Recherche > Revue de presse > Les Tendances nationales dans les soins de santé mentale des enfants, des adolescents et des adultes dans la pratique médicale en cabinet

Les Tendances nationales dans les soins de santé mentale des enfants, des adolescents et des adultes dans la pratique médicale en cabinet


yoi130083-1

Au cours des dernières années, un nombre important de changements ont eu lieu dans les soins de santé mentale des enfants et des adolescents aux États-Unis.

Le progrès dans la gestion pharmacologique, parallèlement au développement des psychothérapies fondées sur des preuves a permis aux troubles psychiatriques communs des enfants et des adolescents, à s´intégrer dans la pratique des guidelines cliniques.

Les changements des prestations de soins ambulatoires de la santé mentale pour les jeunes se déroulent dans le cadre d'une augmentation modeste du nombre de personnes de tout âge qui sont reçus pour des soins de santé mentale en ambulatoires aux États-Unis. Le nombre de personnes vus en consultation psychiatrique est passé de 16,1 millions en 1998 à 23,3 millions en 2007.

Suite aux consignes de sécurité de la US Food and Drug, l'administration d'antidépresseurs a connu une diminution d´utilisation chez les jeunes et une augmentation compensatoire du nombre des enfants et des adolescents recevant la psychothérapie pour une dépression.

L’importance de la sensibilisation des professionnels pour les effets métaboliques négatifs des antipsychotiques de deuxième génération est largement prise en considération. Cependant, les auteurs ont noté une augmentation du nombre d'enfants qui ont reçu un diagnostic d´hyperactivité ou d'un trouble du spectre autistique.

Dans le but de fournir un aperçu plus clair des changements récents dans la prestation de soins de santé mentale des enfants et des adolescents en ambulatoires, les auteurs ont présenté les données des enquêtes représentatives au niveau national portant sur les visites médicales en cabinet de grandes tendances et sur des modèles des soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents par rapport aux adultes.

Les données ont été obtenues à partir de la Médical Care ambulatoires Survey. Cette enquête, qui est menée chaque année par le Centre National de la statistique de la santé, sur des échantillons d'un groupe représentatif sur l´échelle national de visites chez le médecin en cabinet.

Suite aux recommandations de la National Center for Health Statistics, nous avons combiné les données de l'enquête contiguë par 3 ans (1995-1998, 1999-2002, 2003-2006 et 2007-2010) pour obtenir des estimations plus stables. Dans les 16 années d'enquête, le taux des réponses ont varié entre 58,3% (2010) et 72,8% (1995), avec un débit moyen de 65,7%. Pour chaque visite, le médecin traitant ou un membre du personnel médical a fourni des informations sur les caractéristiques socio-démographiques et cliniques du patient, ainsi que sur les médicaments prescrits ou fournis au patient.

En fonction de l'âge des patients, les visites ont d'abord été regroupées en visites des adultes  (≥ 21 ans) et des jeunes (<21 ans) et puis en sous-groupes les visites des enfants (0-13 ans) et des adolescents (14-20 ans). Dans certaines analyses, les visites ont également été regroupées par sexe (mâle et femelle) et la race / l'origine ethnique (blanc non-hispaniques, noir non-hispaniques, et hispanique).

Les quatre indicateurs généraux de soins de santé mentale inclus le diagnostic de trouble mental qui a était posé selon la Classification internationale des maladies (CIM-9 - CM), la prescription de médicaments psychotropes, la disposition de la psychothérapie, et des soins psychiatriques. Ces indicateurs ont donné en conséquence des appellations, les visites de diagnostic de trouble mentale, les visites de médicaments psychotropes, les visites de psychothérapie, et les visites de psychiatre.

Les diagnostics retenus ont été : les troubles de comportements, les troubles de l´humeur, la psychose, le trouble de l´anxiété et le trouble de développement.

Les visites dans lesquelles les médicaments psychotropes ont été soit fournis ou prescrits ont été classés en 5 groupes de médicaments :

  1. Les médicaments antipsychotiques;
  2. Les stimulants et autres médicaments utilisés pour traiter le TDAH (chlorhydrate d'atomoxétine, guanfacine chlorhydrate, et le chlorhydrate de clonidine),
  3. Les antidépresseurs;
  4. Les anxiolytiques, comprenant également des hypnotiques,
  5. et les thymorégulateurs.

