Recherche > Revue de presse > Les Modèles de prédiction du risque cardiovasculaire chez les personnes avec une maladie mentale grave

Les Modèles de prédiction du risque cardiovasculaire chez les personnes avec une maladie mentale grave


Introduction

Il est bien établi que les personnes atteintes des maladies mentles graves (MMG), tels que la schizophrénie et le trouble bipolaire, ont des taux excessifs de maladies cardiovasculaires (MCV), d'infarctus de myocarde et autres. Le risque de mourir d'une pathologie Cardiovasculaire est trois fois plus élevé dans la population avec MMG qui a moins de 50 ans.

Derniérment, Il y'avait une augmentation des efforts cliniques et de la recherche sur ce problème, mais nous manquons des connaissances concernant les moyens les plus efficaces à prévoir et à gérer les risques cardiovasculaires chez les personnes atteintes des MMG.

On sait que les facteurs de risque cardiovasculaire classiques, y compris le tabagisme, la dyslipidémie, le diabète, l'obésité et l'hypertension artérielle sont plus fréquents chez les personnes avec MMG, en particulier ceux avec des troubles mentaux bien établis. En plus les personnes avec des MMG font moins d'exercice physique, ils ont le plus souvent une alimentation déséquilibrée, et ils recoivent moins de soins médicaux. Aussi les antipsychotiques peuvent contribuer au risque cardiovasculaire, soit par la prise de poids ou par leurs effets sur le métabolisme glucidique et lipidique.

Le concept de l'étude

Ce travail faisait partie d'un programme de recherche : PRIMROSE, qui est financé par l'Institut national britannique pour La Recherche en santé.

C'est une étude prospective réalisée entre 1 janvier 1995 et le 31 Décembre 2010, qui avait pour objectif : développer et valider un score de risque pour prédire les événements cardiovasculaires nouvellement enregistré chez les personnes atteintes de MMG (la schizophrénie, le trouble schizo affectif, le trouble bipolaire , et d'autres psychoses d'origine non organiques) .

Ils ont utilisé MINCE : une base de données des médecins généralistes qui inclut les informations des soins cliniques et paraclinique de 10 million de patients britanniques (Environ 98% de la population).

Résultats

Les auteurs ont recruté 38 824 personnes qui répondaient aux critères d'admissibilité. Il y avait une période de suivi de 5,6 ans en moyenne, dont 8020 personnes (20,7%) avaient plus de 10 ans de suivi.

18 417 étaient des hommes (47,4%) , l'âge moyen était de 49,5 ans. Environ un tiers des patients avaient un diagnostic de schizophrénie, avec légèrement moins ayant des diagnostics de trouble bipolaire.

Au cours de la période d'étude, 95,7% des personnes ayant une MMG étaient des fumeurs. Il y avait 2 324 événements cardiovasculaires nouveaux enregistrées au cours de la période de suivi, ce qui correspond à un taux d'incidence de 9,72 % pour 1000 personnes-années.L'incidence des maladies cardiovasculaires augmentaient avec l'âge et elle était plus élevée chez les hommes dans toutes les catégories d'âge.

Les événements les plus communs étaient l'AVC ischémique (778 [33,5%] du total des événements), l'infarctus du myocarde (414 [17,8%]), l'accident ischémique transitoire (349 [15,0%]), l'angine de poitrine (325 [14,0%]) , maladie coronarienne non spécifié (304 [13,1%]), un angor instable (65 [2,8%]), et l'AVC hémorragique (46 [2,0%]).

L'analyse statistique a montré que Les maladies cardiovasculaires installées étaient positivement associées avec le niveau de cholestérol total, le surpoids, l' HTA, l'âge, le tabagisme, le sexe masculin, Le diagnostic MMG, l'utilisation des antidépresseurs, et la forte consommation d'alcool et négativement associée aux taux de HDL-C.

Les Modèles PRIMROSE étaient meilleurs que les modèles de Framingham du risque CVD (qui ne sont pas spécifiques pour les personnes avec une MMG) à prédire le pourcentage de personnes qui allaient avoir une MCV avec une MMG. Pour Les Hommes classés comme étant à risque élevé (score de risque> 20%), les pourcentages à développer une maladie cardiovasculaire en 10 ans était de 19,2% pour le Modèle PRIMROSE- lipides et 18,6% pour le PRIMROSE- IMC, par rapport à 13,3% pour le Framingham du risque CVD -lipide et de 12,3% pour le Framingham du risque CVD- IMC. Pour les hommes classés comme étant à faible risque (<20%), le modèle PRIMROSE a été un peu plus performant par rapport au modèle de Cox Framingham (3,3% avec la PRIMROSE - lipide, de 2,0% avec Cox Framingham-lipide).

Pour les femme à haut risque (score de risque> 20% ) les résultats de prédiction étaient similaires pour les deux types du modèle.

Discussion

C'est la première étude à développer et à évaluer la performance des outils de prédiction du risque des MCV chez les personnes atteintes de MMG . Les auteurs ont instauré deux nouveaux modéles de prédiction de risque des MCV spécifiques aux personnes atteintes de MMG: le modèle PRIMROSE-lipides et le modèle PRIMROSE-IMC. Ces nouveaux modèles PRIMROSE comprennent des variables supplémentaires : le diagnostic psychiatrique, les médicaments psychotropes au départ, l'usage nocif de l'alcool, et l'utilisation d'antidépresseurs au départ.

Les deux modèles ont de meilleurs résultats que le Cox Framingham CVD dans la prédiction des événements CV chez les personnes atteintes MMG. Cette supériorité indique que les variables supplémentaires à Primrose, comme le diagnostic et des médicaments au départ, sont importants à inclure dans la prédiction du risque de maladie cardiovasculaire chez les patients atteints MMG.

Le modèle PRIMROSE-IMC est plus performant que le Modèle de PRIMROSE- lipides, ce qui encourage l'utilisation du modèle PRIMROSE- IMC comme une alternative au modèle de lipide dans les situations dans lesquelles les résultats des tests du sang ne sont pas disponibles. Cette alternative pourrait être aussi importante pour les personnes ayant MMG et qui sont réticents à fournir les échantillons du sang ou lorsque les résultats des tests sanguins ne sont pas facilement disponibles. Avec le risque accru de la maladie cardiovasculaire indépendant des traditionnels facteurs de risque CV. La prudence est nécessaire parce que les associations observées des variables spécifiques MMG et les maladies cardiovasculaires n'impliquent pas nécessairement un lien de causalité entre ces facteurs et la prévalence des Événements cardiovasculaires.

En conclusions, les résultats de la présente étude suggèrent que les nouveaux modèles PRIMROSE offrent une meilleure prédiction des maladies cardiovasculaires chez les personnes atteintes MMG comparés avec d'autres scores. Ils pourraient donc être un outil précieux dans la prévention et la gestion des maladies cardiovasculaires chez les personnes atteintes de MMG.

Dr Jaafari Mounir

Hôpital Ibn Alhassan

CHU Hassan II Fès


Affichage Affichages : 606

Recherche