Recherche > Revue de presse > La relation entre la dose des inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine (IRSS) et la réponse thérapeutique dans le trouble dépressif majeur (résultats d’une méta-analyse)

La relation entre la dose des inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine (IRSS) et la réponse thérapeutique dans le trouble dépressif majeur (résultats d’une méta-analyse)


Si l'efficacité des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRSS) dans le trouble dépressif majeur est acceptée, il reste une certaine incertitude concernant sa dose optimale pour le trouble dépressif majeure.

Les auteurs ont effectué cette méta-analyse pour rechercher la dose thérapeutique cible, et examiner la relation entre la dose des ISRS et leur efficacité dans le trouble dépressif majeur Comparativement au placebo.

Une recherche a été effectuée le 10 Octobre, 2013 dans les bases de données PubMed , CENTRAL, et The Cochrane Collaboration database of controlled trials des études Publiés des essais cliniques contrôlés randomisés comparant tous les ISRS avec le placebo dans le traitement à court terme de la dépression unipolaire.

Les essais ont été inclus si :

  1. Les données des doses concernant l'efficacité des IRSS en comparaison du placebo étaient disponibles
  2. Ils ont utilisé des échelles de mesures et d'évaluation de la dépression qui sont validées et standards .
Les essais ont été exclus si :
  1. l'âge des participants était moins de 19 ans ou plus de 60 ans;
  2. ils ont étudié un diagnostic psychiatrique autre que le trouble dépressif majeur ou un trouble bipolaire ;
  3. l' essai est non randomisé;
  4. si il n'y'a pas une comparaison avec le placebo;
  5. et si une psychothérapie associée a été réalisée pour le groupe qui a reçu IRSS ou pour le groupe contrôle.

La dose équivalente de l'imipramine été choisis comme unité de mesure pour les IRSS : 100 mg d'imipramine = 120 mg de sertraline = 100 mg de fluvoxamine = 20 mg de paroxétine ou la fluoxétine 33,3 mg de citalopram = 16,7 mg d'escitalopram.

Quarante études répondaient à nos critères d'inclusion concernant 10.039 adultes qui souffraient d'un trouble dépressif majeur. Six types d' IRSS différents ont été étudiés dans les essais contrôlés par le placebo ( fluoxétine(K = 9, N = 2,386); fluvoxamine (K = 8, N = 910); paroxétine (k = 16,N = 3,424); sertraline (k = 3, N = 865); citalopram (k = 4, N = 1,349); et l'escitalopram (k = 3, N = 1,105).

les ISRS sont plus efficaces au trouble dépressif majeur par rapport au placebo, cette différence d'efficacité était plus grande lors de la première semaine ; et peu à peu elle est diminuée mais elle persistait toujours dans les essais cliniques à court terme.Des doses plus élevées des IRSS étaient associés avec une réponse thérapeutique plus grande. La plus grande efficacité des ISRS était observée dans l'intervalle de dosage d'IRSS équivalent à 200-250mg d'imipramine. Une dose plus élevée des ISRS était légèrement, mais significativement associée avec une probabilité diminuée d'abandon du traitement.

La méta-analyse a démontré une association significative entre des doses plus élevées des ISRS et une plus grande efficacité des ISRS dans les essais contrôlés par placebo.

Des méta-analyses antérieures ont trouvé une diminution de la tolérance des ISRS à des doses plus élevées expliquant la forte probabilité d'abandon du traitement en raison d'effets secondaires. Cependant, les auteurs démontrent une association positive significative entre la dose des ISRS et leur efficacité. Nos résultats suggèrent une modeste amélioration de l'efficacité à des doses élevées des IRSS équivalent à (200 mg-250 mg )d' imipramine par rapport aux faibles doses équivalente à (100 mg à 200 mg) d'imipramine.

Dr Jaafari Mounir

Hôpital Ibn Alhassan

CHU Hassan II Fès

27/02/2016


Affichage Affichages : 405

Recherche