est de 15,6 années. Vingt-deux participants (15,2%) retirés peu de temps après la randomisation. Un total de 37 patients (25,5%) a été inclus en phase dépressive, 72 (49,7%) recrutés en phase maniaque ou hypomaniaque, et 36 (24,8%) dans un état mixte. Pas de différence significative entre les deux groupes concernant les données sociodémographiques et cliniques. Le temps de récupération et la récidive ne différaient pas entre les deux groupes de traitement. Des analyses secondaires ont révélé que les participants ayant bénéficié de traitement centré sur la famille ont eu des symptômes maniaques moins sévères au cours la deuxième année, que ceux du second groupe.

Les patients souffrant de comorbidités (troubles anxieux ou trouble déficit de l’attention avec hyperactivité) avaient des récidives précoces par rapport aux patients sans pathologies associées.

E n comparaison avec les données de littérature, cinq études contrôlées chez des patients adultes atteints de trouble bipolaire I ou II, la combinaison traitement médicamenteux et traitement centré sur la famille a été associé à une récupération plus rapide des épisodes dépressifs, des intervalles plus longs entre les récidives, et des symptômes thymiques moins sévères sur un suivi de plus 1-2 ans que la pharmacothérapie et psychoéducation brève ou gestion clinique active. Les résultats de l’étude ne sont pas concordants avec ces données de la littérature.

En conclusion après un épisode thymique, la prise en charge psychothérapique intensive associée au traitement pharmacologiue ne semblent pas montrer des avantages par rapport à la conduite habituelle du traitement médicamenteux combiné à la psychoéducation brève pour accélérer la récupération ou retarder la récidive chez les adolescents atteints de trouble bipolaire.

  • Pr Chadya Aarab
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 22/06/2014

Affichage Affichages : 616

Recherche