Recherche > Revue de presse > Mania With and Without Depression in a Community Sample of US Adolescents

Mania With and Without Depression in a Community Sample of US Adolescents


Mania-With-and-Without-DepressionDiagnostiquer un trouble bipolaire chez un adolescent devrait soulever des inquiétudes concernant le risque de suicide, puisque plus d’un jeune sur 5 ayant eu des épisodes dépressifs et maniaques ont tenté de se suicider.

Une nouvelle étude suggère que le trouble bipolaire semble être aussi fréquent chez les jeunes adolescents américains que parmi ses adultes.

Le taux de prévalence à vie du trouble bipolaire chez les adultes américains est de 3,9% et le taux de prévalence sur 12 mois est de 2,6 %, selon la seconde enquête nationale de « National Comorbidity Survey Replication », qui a été publiée dans le numéro de Juin 2005 dans la revue Archives of General Psychiatry. De nouvelles données de cette étude montrent que 2,5% des jeunes américains âgés de 13 à 18 ans ont été diagnostiqués de trouble bipolaire et 2,2 % d'entre eux ont été diagnostiqués comme ayant le trouble bipolaire dans les 12 mois précédant l'étude.

Ainsi, les chercheurs ont déclaré dans un rapport publié en ligne en mai 2012 dans la revue  Archives of General Psychiatry que la prévalence du trouble bipolaire chez les jeunes s'approche de celle qui a été observée chez les adultes, souligne l'apparition précoce de cette affection dans la population générale.

L'enquêteur principal était Merikangas Kathleen, chef de la Direction de la recherche en épidémiologie génétique du programme de recherche intra-muros à l'Institut National de la Santé Mentale (NIMH).

Un autre résultat intéressant ressortant de l'étude était l'augmentation de la prévalence des troubles bipolaires avec l'âge. Par exemple, alors que seulement 2,1 % des adolescents de 13 à 14 ans avaient le trouble bipolaire type II – forme traditionnelle de la maladie, avec des épisodes de manie et de dépression - 3.1% des 17 à 18 ans l’avaient. En outre, alors que 1,4 % des 13 à 14 ans avaient un trouble bipolaire I (seulement la manie), 2,7 % des 17 à 18 ans l’avaient, soit le double.

Les chercheurs ont fait remarquer que ces résultats ont d'importantes implications cliniques. Par exemple, les résultats soulignent l'adolescence comme étant la période de pic du début de la manie…, ainsi l'évaluation de la manie devrait donner une plus grande attention à l'évaluation des changements d'humeur chez les adolescents dans la communauté et dans les établissements de traitement qui se produisent en dehors du secteur des services spécialisés de santé mentale. La détection de la manie est particulièrement importante à la lumière de la preuve substantielle de la méconnaissance de la «bipolarité cachée» qui pourrait conduire à des approches thérapeutiques inefficaces, voire nocives. 

Les chercheurs ont fait remarquer que plus d’un jeune sur 5 ayant vécu le trouble bipolaire II a fait une tentative de suicide. Ce résultat est assez alarmant compte tenu du jeune âge et du milieu communautaire de cet échantillon.

L'étude a été intitulée National Comorbidity Survey Adolescent Supplement. Elle comprenait environ 10.000 adolescents américains âgés de 13 à 18 ans, représentatifs de la population générale des États-Unis. Les sujets de l'étude ont reçu une version modifiée du World Health Organization Composite International Diagnostic Interview dans sa version 3.0, une entrevue structurée administrée par des intervieweurs non professionnels formés à générer des diagnostics DSM-IV. L'étude a été financée par le NIMH, l’âge de début des épisodes de manie, d’hypomanie et de dépression est souligné dans le schéma suivant :

graph-mania-with

  • Dr Azzouzi Nada
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 24/12/2012

Affichage Affichages : 1086

Recherche