Recherche > Revue de presse > La recherche de la sensation, la prédisposition aux conduites à risque et impulsivité : Etude longitudinale ( début et milieu de l’adolescence)

La recherche de la sensation, la prédisposition aux conduites à risque et impulsivité : Etude longitudinale ( début et milieu de l’adolescence)


1-s2

L'adolescence est une période de développement très intéressante, Par la présence des facteurs de risque spécifiques qui contribuent à l'initiation, La progression, et l'aggravation de l'usage de substances.

Le terme désinhibition englobe la recherche des sensations, la prédisposition aux conduites à risque et l’impulsivité.

La recherche de sensations: est la tendance à chercher des sensations nouvelles et complexes par des expériences intenses et une volonté de prendre des risques.

L’impulsivité est une construction multidimensionnelle caractérisée par une insuffisance du contrôle de soi souvent ayant pour résultat des comportements précipités.

Enfin, la prise de risque est l’autoexposition du jeune à une probabilité non négligeable de se blesser ou de mourir, de léser son avenir personnel ou de mettre sa santé en péril.

Les recherches montrent l’existence de relations significatives cohérentes entre la recherche de la sensation, l'impulsivité et l'utilisation d'alcool du tabagisme et l’utilisation de marijuana au cours de l’adolescence.

Bien que les recherches antérieures aient considéré que l'impulsivité, la recherche de sensations, et la tendance à la prise des risques sont des traits stables à travers le temps, les résultats des nouvelles recherches longitudinales et transversales commencent à fournir des preuves de leur nature dynamique.

Étant donné les limites de la littérature existante sur les trajectoires des traits de désinhibition chez les adolescents, la présente étude avait deux objectifs. Le premier était de fournir une étude prospective sur la recherche de la sensation, l'impulsivité et la tendance à la prise de risque au début et à la partie moyenne de l'adolescence (la période allant de 12 à 15 ans). La deuxième était d'examiner les facteurs qui sont potentiellement liés à l'évolution de ces constructions à travers le temps, en se concentrant ici sur les principales variables démographiques telle que la race et le sexe.

L'échantillon de l'étude comprenait les jeunes adolescents de la communauté de la 5éme et 6éme années, le seul critère d'admissibilité était la maîtrise de l'anglais. Le recrutement a duré approximative deux ans. Des évaluations de suivi ont été menées chaque année pendant 5 ans.

Les évaluations contenaient une partie sur les caractères socio-démographiques: sexe, l'âge et la race. la BART-Y (The Balloon Analogue Risk Task)qui est une mesure comportementale bien validée et largement utilisée à la recherche de la tendance à prendre les risques pour les jeunes , également la sous-échelle de l'impulsivité de Eysenck I-7 pour mesurer l' impulsivité, et enfin la Brève recherche de sensations Scale (BSSS).

L'échantillon de l'étude d'origine comprenait 277 adolescents (44% de filles) ,l’ âge variait de 9 et 13 ans à la première évaluation et entre 13 et 18 à la cinquième évaluation. 49% étaient des blanc, 35% noir, 3% Latino , 1% Asiatique et 11% comme «Autre». Parmi les participants initiaux à la première évaluation, 89% ont participé à la 2éme, 89%, 84% et 77% ont participé 3, 4, et 5éme évaluation.

Les analyses ont indiqué que les scores de la recherche des sensations n'ont pas changé significativement de la première à la deuxième évaluation (p = 0,26) , puis ils ont augmenté de la deuxième à la 3éme évaluation (p<0, 001), de la troisième à la quatrième ( p<0, 001), et de la quatrième à la 5éme évaluation (p = 0,05).

d'autre part les résultats ont mis en évidence une augmentation significative des scores de la tendance aux conduites à risque de la première à la seconde évaluation (p =0,001 ), de la deuxième à la troisième évaluation ( p =0, 001), et de la troisième à la quatrième évaluation ( p = 0,02), et Il n'y avait pas un changement important de la quatrième à la cinquième évaluation (p = 0,96).

