Recherche > Revue de presse > Les interventions psychologiques dans la psychose: Une méta-analyse des études sur les résultats comparatifs

Les interventions psychologiques dans la psychose: Une méta-analyse des études sur les résultats comparatifs


Les-interventions-psychologiques-dans-la-psychose

Il a été suggéré que tous les psychothérapies sont à peu près à efficacité équivalente dans les psychoses, bien que certaines méta-analyses ont suggéré des différences dans l'efficacité relative entre les traitements. Certaines méta-analyses comparatives n'ont pas toujours fait preuve de la supériorité de l'intervention d'intérêt. Jones et al. ont comparé la Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) contre d'autres interventions mises en commun et a conclu que la TCC n´était pas plus efficace. Lynch et al. ont comparé la TCC à des conditions de contrôle actif et ont trouvé un bénéfice statistiquement significatif de la TCC par rapport aux témoins actifs mis en commun pour les symptômes positifs. Cependant, les auteurs ont conclu que la TCC ne valait pas mieux que les traitements de comparaison non spécifiques et que la taille importante de l'effet pourrait être expliqué par le manque d'aveuglement. Aucune méta-analyse depuis que NICE a compilé tous les essais contrôlés randomisés dans lequel deux interventions psychologiques de la psychose sont comparées.

Compte tenu des limites des méta-analyses de Nice et de nombreuses nouvelles études qui ont été publiés depuis, une nouvelle méta-analyse comparative est justifiée. Considérant que les méta-analyses précédentes avaient tendance à examiner que la TCC par rapport aux traitements actifs. Dans cette analyse, les auteurs ont considéré tous types d'intervention pour lesquelles un nombre suffisant d'études ont été menées. Leurs objectif est d'améliorer la compréhension de la thérapie qui est la plus efficace.

Une recherche dans la littérature menée en mai 2013 a identifié 5910 articles pour inclusion potentielle. Quatre bases de données ont été inclus dans la recherche : PubMed ( 1539 résumés ) , Embase ( 1016 résumés ) , PsycInfo ( 2128 résumés ) , et le registre central Cochrane des essais contrôlés ( 1227 résumés ). Les auteurs ont inclus les essais randomisés qui ont inclus une comparaison d'au moins deux interventions psychologiques destinés à être thérapeutique et pour améliorer les symptômes psychiatriques dans la psychose. Les mesures destinées comprenaient à évaluer les symptômes psychotiques ou psychiatriques ; et ont inclus principalement les participants ayant reçu un diagnostic de troubles psychotiques. Les essais n´incluaient des patients souffrant de troubles de l'humeur avec caractéristiques psychotiques que lorsque ces patients étaient en minorité au sein de l'échantillon. Les essais ont été exclus si la condition de comparaison ne peut pas être considérée comme une intervention active psychologique par exemple, les contrôles de l'attention…, si les participants étaient prodromiques ou si les interventions visaient principalement à l'adhésion aux médicaments. Seuls les articles en anglais ou en allemand ont été pris en compte. Après élimination des doublons, 4768 titres et résumés ont été examinés, dont 489 articles ont été récupérés pour une éventuelle inclusion. Dans les 48 études incluses, un total de 3295 participants a été inclus dans les comparaisons pertinentes des interventions psychologiques. Six modalités intervention psychologique commune ont été identifiées.

Befriending : Les participants assistent à des discussions amicales ou a des activités sociales qui ne sont pas directement liées à des symptômes, avec une personne de soutien et d'empathie. La discussion porte principalement sur la place des sujets neutres, tels que les affaires ou les loisirs actuels, et des activités de groupe structurées peuvent également être fournies. Befriending a été suggéré comme une intervention efficace pour réduire les symptômes de la psychose.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : TCC vise à promouvoir les liens entre les pensées, les comportements et sentiments pour mettre en œuvre des changements dans les symptômes et le fonctionnement. Les thérapeutes se concentrent sur la modification des pensées dysfonctionnelles et les comportements autodestructeurs qui perpétuent des symptômes ou des souffrances. La TCC ciblant spécifiquement la psychose a été développé principalement depuis les années 1990 et a été porté sur l'adaptation des symptômes, alors que des approches plus récentes ont porté sur les cognitions inadaptées difficiles grâce à la restructuration cognitive et une approche basée sur la formulation.

La remédiation cognitive : Les déficits cognitifs ont été largement impliqués comme influant dans le développement et l'évolution de la psychose et ont donc été suggéré dans les objectifs du traitement digne. La remédiation cognitive fait référence aux interventions qui ciblent les processus cognitifs de base, tels que la mémoire de travail, l'attention et les fonctions exécutives. Cette intervention vise à améliorer ces fonctions cognitives de base et peut également être destiné à améliorer d'autres aspects de son fonctionnement.

La psychoéducation : Fournir des informations pertinentes pour les participants au sujet de leur diagnostic dans le but de leur compréhension et faire face à leur diagnostic. Diverses méthodes de psychoéducation ont été développés pour la psychose qui vont plus loin que la fourniture d'informations de base et peuvent donc impliquer le développement de faire face, des stratégies et des jeux de rôle. Un format de groupe est souvent utilisé.

