Recherche > Revue de presse > La Stimulation magnétique trans-crânienne répétitive pour le traitement des épisodes dépressifs majeurs - Une revue systématique avec une méta-analyse

La Stimulation magnétique trans-crânienne répétitive pour le traitement des épisodes dépressifs majeurs - Une revue systématique avec une méta-analyse


Introduction

En 2010, le trouble dépressif était la deuxième cause de l’incapacité dans le monde. Chez la plupart des patients avec une dépression résistante, les options de traitement disponibles sont peu efficaces. Il est donc urgent de développer et d'optimiser de nouveaux traitements contre la dépression, tels que la stimulation magnétique trans-crânienne répétitive (rTMS). La rTMS induit des changements dans l'activité cérébrale en fonction de la fréquence appliquée. La fréquence élevée High frequency (HF)-rTMS ( ≥ 10 Hz) induit une augmentation de cette activité, tandis que la fréquence basse Low frequency LF-rTMS (≤ 1 Hz) a l'effet inverse. Théoriquement, dans le trouble dépressif majeur, il existe une hypoactivité au niveau du cortex préfrontal dorso-latéral gauche (DLPFC) et une hyperactivité au cortex préfrontal dorso-latéral droit. Le HF-rTMS et le LF-rTMS sont respectivement appliquées sur les DLPFC gauche et droit. Dans ce cas on parle de la rTMS "bilatérale".

Récemment, de nouvelles formes de la rTMS ont été étudiées. Ils incluent la stimulation magnétique trans-cranienne profonde (H-coil)TMS appliquée au niveau du DLPFC gauche , et qui utilise un format de bobine différent qui peut Stimuler des structures corticales et sous-corticales plus profondes. La stimulation θ burst (TBS), inhibant de façon continue le DLPFC droit ou stimulant de façon intermittente le DLPFC gauche est potentiellement avantageux en raison du nombre réduit de séances et aussi pour sa capacité d'induction d’une neuroplasticité. Il existe encore la stimulation magnétique transcranienne synchronisée à faible champ (sTMS), qui peut théoriquement effectuer une stimulation synchronisée avec la fréquence individualisée α.

Enfin, Les variétés de HF-rTMS et de LF-rTMS, telles que les HF-rTMS accélérée (aTMS) et LF-rTMS amorcée (pTMS) , ont été également testées.

Cette méta-analyse a pour objectifs de classer les différentes modalités de r TMS selon leur efficacité et leur tolérance au traitement du trouble dépressif majeur.

Méthodes

Ils ont inclus tous les essais cliniques randomisés publiés dans le PubMed / MEDLINE, EMBASE, PsycInfo et Web of Science depuis leur création jusqu'au 1er octobre 2016.

Les critères d’inclusion étaient les études sur des patients ayant un diagnostic primaire d'épisode dépressif majeur unipolaire ou bipolaire, avec ou sans comorbidités (l'anxiété ou les troubles de la personnalité..).

Les taux de réponse et de rémission étaient obtenus sur la base de l'échelle de dépression de Hamilton, 17 items (HDRS-17). Une bonne réponse au traitement a été définie comme une amélioration de plus de 50%.Une rémission a été définie comme un score de 7 ou moins, 8 ou moins, ou 10 ou moins sur le HDRS-17, HDRS-21.

En ce qui concerne l'acceptabilité, les auteurs ont évalué le nombre de patients initialement inscrits, patients qui ont abandonnés et ceux qui ont terminé l'étude pour estimer le taux d'abandon de l’étude.

Résultats

Parmi 1121 études, seules 81études cliniques randomisées qui ont été inclues. La comparaison HF-rTMS vs sham était la plus répandue.

4233 patients ont participé à ces études, avec un âge moyen de 46 ans et dont 59,1% étaient des femmes. La plupart des essais cliniques (74,1%) ont recruté seulement des patients avec une dépression résistante au traitement, (69,1%) ont effectué 10 à 15 séances, 79% des essais ont utilisé la méthode de 5 cm ou 6 cm pour le positionnement des bobines. et enfin 69,1% des études ont utilisé rTMS en association avec le traitement pharmacologique.

Concernant la réponse au traitement, les rTMS bilatérale ;HF-rTMS ; LF- rTMS et le TBS étaient significativement plus efficaces par rapport au sham avec :OR 3,39 ;OR 3,28 ; OR 2,48 ; OR 2,57 respectivement.

Selon les résultats de la méta alanlyse (AMN),les rTMS bilatérale ; HF- rTMS ; LF- rTMS ainsi que la pTMS étaient les plus efficace que le SHAM avec : OR, 3,96; OR, 3,07; et OR, 2,37,et OR, 2,54.

De plus, la rTMS bilatérale était plus efficace que le sTMS (OR, 3,65) ; mais aucune différence importante n'a été trouvée entre les 8 interventions rTMS actives.

Pour l’ Acceptabilité ; les résultats de NMA ont suggéré que le pTMS est beaucoup plus acceptable que le rTMS-HF (OR, 3,45 ) ; le LF-rTMS (OR, 3,70) ; le sTMS (OR, 4,35 ) et le sham (OR, 3,70).

Pour la Rémission sous différentes modalité de la rTMS ; Les résultats étaient semblables à ceux retrouvé en haut, mais ces résultats sont plus incertains.

Discussion

Les auteurs ont comparé les effets de 8 types de rTMS et SHAM, en utilisant les données de 81 études cliniques randomisées (4233 patients avec dépression). Concernant la réponse au traitement, Seuls les rTMS bilatérale , pTMS, HF-rTMS, TBS et LF-rTMS étaient supérieurs par rapport au sham. Les mêmes résultats sont retrouvés pour la rémission à l'exception du TBS.

De plus, la rTMS bilatérale semblait être supérieure à la sTMS. Le classement relatif estimé des traitements impliquait que la pTMS et la rTMS bilatéral avaient un meilleur rendement parmi toutes les modes de rTMS en termes d'efficacité.

Enfin, l'acceptabilité de toutes les interventions actives était semblable à la sham, confirmant qu'elles étaient bien tolérées. Le pTMS a été jugé plus acceptable (c'est-à-dire, avec un taux d'abandon plus faible) que le HF-rTMS, le LF-rTMS, le sTMS et le sham.

Les méta-analyses standard antérieures ont également démontré la supériorité de la rTMS bilatérale par rapport à la sham. Ces résultats suggèrent que des essais cliniques randomisés plus importants, devraient être effectués pour explorer davantage l'efficacité de cette intervention.

Dr Mounir Jaafari
Service de psychiatrie
CHU Hassan II Fès
Le 24/02/2017


Affichage Affichages : 357

Recherche