Enfin, l'impulsivité n'a pas changé entre le deuxième et la troisième évaluation et de la troisième à la quatrième évaluation (p>0 .10), alors que elle a révélé une baisse de la quatrième à la cinquième évaluation ( p<0, 001).

La tendance aux conduites à risque n'a pas été corrélée avec la recherche de sensations aux différentes évaluations.

La tendance aux conduites à risque a été corrélée avec l'impulsivité à la 2éme, 3éme, et à la 5éme évaluation.

La recherche de sensations et l'impulsivité avaient des corrélations significatives modérées à toutes les évaluations.

Les analyses multi variées ont objectivé que pour la recherche de sensations il existait une variation linéaire significative avec le temps (β = 0,83, SE = 0,37, p = 0,03). Il n'y avait pas une variation significative dans le temps (p = 0,76). L'âge est beaucoup associé au fil du temps (β = 1,62, SE = 0,46, p<0, 001), En outre, le sexe n'était pas significativement liée (p = 0,37). En revanche, la race a été associée de façon significative avec la recherche de sensations (β = 0,79, SE = 0,30, p = 0,01). Plus précisément, l'interaction entre la race et sexe n'est pas significative pour la tendance à la prise de risque l’analyse a montré une variation linéaire et quadratique significative au cours du temps (β = 7,18, SE = 1,13 p<0 0="" 001="" et="" -0="" 80="" se="0,18" p="" respectivement="">

Ni la race ni le sexe, n’ont eu une influence sur la trajectoire de la tendance aux conduites à risque sur temps (p > 0,36).

Pour l'impulsivité, l’analyse a montré à la fois une variation linéaire significative (β = 1,52, SE = 0,41, p<, 001) et quadratique au temps (β = -0,32, SE = 0,08, p<, 0,001) la race et le sexe n'ont pas eu un impact sur la trajectoire de l’impulsivité

La présente étude est la première à examiner la trajectoire de développement de trois aspects essentiels de la désinhibition. Trois grandes conclusions ressortent de cette étude. Tout d'abord, la recherche des sensations a augmenté linéairement de début et le milieu de l'adolescence. En second lieu, les niveaux d'impulsivité suggèrent une variation quadratique modeste au cours du temps, indiquant que les niveaux d'impulsivité peuvent atteindre une grande hauteur à la 4éme évaluation lorsque les jeunes ont 13-17 ans avant de diminuer par la suite. Et encore l’étude a également montré un effet quadratique du temps sur la tendance aux conduites à risque , mais qui comprend une raide augmentation suivie d'une stabilisation pour la dernière évaluation.

À l'exception de la relation entre la race et la recherche de sensations, la race et le sexe ne semble pas être des facteurs prédictifs significatifs.

Des modèles plus récents ont postulé que certains de ces facteurs de risque peuvent présenter un changement pendant l'adolescence. Plus précisément, les nouveaux examens suggèrent que la recherche de sensations et l'impulsivité ont un pic à l'adolescence et peu à peu présentent une diminution au fil du temps.

Ces trajectoires peuvent refléter les différences fondamentales entre les constructions et leurs relations avec le développement de systèmes neurobiologiques et cognitives. Par exemple, bien que la recherche des sensations est associée à un comportement orienté vers un but d'identifier et de recherche d’avoir des expériences, par rapport à l'impulsivité et la tendance aux conduites à risques qui sont plus étroitement liée à la maîtrise du comportement.

La stabilisation à la fois de l'impulsivité et de la tendance aux conduites à risque à la partie moyenne de l’adolescence coïncide avec des augmentations notables du contrôle des impulsions, plus précisément avec le développement du Système de commande lié à la maturation du cortex préfrontal.

Les résultats actuels complètent la théorie neurobiologique existant et montrent que les facettes de désinhibition sont progressivement modulées par le développement du contrôle cognitif au milieu et à la fin de l’adolescence.

Ces résultats suggèrent l'importance de cibler efficacement une période critique du développement pour réaliser une prévention efficace à l’utilisation des substances.

  • Dr Jaafari Mounir
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 22/08/2014

 


Affichage Affichages : 661

Recherche