Recherche > Revue de presse > Les défis du traitement de la dépression pendant la grossesse

Les défis du traitement de la dépression pendant la grossesse


antidepressants-and-pregnancy

Il est bien connu que les femmes ont un risque élevé de dépression au cours de leur vie de procréation. Historiquement, la dépression durant la grossesse a reçu moins d'attention par rapport à la dépression du post-partum. Cependant, avec les connaissances actuelles de la dépression et de ses effets, il est extrêmement important de se concentrer sur la dépression et son traitement pendant la grossesse et d'informer pleinement les femmes, leurs partenaires, et les soignants sur les risques de la maladie ainsi que les risques et les avantages du traitement.

La prévalence de la dépression majeure chez les femmes enceintes est de l'ordre de 3,1% - 4,9%. Peu d'études ont exploré l´incidence de la dépression pendant la grossesse, mais une approche systématique a révélé une incidence de 14,5% au cours de la grossesse pour la dépression majeure ou mineure et 7,5% pour la dépression majeure. Chez les femmes atteintes de trouble bipolaire ou de la dépression unipolaire, la dépression majeure est la forme la plus répandue durant la grossesse ou la période du post-partum, ce qui souligne l'importance de la connaissance de l´intérêt pour traiter la dépression au cours de la grossesse.

Les facteurs de risque de la dépression durant la grossesse sont similaires à ceux de la dépression du post-partum. ils comprennent les femmes enceintes ayant des antécédents de dépression, le manque de soutien social, ayant une grossesse non désirée, de bas niveau socio-économique, exposition à la violence conjugale, être célibataire, l'anxiété, et avoir un événement de vie stressant. En outre, les  femmes souffrant de la dépression au cours de la grossesse ont un risque plus élevé de dépression du post-partum, qui peut avoir un impact significatif sur la santé et le bien-être des mères et des nourrissons.

Alors que les changements hormonaux et les interactions de l'Axes HPO et HPA n'ont pas été déterminées, l'impact de la dépression sur le fœtus est d'un grand intérêt. L'effet de la dépression sur le fœtus et la grossesse peut être directement lié des substrats neurobiologiques de la dépression comme les glucocorticoïdes qui traversent le placenta. L'effet indirecte est supposée être lié à l'hyperactivité de l'axe hypophyso-surrénalien, ce qui induit l´hypersécrétion placentaire de corticotrophine-releasing factor et à son tour augmente la contractilité du myomètre, conduisant à la prématurité  ou à l´avortement. La dépression peut également avoir un impact indirect sur le fœtus par la perturbation du sommeil, de l'appétit et par l'utilisation de médicaments en vente libre, de l'alcool, le tabac ou la caféine.

Les études qui se sont penchées sur la dépression pendant la grossesse ont montré l´association d´un mauvais pronostic obstétrical. On sait beaucoup moins sur l'impact de la dépression sur la grossesse, le fœtus, le nouveau-né et de la mère par rapport à l'impact des antidépresseurs.

Le traitement de la dépression par des antidépresseurs au cours de la grossesse est compliqué par le souci de la sécurité du fœtus puisque tous les psychotropes, y compris les antidépresseurs traversent le placenta, et malgré ça l´ utilisation des antidépresseur a augmenté  depuis quelques années, et l'augmentation a été principalement attribuable aux antidépresseurs les plus récents (ISRS et IRSNA). Une étude a montré que l'utilisation des antidépresseurs a augmenté de 2% en 1996 à 7,6% en 2005. Dans une autre étude elle est passée de 5,7% en 1993 à 13,4% en 2003. Chez les femmes enceintes qui prennent des antidépresseurs, la plus forte prévalence d'usage est pendant le premier trimestre (2% -3,7%). Les taux d'utilisation pendant la grossesse sont légèrement inférieurs à ceux des femmes qui prennent des antidépresseurs avant la grossesse (2,9% -6,6%) et après (7%). Il semble y avoir une tendance à la baisse d'utilisation des antidépresseurs dès le premier trimestre (3,7%) puis  le second (1,6%) et le troisième (1,1%.). Cette tendance reflète le souci du fournisseur et des patientes sur la relation entre l´exposition à un ATD au troisième trimestre et le syndrome d'inadaptation néonatale.

Peu d'études épidémiologiques ont exploré Le taux d'arrêt d'antidépresseurs au cours de la grossesse. . Beaucoup de femmes cessent leurs antidépresseurs pendant la grossesse, mais ne sont pas conscients que la recherche indique que les femmes qui interrompent leur traitement

sont beaucoup plus à risque de récidive de la dépression. Dans une étude, les femmes qui ont interrompu leur antidépresseur ont été cinq fois plus susceptibles d'avoir une rechute par rapport à aux femmes qui ont maintenu leur traitement antidépresseur à travers la grossesse. Ces résultats sont importants, il explique le besoin potentiel à traiter les des femmes avant et pendant la grossesse.

Les antidépresseurs traversent le placenta et entrent dans la circulation fœtale ainsi que dans le liquide amniotique. L´ exploration de l'impact des antidépresseurs sur le fœtus est un défi pour de nombreuses raisons. Il y a beaucoup de facteurs potentiellement intriqués, il est donc important de définir les effets de la dépression maternelle, y compris la gravité de la dépression et d´autre facteurs telles que le statut socio-économique, l'usage de substances et la comorbidité entre maladies somatiques et mentales. Par exemple, peu d'études prennent en compte la consommation d'alcool par la mère. Une étude récente a constaté que plusieurs épisodes de consommation excessive d'alcool par la mère en début de grossesse augmentent le risque de malformations cardiaques qui devient plus important chez les mères fumeuses.

Comme pour les effets de la dépression sur le fœtus, les antidépresseurs ont le potentiel d'affecter le fœtus par le risque d´avortement, de réduction de la croissance (microcéphalie, faible poids de naissance, hypotrophie fœtale), la prématurité, des malformations, ainsi qu´un risque d'inadaptation néonatale, un retard du développement moteur, d'hypertension pulmonaire persistante et des troubles de comportement du nourrisson et l'enfant.

En dehors des antidépresseurs, de nombreuses patientes peuvent être traitées avec une psychothérapie, soit seule en cas d'intensité légère ou modérée de la dépression, ou en combinaison avec un antidépresseur chez les malades les plus graves. Les thérapies individuelles ou de groupe ont été évalués dans de nombreuses études et ont montré une efficacité chez les femmes enceintes. En plus de psychothérapie, la luminothérapie peut être une approche prometteuse dans le traitement de la dépression de la femme enceinte avec moins de risques des antidépresseurs. L´ ECT est un traitement efficace et réservé pour les troubles de l'humeur sévère, y compris la dépression pendant la grossesse. Bien que des études indiquent que ces thérapies soient efficaces, il n'existe aucun rapport de leur impact direct sur le fœtus, le nouveau-né ou à la naissance.

En conseillant les patientes souffrant de dépression par le counseling, il est important de leur éclairer les risques et les avantages  du traitement dans chaque phase préconceptionnelle, du première trimestre, du deuxième trimestre, du troisième trimestre, et de la période néonatale. Il est important d'évaluer pour chaque femme sa propre histoire de la dépression, sa durée, sa récurrence, la gravité de ses symptômes, la tendance à l'automutilation ainsi que la consommation d'alcool, de drogues et de tabac.

  • Dr Zemmama Hanane
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 25/04/2013

Affichage Affichages : 1232

Recherche