Recherche > Revue de presse > Les complications de la grossesse suite à l’ exposition maternelle aux IRSS ou à des troubles psychiatrique

Les complications de la grossesse suite à l’ exposition maternelle aux IRSS ou à des troubles psychiatrique


Introduction :

Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine (IRSS) sont les antidépresseurs les plus utilisés au cours de la grossesse en Finlande et aux états unis. Malgré qu’ils sont considérés relativement sans danger ; ils sont liés à un risque élevé de multiples complications de grossesse et néonatales, comme la prématurité ; le retard de croissance intra utérin et hémorragie de la délivrance, d’autres études les ont lié aux problèmes respiratoires; ainsi que la persistance de l’ HTAP chez le nouveau-né.

Objectifs et méthodologie

Il s’agit d’une étude cohorte basée sur les registres nationaux, La base de données utilisée était composée de toutes les naissances vivantes uniques en Finlande entre le 1er janvier 1996 et le 31 décembre 2010

L'étude a examiné trois groupes : les femmes qui ont utilisé IRSS pendant la grossesse (le groupe IRSS), les femmes qui ont eu un diagnostic psychiatrique dont son traitement est lié aux IRSS, et enfin les femmes qui n’avaient ni diagnostic psychiatrique , ni exposition aux ISRS (groupe non exposé).

Le groupe IRSS (N = 15 729) : les femmes qui ont acheté un IRSS (la fluoxétine, le citalopram, paroxétine, la sertraline, la fluvoxamine et l'escitalopram) au cours de la période allant de 30 jours avant le début de leur gestation jusqu'à la fin de leur grossesse ont été considérés comme exposé.

Le groupe (exposées aux troubles psychiatriques) (N = 9652), comprenait toutes les mères qui ont eu un diagnostic psychiatrique qui peut être traité par les IRSS , au cours de la période allant de un an avant le début de la gestation jusqu'à leur sortie de l'hôpital après l'accouchement, mais qui n’ont pas acheté aucun antidépresseurs à partir de 3 mois avant le début de la gestation jusqu’à la délivrance.

Le dernier groupe (groupe non exposé) (N = 31 394). Ce groupe inclus les mères qui n’avaient fait aucun achat d'antidépresseurs ou antipsychotiques et qui n'ont eu aucun diagnostic psychiatrique (qui peut être traité par les IRSS) , ni avant ni pendant la grossesse.

Résultats et discussion

Dans cette étude ils ont constaté que l'utilisation des ISRS pendant la grossesse est associée à un risque plus faible de prématurité (le premier groupe par rapport au deuxième) qui est considéré comme une nouvelle découverte. Ils ont également observé un faible pourcentage de césarienne chez les utilisateurs des IRSS. Aussi ils ont confirmé le risque accru d'un score d'Apgar altéré à 5 minutes, avec des problèmes respiratoires néonatales, qui ont nécessité une surveillance dans une unité de soins néonatals. Le risque d'accouchement prématuré était de 16% inférieur, et le risque de naissance très prématurée de près de 50% inférieur, pour les femmes utilisant les ISRS pendant la grossesse par rapport aux mères qui avaient un trouble psychiatrique, mais sans utilisation des médicaments.

Les études antérieures ont signalé au contraire un risque élevé de prématurité chez les femmes ayant utilisées les IRSS pendant la grossesse. Même si cette utilisation se fait généralement dans le cadre des troubles dépressifs et anxieux , seules quelques études ont ajusté leurs résultats en prenant en considérations ces éléments , ce qui a donné des résultats contradictoires. Aucune de ces études antérieures n’a trouvé un effet protecteur de l'utilisation des IRSS sur la naissance prématurée.

Le stress prénatal, associé à la dépression maternelle, affectent la régulation de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, et entraînent une augmentation de la production de corticostéroïdes et la libération des amines vaso-actives, et réduisent potentiellement le débit sanguin ombilical et prédisposent à l'hypoxie et à la naissance prématurée.

Par conséquent, l'effet protecteur observé dans cette cohorte pourrait être lié à un soulagement des symptômes dépressifs et le stress grâce à l’effet antidépresseur des ISRS. Les résultats suggèrent également que le traitement de la dépression maternelle avec IRSS réduit le risque de césarienne; et ils ont observé un risque 30% plus faible chez les utilisateurs IRSS comparé avec les mères qui ont eu un diagnostic psychiatrique, mais qui ne se sont pas traitées avec des antidépresseurs.

En ce qui concerne le risque de l'hypertension artérielle au cours de la grossesse (y compris la pré-éclampsie) il n’était pas plus élevé chez les utilisateurs des IRSS par rapport à l'une ou à l'autre des groupes de comparaison.

Conformément à d’autres études, le risque élevé d’anomalies congénitales était associé à l’utilisation maternelle des IRSS au cours de la grossesse, y compris un faible score d'Apgar , et une nécessité de la surveillance dans une unité de soins néonatales.

  • Dr Jaafari Mounir
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 24/12/2015

Affichage Affichages : 598

Recherche