Recherche > Revue de presse > Le rôle de la clozapine dans le traitement des premiers épisodes de Schizophrénie

Le rôle de la clozapine dans le traitement des premiers épisodes de Schizophrénie


clozapine-first-episode-SZP-1

Un traitement précoce et efficace dans un premier épisode de schizophrénie est associé à de meilleurs résultats. La Clozapine, le traitement de choix dans la schizophrénie réfractaire, est régulièrement utilisé seulement comme un traitement de troisième ligne, et il a été démontré qu'il accroît le taux de réponse, même comparativement à d'autres antipsychotiques atypiques.

Cela soulève la question de savoir si clozapine serait mieux positionné en tant que traitement de première ligne.

La clozapine est un antipsychotique atypique lié au traitement des schizophrénies  résistantes et peu de temps après sa sortie dans les années 1970. La clozapine a été liée à un risque, même s'il est faible, à l'agranulocytose. Par conséquent, son utilisation a été nettement réduite avec nécessité d'une surveillance hématologique. Une étude pionnière démontrant une supériorité clinique  de la clozapine dans la schizophrénie réfractaire (Kane et al, 1988), et depuis la clozapine  est adoptée en Amérique du Nord en tant que traitement de «dernier recours», après l'échec d'autres antipsychotiques et avec une surveillance hématologique rigoureuse.

En dépit de l'introduction d'un certain nombre de nouveaux antipsychotiques au cours des deux dernières décennies, la clozapine reste le traitement de choix dans la schizophrénie réfractaire.

Dans une grande étude de son genre, les auteurs de ce manuscrit ont suivi 244 personnes avec un premier épisode de la schizophrénie dans une conception naturaliste à travers deux essais d'antipsychotiques atypiques avant le passage à la clozapine (Agid.O et al, 2011). Le taux de réponse était de 75,4% au premier essai, et il a diminué pour s'établir à 16,7% dans le second. Le taux de la réponse a passé à 75% dans le troisième essai, lorsque les patients sont passés à la clozapine.

À ce jour, seules deux études ont abordé la question sur l'utilisation de la clozapine en première ligne et le long terme concluant que la clozapine n'était pas cliniquement supérieur  comparativement à la fluvemazine et la chlorpromazine.

Dans l'un des essais ouverts, la clozapine a été interrompu dans 16,7% des participants en raison d'une leucopénie, bien qu'aucun de ces cas n'a evolué vers  une agranulocytose. Dans ce sous-échantillon, il n'y avait aucune différence entre les groupes pour le gain de poids, glycémie, et de l'ECG, y compris le pouls et l'intervalle QT.

Aussi dans ce sous-échantillon, les taux de dyskinésies tardives ont atteint 4,8% pour la clozapine et 25% pour la chlorpromazine.

La clozapine rétablit un taux de réponse plus élevé, même en tant que traitement de troisième ligne, ce qui soulève la question de savoir si cet effet pourrait être renforcé par  l'utilisation de la clozapine comme un traitement de seconde ligne.

Malgré l'introduction de nombreux nouveaux médicaments au cours des deux dernières décennies, de nombreuses personnes schizophrènes continuent à répondre mal, et pour ces patients  la clozapine représente l'alternative la plus efficace disponible

  • Dr. Rharrabti Souad
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 22/04/2013

Affichage Affichages : 1303

Recherche