Les auteurs ont également déterminé une autre variable : si le médecin traitant était un psychiatre (y compris un pédopsychiatre ou un psychiatre pour adultes) ou un médecin non psychiatre, y compris les pédiatres ou autres, médecine générale, médecine de famille, médecine interne, ou d'une autre spécialité. Les auteurs ont également examiné si la psychothérapie a été fournie par le médecin lors de la visite.

Pour la source de paiement, les données étaient regroupées en 4 catégories: une assurance privée; l'assurance-maladie; Medicaid et autres assurances du gouvernement, et une catégorie résiduelle (les patients combinés avec auto-paiement, sans frais, assurance inconnu, plus d´une source de paiement. Tous les 4 indicateurs généraux de soins de santé mentale étaient significativement moins fréquents chez les jeunes que les adultes. Le nombre de visite, y compris la prescription de psychotrope a augmenté de façon significative dans les deux groupes d´âge. En revanche, le nombre de visites aboutissant à un diagnostic de trouble mental et le nombre de visites chez un psychiatre a presque doublé pour les jeunes, mais n'a pas changé de façon significative pour les adultes. Le nombre de visites pour psychothérapie a diminué pour les adultes, mais peu varié pour les jeunes.

Dans les analyses complémentaires du motif de consultations, il y avait une augmentation significative du taux de visites par des jeunes pour l'anxiété et l´irritabilité et une diminution dans le nombre de visites pour l'agitation en lieu public. Chez les adultes, il y avait une diminution significative du nombre de visites pour la dépression, la colère et l'agitation.

Tout au long de la période d'étude chez les jeunes, le diagnostic le plus fréquent étaient les troubles de comportement. Une augmentation significative a eu lieu chez les jeunes pour le diagnostic de trouble de comportement, trouble de l'humeur, troubles anxieux, les psychoses et trouble du développement. La comorbidité de 2 ou plusieurs diagnostics de troubles mentaux a augmenté de 1.34 entre 1995-1998 à 2,47 entre 1999-2002 à 3,46 entre 2003 – 2006 et à 3,66 pour la période entre 2007-2010.

L´augmentations de la prescriptions des stimulants et des médicaments pour TDAH, des antidépresseurs, des antipsychotiques et des Thymorégulateur a été importante chez les jeunes durant toute la période de l´enquête et en particuliers entre 2007 -2010, les stimulants et le traitement pour TDAH ont été les plus couramment prescrits chez les jeunes.

Chez les enfants et les adolescents au cours de la période d’étude, les troubles mentaux et la prescription de psychotropes à augmenté de façons significative mais le diagnostic de psychose ou de trouble de développement a augmenté beaucoup plus rapidement chez les enfants que chez les adolescents avec des taux similaires entre 2007-2010.

Par contre, le diagnostic de troubles du comportements et la prescription de stimulants et des médicaments pour TDAH a beaucoup plus rapidement augmenté chez les adolescents que chez les enfants, ainsi qu´entre 2007-2010 le taux de prescriptions de ces médicaments était similaire.

Chez toutes les tranches d’âge, le diagnostic de trouble mental était posé d´une façon considérablement augmentée par les médecins non psychiatre, et les diagnostics les plus fréquents était les troubles de comportements et les troubles de l´humeur. La prescription d´antidépresseurs et d´antipsychotiques était plus importante par les psychiatriques en comparaison avec les autres spécialistes, qui prescrivaient plus d’anxiolytiques.

Alors qu´entre 2007-2010 les médecins non psychiatre prescrivaient toutes les classses de psychotropes d´une manière plus importante que les psychiatres.

Pour les caractéristiques sociodémographiques des troubles mentaux, les enfants occupaient le plus grand pourcentage, ainsi que le sexe masculin, les hispaniques ou les patients noirs non - hispaniques, et les patients ayant le Medicaid. Les psychiatres ont fourni un pourcentage moindre de troubles mentaux pour les enfants que pour les adolescents ou les adultes. La psychothérapie, qui a été fourni dans une minorité de visites à chaque groupe d'âge, était moins répandue parmi les consultations des enfants.

Contrairement aux adultes qui ont subi peu de changement au niveau des soins de santé primaire, les enfants et les adolescents ont eu une augmentation du nombre de consultations et de diagnostic de troubles mentaux. Cette augmentation est largement tirée par une expansion marquée des visites de santé mentale chez les pédiatres et les autres spécialistes. Cette croissance coïncide avec une augmentation de la prescriptions des psychotropes, aussi bien pour soulager la détresse psychologique associé à l’enfance et l'adolescence et aussi pour soigner la symptomatologie psychiatrique.

  • Dr Zemama Hanane
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 24/01/2014

Affichage Affichages : 730

Recherche