Recherche > Revue de presse > Le TDAH adulte, est-il un trouble neurologique du développement dès l’enfance ? Données d’une étude cohorte de quatre décennies.

Le TDAH adulte, est-il un trouble neurologique du développement dès l’enfance ? Données d’une étude cohorte de quatre décennies.


ADHD adults

Introduction

Le DSM-5 met le TDAH adulte au même titre que le TDAH de l’enfance dans la catégorie des troubles neuro-développementaux, et déclare, « Le TDAH commence à l'enfance ». Cependant, la duel hypothèse que le TDAH adulte est un trouble neuro-développemental et qu’il commence dans l'enfance restent non testée par aucune étude prospective longitudinale de l'enfance des adultes atteints de TDAH.

Un test manque parce que la recherche développementale sur le TDAH adulte a été limitée à deux modèles, chacun avec une lacune qui limite l'inférence sur les origines de l'enfance du TDAH adulte. Les auteurs rapportent les résultats d'un troisième design : une étude longitudinale prospective d'une cohorte dès la naissance dans laquelle ils avaient entrepris une analyse de suivi des cas de TDAH diagnostiqués dans l'enfance et un suivi de l'analyse à postériori des cas de TDAH diagnostiqués à l'âge adulte.

Méthode

Les participants à l'étude sont membres de la Dunedin Multidisciplinary Health and Development Study, une enquête longitudinale sur la santé et le comportement d'une cohorte exhaustive de naissance. Les membres de l'étude (n = 1037; 91% des naissances admissibles; 52% males) étaient tous des enfants nés entre Avril 1972 et Mars 1973 à Dunedin, Nouvelle-Zélande. Les évaluations ont été effectuées à la naissance et à partir de 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 18, 21, 26, 32, et plus récemment à 38 ans, lorsque 95% des 1007 membres de l'étude encore en vie ont été interpellés. À chaque évaluation, le sujet venait à l'unité de recherche pour une journée complète d'entretiens et d’examens.

Pour le diagnostic de TDAH de l'enfance: Les symptômes ont été déterminés en utilisant le Diagnostic Interview Schedule for Children, la version pour enfants. La recherche diagnostique basée sur les critères du DSM-III a identifié 61 enfants TDAH.

Pour le diagnostic du TDAH adulte: Les symptômes ont été constatés lorsqu’à 38 ans les participants ont eu des entrevues diagnostiques structurées. La recherche diagnostique basée sur le DSM-5 a identifié 31 adultes TDAH. 920 participants étaient des sujets témoins qui n’avaient jamais été diagnostiqués avec TDAH dans l'étude de Dunedin.

Résultats

Selon cette cohorte, la prévalence du TDAH est de 6% dans l'enfance et de 3% à 38 ans. A notre surprise, les diagnostics infantiles et adultes ne sont pas en chevauchement ! Seulement trois (5%) des 61 enfants TDAH correspondaient encore aux critères de diagnostic à 38 ans, ces trois individus ne représentent que 10% des 31 cas de TDAH à 38 ans.

Les cas de TDAH de l’enfance étaient surtout des males. Chez les adultes TDAH, il n'y avait pas de différence significative de sexe.

La moyenne des scores des symptômes du groupe de TDAH à l'enfance est sensiblement plus élevée que chez les témoins selon les parents et les enseignants au moment du diagnostic, et les rapports parents/enseignants à 5, 7, 9, et 11 ans montrent une élévation marquée et documentée des symptômes avant l'âge de 12 ans. En revanche, ces scores ne diffèrent pas de ceux des sujets témoins chez les sujets TDAH adulte.

À 38 ans, les deux groupes de TDAH de l'enfance et TDAH adulte avaient une élévation significative des symptômes d’inattention et d'hyperactivité/impulsivité.

Parmi les cas de TDAH de l'enfance, seulement 23% avaient des parents se rappellent que leur enfants avaient des symptômes de TDAH ou en ont été diagnostiqués. Les sujets TDAH de l’enfance ont rapporté que leur symptômes nuisent à leur vie professionnelle et familiale, mais ont nié avoir des problèmes de désorganisation, de sous-performance, d’être une source d’épuisement ou de dérangement pour les autres, d'avoir des accidents en rapports avec leur comportement excessif et de conduite dangereuse, symptômes qui ont été rapportés par le groupe TDAH adulte!

Il n’y avait pas de médication dans cette cohorte car les médicaments ont été rarement utilisés chez les enfants TDAH en Nouvelle-Zélande dans les années 70 et les années 80 et est encore une pratique rare chez les adultes TDAH à ce jour.

Le groupe de TDAH de l'enfance avait des taux significativement plus élevés de troubles de conduite, de dépression et d'anxiété à l’enfance. Par contre, les 2 groupes n’avaient pas de taux significativement élevés ni de manie, ni de dépression et ni de troubles anxieux à l’âge adulte. Le groupe de TDAH adulte avait des taux significativement plus élevés de dépendance persistante à l’alcool, au cannabis, au tabac et à d'autres drogues.

