Recherche > Revue de presse > La kétamine et les autres antagonistes NMDA: les premiers essais cliniques et les mécanismes possibles dans la dépression

La kétamine et les autres antagonistes NMDA: les premiers essais cliniques et les mécanismes possibles dans la dépression


ketamine

L'émergence du traitement par la kétamine en intraveineux a été célébré comme peut-être "la Progression la plus importante dans le traitement antidépresseur depuis des décennies" . Toutefois, l'inquiétude a été soulevée par le fait que l'utilisation de la kétamine peut engendrer des séquelles indésirables qui dépassera tout bénéfice thérapeutique.

L'objectif de cette étude faite par le Conseil « Research Task Forceon Novel Biomarkers and Treatments » est l’ examen systématique et la méta analyse des essais cliniques randomisés de la kétamine et d'autres antagonistes des récepteurs NMDA dans le traitement de la dépression, l'évaluation à la fois de l'efficacité et des effets indésirables de ces divers agents. Cette méta- analyse a Collecté (mai 2015 ) tous les articles publiés en anglais et qui abordent le traitement de la dépression majeure (y compris l’épisode dépressif majeur du trouble bipolaire) par la kétamine, la mémantine, et d'autres antagonistes des récepteurs NMDA.

Seuls les essais Cliniques randomisés en double aveugle contrôlés par placebo qui ont utilisé des échelles d'évaluation standardisée pour la dépression étaient admissibles.

A ce jour, La kétamine n’est pas seulement l'antagoniste du NMDA le plus étudié, avec 12 essais randomisés , mais il est aussi le seul antagoniste (NMDA) qui a montré son efficacité antidépressive . Plusieurs essais cliniques fournissent actuellement des preuves convaincantes que les effets antidépresseurs de la perfusion de kétamine sont à la fois rapides , robustes, mais passagères. Étonnamment, les autres antagonistes NMDA, qui se lient au même récepteur et sur le même site que la kétamine, ne présentent pas la même efficacité antidépressive. Il peut être intéressant de noter que la kétamine se distingue également des autres antagonistes NMDA par la fréquence élevée des effets secondaires dissociatifs et psychotomimétiques (induit des symptômes psychotiques).

Par ailleurs, certains ont spéculé que les effets secondaires psychotomimétiques et dissociatifs de la kétamine peuvent être nécessaires pour son efficacité antidépressive, ce qui suggère que la kétamine peut produire ses effets antidépressifs, et ses effets secondaires par le même mécanisme.

On note l'absence dans la littérature des études démontrant que les effets antidépressifs de la kétamine peuvent être maintenus par des perfusions multiples de maintenance.

De même, dans deux essais cliniques randomisés, un traitement d'entretien avec le riluzole (un modulateur glutamatergique) , n'a pas réussi à maintenir la réponse thérapeutique par une perfusion de la kétamine avec des taux de rechute de 67% à 80%.

Les conclusions émergeant de la méta-analyse des études concernant les antagonistes de la NMDA sont alors :

  • 1) La perfusion intraveineuse d’une doses sous anesthétiques de kétamine donne un effet antidépresseur rapide;
  • 2) La perfusion de kétamine produit également des effets secondaires dissociatifs au premier plan et des effets psychotomimétiques;
  • 3) la kétamine a un effet thérapeutique bref;
  • et 4) les autres antagonistes de la NMDA ont échoué à montrer une efficacité antidépressive similaire à la kétamine.

Les futures orientations de la recherche de la kétamine devraient continuer à examiner trois préoccupations centrales:

  • 1) Préciser le mécanisme d’action de la kétamine ;
  • 2) comprendre le profil d'administration nécessaire pour fournir un bénéfice thérapeutique durable;
  • et3) examiner le Profil de sécurité de la kétamine, en particulier avec l'administration répétée et à faible dose.

Dr Jaafari Mounir

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 29/10/2015


Affichage Affichages : 855

Recherche