Recherche > Revue de presse > Lien entre la dépression et les maladies cardiovasculaires retrouvé chez les jeunes adultes

Lien entre la dépression et les maladies cardiovasculaires retrouvé chez les jeunes adultes


nihms340126-1Lien entre la dépression et les maladies cardiovasculaires retrouvé chez les jeunes adultes

Le stress peut provoquer non seulement la dépression, mais il semble que cela peut aussi contribuer chez les jeunes adultes aux maladies cardio-vasculaires mortelles. Au cours des dernières années, les scientifiques ont trouvé des associations troublantes, chez les adultes d'âge moyen et plus âgés, entre la dépression et le décès à cause d’une maladie cardiovasculaire.

Par exemple, il est maintenant bien documenté qu’il y a une corrélation positive entre la dépression et la sévérité de la morbi-mortalité cardiovasculaire. Plus grave est la dépression, plus la probabilité de développer une maladie cardio-vasculaire et de mourir d'une crise cardiaque est élevée, ont ainsi rapporté des scientifiques dans le numéro de Novembre 2011 de Archives of General Psychiatry.

L’investigateur principal de l'étude était Viola Vaccarino, MD, Ph.D., professeur de médecine à l'Université Emory.

L'étude que Vaccarino et ses collègues reposait sur un vaste échantillon national représentatif de jeunes adultes américains (7641 personnes). Les sujets, qui étaient âgés de 17 à 39 ans au début de l'étude, ont été évalués non seulement pour les facteurs classiques de risque cardiovasculaire, mais aussi pour la dépression unipolaire ou bipolaire actuelle ou passée et s'ils avaient déjà tenté de se suicider.

La dépression a été évaluée avec le Diagnostic Interview Schedule, un instrument clinique normalisé basé sur les critères du DSM-III. Un antécédent de tentative de suicide a également été obtenu lors du passage du Diagnostic Interview Schedule avec la question: «Avez-vous déjà tenté de vous suicider?"

Un total de 538 sujets, sur les 7.641 qui ont été évalués, ont été identifiés avec une dépression actuelle ou antérieure (416 avec une dépression unipolaire et 122 avec la dépression bipolaire), et 419 avaient tenté de se suicider. Il existait des chevauchements considérables entre la dépression et les tentatives de suicide, avec 136 sujets ayant fait une tentative de suicide ainsi qu’une dépression actuelle ou passée.

Les sujets ont ensuite été suivis durant une moyenne de 15 ans pour déterminer si l’un d’eux était mort d'une maladie cardiovasculaire. Les décès de 51 sujets ont été attribués à des maladies cardiovasculaires - 28 d'une maladie cardiaque ischémique, 8 de causes cérébro-vasculaires, et les 15 restants d'autres causes de maladies cardio-vasculaires.

Les chercheurs ont ensuite évalué si un diagnostic de dépression unipolaire ou bipolaire était significativement liée à une mort par une maladie cardio-vasculaire, tout en prenant en considération les facteurs de confusion potentiels, tels que l'âge, le sexe, la race / l'origine ethnique, les facteurs de risque cardio-vasculaires et les facteurs de style de vie.

Les sujets qui ont souffert de dépression étaient 2 fois plus susceptibles de vivre un événement cardiovasculaire fatal que ceux qui n'en avaient pas été atteints. Et lorsque l'analyse était limitée aux femmes, celles souffrant de dépression étaient 3 fois plus susceptibles de subir un événement fatal cardiovasculaire que celles qui n'avaient jamais eu un diagnostic de dépression.

En outre, un antécédent de tentative de suicide était aussi un facteur prédictif indépendant significatif de la mortalité par maladie cardio-vasculaire chez les deux sexes. Mais ce fut particulièrement le cas chez les femmes. Les femmes ayant souffert de dépression et ayant fait une tentative de suicide étaient plus vulnérables à la mortalité par cardiopathie ischémique que si elles avaient eu des facteurs de risque cardiovasculaire conventionnels comme l'hypertension artérielle, le tabagisme, le diabète ou l'obésité.

Alors, comment la dépression peut-elle conduire à la mortalité cardiovasculaire chez les jeunes adultes? Le stress psychosocial est probablement responsable à la fois de la dépression et de la mortalité, à en croire Vaccarino et son équipe. Par exemple, le stress est connu pour être un facteur de risque de la dépression, la dépression est connue pour être un facteur de risque pour la sécrétion de cortisol accrue et l’augmentation de la sécrétion de cortisol est connue pour avoir potentiellement des effets indésirables cardiovasculaires.

Et si c'est le cas, les chercheurs ont suggéré que la réduction du stress chez les jeunes adultes, surtout chez les jeunes femmes est impérative pour éviter la dépression et les maladies cardio-vasculaires mortelles provoquées par la dépression.

Quant à savoir comment les jeunes adultes peuvent réduire leur stress, « je crois que la stratégie numéro un est de promouvoir une famille et un environnement social en bonne santé pour minimiser le traumatisme psychologique dans l'enfance et l'âge adulte, ce qui est un

facteur de risque de la dépression, en particulier chez les femmes » dit Vaccarino, et il ajoute encore : « Egalement,les jeunes peuvent réduire le stress grâce à l'exercice, qui est également bénéfique pour la prévention des maladies cardiaques, ou par l'intermédiaire de programmes de réduction du stress tels que diverses formes de méditation, dans certains cas, la psychothérapie peut être recommandée. "

Bien que Vaccarino et ses collègues soupçonnent que chez les jeunes adultes le stress psychosocial est la principale raison pour laquelle la dépression mène à la maladie cardiovasculaire, des études suggèrent que d'autres facteurs jouent probablement un rôle de médiation. Ceux-ci comprennent des altérations du système immunitaire, notamment des cytokines inflammatoires, des anomalies dans la coagulation des plaquettes, et une diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque.

  • Dr. Azzouzi Nada
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 18/12/2012

Affichage Affichages : 1351

Recherche