Recherche > Revue de presse > La comparaison entre l'efficacité de l'ECT Bitemporal et ECT Unilatérale ( à Haute Dose 2 fois par semaine) dans le traitement de la dépression

La comparaison entre l'efficacité de l'ECT Bitemporal et ECT Unilatérale ( à Haute Dose 2 fois par semaine) dans le traitement de la dépression


INTRODUCTION

L'ECT est utilisée pour traiter les troubles mentaux graves chez 1,4 million de personnes chaque année à travers le monde, la dépression est l'indication la plus fréquente dans les pays occidentaux. La recherche sur le placement des électrodes en ECT est focalisée sur la préservation de l'efficacité et minimiser les effets secondaires. En se basant sur le dosage, l'ECT unilatérale droite est moins efficace que l'ECT bitemporal. L'ECT avec un haut dosage est plus efficace que ECT à faibles doses, mais elle affecte plus la mémoire.

Dans cette étude ils ont examiné l'efficacité à court et à long terme et les effets secondaires cognitifs de l'ECT unilatérale à haute dose comparés avec ECT bitemporal dans le traitement de la dépression de plus de 6 mois.

MÉTHODE

Il s'agit d'une étude clinique randomisée chez deux groupes. Les participants étaient tous des patients recrutés entre mai 2008 et Octobre 2012 à partir des services de santé mentale de Saint-Patrick en Irlande. Les participants étaient âgés de plus de 18 ans, répondaient aux critères du diagnostic d'un épisode dépressif majeur (unipolaire ou bipolaire; selon DSM-IV) et qui ont un score supérieur ou égale à 21 sur l' Hamilton Depression Rating Scale (HAM-D).

Les critères d'exclusion étaient les contres indications de l'anesthésie générale ou de l'ECT; la réalisation de l'ECT dans les 6 mois précédents; ATCD de schizophrénie ; un trouble neurodégénérative ou un autre trouble neurologique; l'abus d'alcool / ou de substance dans les 6 mois précédents et l'incapacité / refus de consentir.

Le traitement a été déterminé par les patients et par les médecins traitants Après des évaluations de base et avant la première session ECT, Les patients ont été répartis en 2 groupes : ECT Bitemporal et ECT unilatérale. Les informations des participants sont classés par : numéro de l'identification, initiales, date de naissance, l'histoire de l'ECT, et le site de pose d'électrodes.

ECT a été réalisée deux fois par semaine en utilisant methohexital (0,75 mg / kg à 1,0 mg / kg) comme agent anesthésiant, et la succinylcholine (0,5 mg / kg 1,0 mg / kg) pour la relaxation musculaire. Le seuil de la posologie a été précisé lors de la première session. Des traitements ultérieurs étaient 1,53-seuil pour bitemporal et 63-seuil unilatérale (placement d'Elia). La charge de stimulation a été progressivement augmentée selon les besoins au cours du traitement . Le nombre de séances d'ECT a été déterminé par les médecins en consultation avec les patients, qui peut arriver jusqu'à 12 séances, conformément aux recommandations de la Commission Irlandaise de la santé mentale. Les patients ont continué leurs traitements antidépresseurs de façon régulière. Les caractéristiques de l'ECT ont été enregistrées pour toutes les séances: le seuil de stimulation (millicoulomb [mC]); la charge moyenne de stimulation (MC); la durée des signes moteurs et EEG de la crise (secondes); nombre total de séances. Délai post ECT pour récupérer l'orientation (la capacité de répondre à 4/5 sur des questions simples : identité, lieu, âge, date de naissance, jour). Les évaluations de base comprenaient également la National Adult Reading Test (QI), les variables démographiques (âge, sexe, années de l'éducation, statut socio-économique et matrimonial), et les variables cliniques suivants: raison de la réalisation de l'ECT, la résistance au traitement (oui / non; traitement antidépresseur, historique…) , médications actuelles, le nombre d'épisodes dépressifs, durée de l'épisode en cours, et la polarité dépression .

Le principal résultat a été la sévérité de la dépression mesurée par le HAM-D après avoir terminé les séances de l' ECT. La rémission a été définie comme une diminution supérieure ou égale à 60 % du score HAM-D ; et la rechute a été définie comme une HAM-D ≥ 16 pour deux semaines consécutives après la rémission. la surveillance de la rechute, a été réalisée par les scores HAM-D qui ont été obtenus après la fin du traitement ( à 2, 4, 6 et 8 semaines plus 3, 4 et 6 mois) . La surveillance des effets secondaires cognitifs post-ECT a objectivé la recherche de l'amnésie rétrograde mesurée par the Columbia University Autobiographical Memory Interview-Short Form. D'autres résultats cognitifs inclus les mesures de la cognition globale (Mini-Mental State Examination [MMSE]), l'attention auditive et la mémoire verbale du travail verbale (digit spans forward and backward ), la vitesse psychomotrice et la fonction exécutive (Trail-Making Test, parts A and B), et autres tests…

RESULTATS ET DISCUSSION

Les résultats ont montré que l'ECT unilatérale avec de fortes doses deux fois par semaine n'est pas moins efficace que l'ECT en bitemporal pour le traitement de la dépression sévère. Les proportions des rémissions, ainsi que les taux de rechute, sont équivalents dans les 2 méthodes. En outre, ils ont trouvé que l'ECT unilatérale à des effets moins lourds sur la mémoire autobiographique que l'ECT en bitemporal. A la fin du traitement et les suivis de 3 et 6 mois. D'autres avantages cognitifs de l'ECT unilatérale ont été trouvés incluant une récupération plus rapide de l'orientation après les séances, une meilleure mémoire verbale à la fin du traitement. Le nombre d'effets secondaires graves et des effets indésirables étaient similaires dans les deux groupes, en concordance avec des études antérieures. Pour le score HAM-D, les résultats sont compatibles avec les résultats des essais antérieurs. Cependant, le taux de rémission globale (44,2%) était inférieur au taux de certains essais (plage: 46% - 65%), mais semblable à celui obtenu dans une grande étude communautaire (46,7%) , tandis que le taux de rechute à 6 mois (31,1%) était à la limite inférieure rapportée dans une récente méta-analyse de rechute après ECT . Ces différences reflètent la nature pragmatique de cette étude, dans laquelle le nombre de séances a été décidé par les patients et les médecins traitants plutôt que par le protocole. Les résultats cognitifs à la fin du traitement étaient compatibles avec les essais sur l'ECT trois fois par semaine. En ce qui concerne la mémoire autobiographique, ces résultats ne diffèrent que de deux essais précédents qui ont trouvé que les deux traitements ont des effets comparables.

  • Dr Jaafari Mounir
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 31/05/2016

Affichage Affichages : 490

Recherche