L’entraînement aux habiletés sociales comportementale : intervention basée sur les traditions d'apprentissage comportementaux et sociaux dans lesquels le fonctionnement social des participants est ciblé afin d'améliorer leur capacité à effectuer dans des situations sociales, gérer les tâches de la vie quotidienne, et de réduire la détresse sociale. Son importance est généralement mise sur la communication verbale et non verbale tout en apprenant la perception et les réponses appropriées aux signaux sociaux. L'intervention peut également inclure la formation en compétences de vie autonome.

Le counseling de soutien : une intervention non-directive dans lequel les participants ont un forum ouvert pour discuter de leurs difficultés, sans être conduit activement ou contesté par le thérapeute. Donc il a été définie comme une intervention dans laquelle les facteurs communs de la psychothérapie étaient présents sans les techniques spécifiques appliquées dans d'autres. Plusieurs traitements directifs, tels que la TCC, l'occasion de discuter des problèmes avec un thérapeute empathique dans un cadre de guérison peut apporter un soulagement pour le participant, sans se concentrer sur l'acquisition de nouvelles compétences ou les distorsions cognitives difficiles. Le Counseling de soutien est souvent utilisé comme un moyen de comparer d'autres interventions psychologiques.

Vingt-quatre études ont utilisé le format de groupe, 21 ont utilisé le format individuel, et trois ont utilisé une combinaison de séances individuelles et de groupe. La TCC a la plus forte proportion d'études utilisant uniquement le format individuel (77%), suivie par des services de counseling (47%), accompagnement (45 %), la remédiation cognitive (36%), la psychoéducation (12,5%), et la formation aux habiletés sociales (6%). Le temps de référence à l'évaluation post-traitement variait de 3 à 104 semaines. Le risque de biais variait entre les études (0-4) et entre les types d'intervention.

La TCC a la plus forte proportion d'études évaluées comme ayant aucun risque de biais (59%), suivi par Befriending avec (45,5%), des services de counseling (41%), la remédiation cognitive (36%), la formation des compétences sociales (12,5%), et la psychoéducation (12,5%).

Les résultats des six méta-analyses comparant les interventions psychologiques avec d'autres interventions regroupées ont été menées pour chaque groupe de symptômes psychotique. Dans chaque groupe de symptômes, des analyses de sensibilité ont été effectuées pour différents niveaux de risque de biais. Des analyses de sensibilité ont été effectuées seulement lorsqu’au moins quatre études étaient disponibles pour cette comparaison.

Befriending : était moins efficace pour toutes les mesures de résultats de symptômes communs par rapport aux autres thérapies mis en commun. Cet effet est robuste lorsque les études avec un risque élevé de biais ont été exclues, mais a perdu l´importance lorsque les études avec un faible risque et sans risque de biais ont été exclues.

La TCC : était plus efficace par rapport à d'autres interventions groupées pour toutes les mesures de résultats de symptômes communs. Cet effet est robuste lorsque les études avec un risque élevé de biais ont été exclues mais ont perdu l´importance lorsque les études avec un faible risque et sans risque de biais ont été exclues. Pour la mesure des résultats des symptômes positifs, la TCC était plus efficace (TCC était plus efficace que le Befriending avec toutes les mesures de symptômes communs et également plus efficace que le counseling de soutien pour les symptômes positifs).

L’entraînement aux habiletés sociales : a été plus efficace par rapport à d'autres interventions groupées pour les symptômes négatifs. Ce résultat est robuste lorsque les études avec un risque élevé de biais et ceux avec un faible risque de biais ont été exclus.

La remédiation cognitive : était plus efficace que les autres interventions communes pour tous les symptômes dans l'analyse de sensibilité à l'exclusion des études avec risque élevé de biais, mais n'a pas été présentée comme significativement plus efficace dans toutes les autres comparaisons.

Cette série de méta-analyses comparant les interventions psychologiques dans la psychose a trouvé des différences significatives dans leur efficacité par rapport à la réduction des symptômes psychotiques. Bien que certaines de ces différences aient perdu l'importance lorsque des analyses de sensibilité ont été réalisées pour le risque de biais, d'autres étaient plus robuste. TCC a montré une petite mais robuste supériorité dans la réduction des symptômes positifs, tandis que la formation des compétences sociales a montré une petite mais relativement robuste supériorité dans la réduction des symptômes négatifs. Befriending s´est montré moins efficace que d'autres interventions dans la réduction des symptômes généraux, bien que ce résultat n'était pas robuste quand les analyses de sensibilité menées pour la détection du risque de biais étaient plus strictes. De même, des effets non significatifs après des analyses de sensibilité pour le risque de biais suggèrent les avantages de la TCC, l´entraînement aux habiletés sociales, et la remédiation cognitive pour toutes les mesures de symptômes communs.. En conclusion, bien que les différences observées entre les interventions psychologiques dans la psychose soient faibles dans cette méta-analyse, la nature relativement robuste des différences et le motif pour lequel les différences se produisent ont des implications pour la mise en œuvre continue clinique, la conception et l'amélioration des thérapies psychosociales de la psychose.

  • Dr Zemama Hanane
  • Service de psychiatrie
  • CHU HassanII Fès
  • Le 19/05/2014

Affichage Affichages : 845

Recherche