70% des adultes atteints de TDAH ont rapporté un contact entre 21 et 38 ans avec un professionnel pour un problème de santé mentale et 48,4% d'entre eux avaient pris des médicaments pour un problème autre que le TDAH: une dépression, une anxiété, un traumatisme psychologique, une toxicomanie et trouble de l'alimentation.

Le groupe de TDAH de l'enfance a montré des déficits cognitifs importants à l’enfance. Par contre, le groupe de TDAH adulte n’avait montré aucun signe de déficit cognitif, en dehors d'un retard léger de lecture. Bien que les participants atteints du TDAH de l'enfance aient pu surmonter leur difficulté, ils ne se sont pas débarrassés pour autant de leurs difficultés cognitives. Malgré cela, ils ne rapportent que des plaintes cognitives modérément élevées. En comparaison, les participants TDAH adulte avaient relativement peu de déficits cognitifs à l’âge adultes. Toutefois, ils ont signalé de nombreuses plaintes cognitives subjectives.

Un score de risque polygénique par des études génomiques de larges associations (GWAS) du TDAH a été significativement plus élevé dans le groupe de TDAH de l'enfance, mais pas dans le groupe de TDAH adulte. Les sujets TDAH de l'enfance avaient moins de chance d’obtenir un diplôme universitaire, ils ont déclaré des revenus nettement inférieurs, ils épargnent moins, ils ont beaucoup plus de problèmes de dette et de gestion d’argent. Par contre, le groupe TDAH adulte ne diffère pas du groupe témoin par rapport à tout cela.

Discussion

Le DSM-5, les cliniciens et le grand public présument que le TDAH adulte est le même trouble neuro-développemental qui débute à l'enfance comme le TDAH infantile, mais est-ce vrai ?

Cette étude a révélé que le TDAH adulte ne représentait pas une continuation d'un trouble neuro-développemental débutant dans l'enfance. C’est la première étude prospective sur les origines infantiles des personnes diagnostiquées avec TDAH adulte selon le DSM-5; Ainsi, cette nouvelle découverte doit être évaluée dans des études futures.

Cette étude a quelques avantages de design. Elle s’est étalée sur quatre décennies et a soutenu à la fois un suivi prospectif et rétrospectif, où les cas de TDAH ont été étudiés sans biais de recrutement ni de traitement.

Cette étude a aussi quelques limites: les résultats n’étaient pas le fruit d'hypothèses à l'avance; le TDAH à l'enfance a été diagnostiquée à l'aide du DSM-III; et puisque le TDAH a été jugé un trouble seulement à l’enfance dans le DSM-III-R, notre étude n'a pas évalué les sujets TDAH à leurs vingtaines; l’échantillon de TDAH adulte est petit; les troubles de personnalité n'ont pas été évalués; les auteurs ont manqué de données de neuro-imagerie pour tester l'hypothèse neuro-développementale; et enfin puisqu’il n y a pas de médication dans cette cohorte, les résultats ne peuvent pas être généralisés aux patients sous traitement.

Contrairement à leurs attentes, les auteurs n’ont pas trouvé de preuves que le TDAH adulte ainsi défini est un trouble neuro-développemental d’apparition infantile. Leur premier indice était la prévalence élevée chez les femmes, qui a été rapportée avant et qui diffère du TDAH de l'enfance. Deuxièmement, lorsqu’ils ont exploité la conception prospective de leur étude, ils ont constaté que presque aucun des participants atteints du TDAH adulte n’avait un TDAH à l’enfance. En outre, ceux avec TDAH adulte n'ont pas eu des symptômes même à minima à l'enfance; et le plus surprenant c’est qu'ils n’avaient pas de déficits neuropsychologiques qui sont la signature que le TDAH est un trouble du neuro-développemental.

Cette découverte suggère l'hypothèse qu'il y a une forme de début à l’âge adulte du TDAH. Si cette hypothèse est soutenue par la recherche, la place du TDAH adulte dans le DSM (et ses critères de diagnostic) doit être reconsidérée. Ironiquement, en exigeant l’origine d’apparition dès la petite enfance et l’origine neuro-développementale, le DSM-5 laisse ces formes adultes en dehors de son système de classification!

Conclusion

Ces résultats soulèvent la possibilité que les adultes présentant les symptômes TDAH puissent ne pas avoir un trouble neuro-développemental débutant dans l'enfance. Si cette conclusion est répliquée, la place du trouble dans le système de classification doit être réexaminée, et la recherche doit enquêter sur l'étiologie du TDAH chez l'adulte.

Dr. Benbrahim Mohammed

29/10/2015

Hôpital psychiatrique Ibn Al Hassan

CHU Hassan II - Fès


Affichage Affichages : 773

Recherche