Recherche > Revue de presse > La Thérapie cognitivo-comportementale ou luminothérapie pour le trouble affectif saisonnier : Résultats à un an et à deux ans de suivi

La Thérapie cognitivo-comportementale ou luminothérapie pour le trouble affectif saisonnier : Résultats à un an et à deux ans de suivi


Introduction

Le défi central de la santé publique dans la gestion du trouble affectif saisonnier (TAS) en hiver  est la prévention des récurrences des épisodes dépressifs au cours des hivers suivants. La luminothérapie, le traitement le plus étudié, est très efficace pour le TAS aigu.Toutefois, la conformité à long terme avec les guidelines de pratique clinique recommandant un traitement quotidien pendant les mois symptomatiques chaque année est médiocre. La majorité des patients  ne parviennent pas à entamer  le traitement de la lumière dans les hivers suivants, les laissant vulnérables à la récidive, sans autre traitement.

La thérapie cognitivo-comportementale adaptée pour le TAS est un traitement alternatif émergeant, limité dans le temps. Considérant que les objectifs de la luminothérapie ciblent une vulnérabilité chronobiologique, la TCC vise  une vulnérabilité psychologique, en particulier les pensées maladaptées  par la restructuration cognitive et les comportements d'évitement grâce à une activation comportementale, pour atténuer les symptômes actuels et prévenir les futures récidives.

Si les effets de la TCC durent  après le traitement afin d'éviter les récurrences, ils peuvent offrir  une méthode plus pratique de la gestion des symptômes à long terme que la reprise du traitement de lumière par jour chaque année.

Objectif :

la présente étude a eu comme objectif primaire ; de comparer l'efficacité à long terme de La TCC par rapport à la luminothérapie durant un et deux  saisons hivernales  après le traitement. Les auteurs supposent que la TCC sera associée à une proportion plus faible de récurrences de la dépression, des symptômes moins graves, et une grande proportion de rémissions qu'avec la thérapie de la lumière au cours  du suivi.

Méthodologie

Cet essai a été mené au Laboratoire de l'humeur et Saisonnalité à l'Université du Vermont et a été approuvé par le comité d'examen institutionnel de l'université. L'échantillon inscrit des patients (N = 177) a été attribué au hasard à 6 semaines de TCC et  luminothérapie avec un suivi prospectif  sur deux nouveaux hivers après le traitement. Les participants étaient âgés de 18 ans ou plus et répondaient aux critères du DSM-IV-TR pour la dépression majeure, récurrente, avec tendance saisonnière sur l'entrevue clinique structurée pour Troubles du DSM-IV Axe I (SCID) et un épisode de trouble affectif saisonnier en cours sur le Guide d'entrevue structurée pour la dépression de Hamilton Rating Scale-Seasonal Affective Disorder Version (Sigh-SAD).

Les 29 items de la Sigh-SAD inclut 21 items de l'échelle de dépression Hamilton,( HAM-D) et  8 items de la sous échelle  de symptômes atypiques . La récurrence a été évaluée au cours des deux saisons ultérieures par  score de la Sigh-SAD ≥20 et Score HAM-D ≥10 score symptômes atypiques≥5.

La rémission a été jugée sur  une amélioration de ≥50% sur l'échelle Sigh-SAD ; plus score HAM-D ≤7 au cours du suivi plus sous échelle des symptômes atypiques ≤7.

L'inventaire de BECK a été également utilisé  au cours du suivi, un score total <8 en faveur d'une rémission.

Résultats :

170/177 participants (96%) ont fourni des données du premier hiver suivant  et 169/177 (95%) ont fourni des données du deuxième hiver. Parmi ceux inscrits après la première année, 144/153 (94%) et 132/153 (86%) ont terminé Octobre et Décembre le suivi des appels, respectivement.

Les résultats du traitement  ne diffèrent pas  au cours de la première année du suivi. Au deuxième hiver, la TCC adaptée  au trouble affectif saisonnier était associée à une plus faible proportion de récurrences  sur la sigh-SAD (27,3% contre 45,6%), des symptômes moins graves, et une plus grande proportion de rémissions définie comme un score BDI-II ≤ 8 (68,3% contre 44,5%) par rapport à la luminothérapie.  L'absence de récurrence la première année était associée à l'absence de récurrence au cours de la deuxième année parmi les participants à la TCC (Risque relatif = 5,12) par rapport aux participants à la luminothérapie (risque relatif= 1,92).

Ces résultats de suivi sont conformes à l'étude  précédente de la même équipe, à l'exception de ce groupe de traitement, des divergences sont apparues au cours  du deuxième hiver ici et ont été visibles à la première année dans l'étude antérieure.

La TCC a un effet durable qui réduit le risque de récidive après un traitement aigu par rapport à la luminothérapie.

En conclusion, le précédent rapport a constaté que la TCC et la thérapie par la lumière ont une efficacité comparable en phase aigue sur le trouble affectif saisonnier, mais ces données de suivi montrent  de meilleurs résultats pour  la TCC que la luminothérapie deux hivers plus tard.

En conséquence, la TCC doit être considérée comme  un traitement efficace, en particulier si l'accent est mis sur la prévention de la récidive.

  • Pr Aarab Chadya
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 28/03/2016

Affichage Affichages : 471

Recherche