Recherche > Revue de presse > La chronicité des troubles de stress post-traumatique et le risque de dysfonctionnement chez les personnes âgées

La chronicité des troubles de stress post-traumatique et le risque de dysfonctionnement chez les personnes âgées


PTSD-CHRONIK-SUJET-AGE-1On connaît bien la forte relation entre la dépression et l’incapacité fonctionnelle chez les sujets âgées, cependant peu d’études ont examiné l'effet des troubles anxieux sur la vie plus tard. Des recherches antérieures ont évalué chez les personnes âgées l’anxiété, et ils ont trouvé une forte association entre les symptômes d'anxiété et l’invalidité fonctionnelle.

L’objectif de cette étude est représenté essentiellement par la recherche de l’association entre le PTSD et l’incapacité fonctionnelle chez les sujets âgés en prenant en considération la chronicité de PTSD.

The Collaborative Psychiatric Epidemiology Surveys (CPES), combinant trois études nationales, faite de 20 013 participants non institutionnalisés âgées plus de 18 ans aux États-Unis.

L'échantillon actuel est composée de 3287 adultes âgés de 55 ans et plus avec une moyenne d'âge d'environ 66,0 ans (DS : 8,7). La distribution était de 60,1 % de femmes, 34,0 % sont de race blanche, 35,5 % de race noire et le reste est composé d’autres races. Les données de CPES ont été obtenues à partir The Inter-university Consortium for Political and Social Research.

L’invalidité fonctionnelle est définie par les cinq domaines : l’activité, les Soins personnels, la mobilité, la cognition et les relations sociales en utilisant comme échelle the World Health Organization Disability Assessment.

Dans la présente étude, les critères du DSM- IV ont été utilisés. Le trouble psychiatrique primaire examiné était le PTSD : l’épisode dépressif majeur, le trouble d’anxiété généralisé, la dépendance et l'abus de drogues et d'alcool, et la présence des comorbidités médicales.

Ils ont défini trois catégories de stress post-traumatique en fonction de la chronicité du trouble:

  1. pas d'antécédents de stress post-traumatique ;
  2. PTSD avant 55 ans qui comprenait l'âge de début et l'âge au dernier diagnostic moins de 55 ans;
  3. PTSD persistant dans la vie plus tard, qui comprenait à la fois l'âge d'apparition de moins de 55 ans et un diagnostic récent de PTSD à 55 ans ou plus .

En utilisant cette définition, la plupart ( 95,6 %) PTSD avaient le diagnostic dans les 12 mois précédant l’examen. Puis ils se sont intéressés à la nature chronique de stress post-traumatique dans la vie plus tard , ils ont exclu 27 répondants à un premier PTSD diagnostiqué après 55 ans .

Les autres variables comprenant les caractéristiques socio- démographiques: l’âge, le sexe, race, le niveau de scolarité, l'état matrimonial, et le revenu (défini par l'indice de pauvreté), la consommation du tabac et les ATCD médicaux.

Pour l’analyse statistique : Les différences statistiques estimées sur la base du test χ2, Pour examiner l’association entre le groupe PTSD et handicap, les résultats ont été analysés par la régression logistique et la régression linéaire. Pour éviter les facteurs de confusion, les autres troubles psychiatriques ont été évalués

Les résultats ont montré que 3.7% des sujets âgés avaient des ATCD du PTSD, 1,8% des patients ont un PTSD persistant. L’analyse bivariée des caractéristiques démographiques a révélé que les sujets ayant un PTSD sont moins âgés et consommait moins du tabac que ceux qui ont les ATCD du PTSD avec une différence qui est significative.

Le dysfonctionnement était de 79,7 % chez les patients ayant un PTSD persistant, 69,6 % pour ceux qui ont des ATCD du PTSD et 36,9% chez eux qui n’ont pas le PTSD avec une différence significative (P < 0,001).

La régression logistique analysant les caractéristiques socio-démographiques et cliniques a montré que les patients ayant un PTSD persistant étaient trois fois plus susceptibles d’avoir un dysfonctionnement que les sujets sans PTSD avec un OR :3,18 ; IC 95 % ( 1,32 à 7,64), alors que la différence est non significative entre les deux groupes (sans PTSD et avec un ATCD du PTSD).

Cette étude fournit des preuves que la persistance de stress post-traumatique est un facteur prédicteur important du dysfonctinnelement en fin de vie plus que les autres troubles psychiatriques et médicales , et les résultats montrent que le PTSD persistant est associée avec un handicap fonctionnel .

Cette étude confirme que PTSD est un trouble très chronique altérant le fonctionnement ultérieurement. Une explication est possible celle de la dysrégulation de l'axe hypothalamo -hypophyso- surrénale. L’exposition au traumatisme conduit à une augmentation de la sécretion de glucocorticoïdes et une dégénérescence de l'hippocampe Ces résultats suggèrent que le suivi et le traitement du PTSD sont importants sur une longue période.

  • Dr Hlal Hayat
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 21/05/2014

Affichage Affichages : 928

Recherche