Recherche > Revue de presse > L’irritabilité chez les jeunes: un modèle physiopathologique de translation

L’irritabilité chez les jeunes: un modèle physiopathologique de translation


Introduction :

L'irritabilité est parmi les raisons les plus courantes pour lesquelles les enfants et adolescents sont amenés pour une évaluation et une prise en charge psychiatrique. Bien que l'irritabilité a reçu une attention accrue de la recherche  au cours des deux dernières décennies, peu de  traitements efficaces sont disponibles.

Compte tenu de son impact sur  la santé publique, et de la pénurie des traitements fondés sur des preuves, des modèles physiopathologiques sont nécessaires pour guider de nouvelles thérapeutiques pour la prise en charge de l’irritabilité. 

 

 Dans cette revue, les auteurs présentent un modèle d'irritabilité qui intègre une  recherche clinique de translation en neuroscience. Deux  conceptualisations  complémentaires de l'irritabilité pathologique  sont proposées :

1) Une réponse émotionnelle et comportementale aberrante à des raisons non réelles,  par un dysfonctionnement du système de récompense

 2) Une approche aberrante répondant à la menace,  par une dysfonction du système de menace.

 

Matériels et méthodes :

Dans cet article les auteurs ont examiné la littérature depuis octobre 2016 en utilisant les termes de recherche «irritabilité», «colère» et «frustration non réelle».

Dans l'ensemble, 163 articles ont été inclus: 14 études sur les animaux, 71 études expérimentales humaines et 78 études cliniques. Ces travaux se sont concentrés sur les études d'irritabilité, de sévérité de la dysrégulation de l'humeur et le trouble de  la dysrégulation perturbatrice de l'humeur (DMDD). Ils ont inclut également des études sur des constructions cliniques connexes , y compris un comportement d'externalisation ou trouble perturbateur comme   le trouble  de déficit de l'attention et d’ hyperactivité  [TDAH], les  trouble de conduites et le  trouble oppositionnel. 

 

Résultats et discussion

Les données suggèrent que, par rapport aux enfants en bonne santé, les enfants irritables ont des récompenses déficientes et une sensibilité élevée aux récompenses et  aux omissions. Ces déficits sont associés à un dysfonctionnement dans le cortex préfrontal, le striatum et l'amygdale.

 Les jeunes souffrant d’une irritabilité marquée montrent également une orientation mal adaptée à l'interprétation et l'étiquetage des menaces potentielles, associé à un dysfonctionnement cortical préfrontal et des amygdales.

 

Ce modèle physiopathologique propose de nouvelles approches pour traiter l'irritabilité en abordant les deux domaines de dysfonctionnement décrit ici. Il n'est toujours pas clair que  la physiopathologie de l'irritabilité diffère selon le diagnostic et le contexte de survenue des symptômes.

 

Cependant, des preuves précoces suggèrent que les corrélations neuronales de l'irritabilité diffèrent dans le contexte de  la dysrégulation perturbatrice de l’humeur et dans le trouble  bipolaire et à différents niveaux d'anxiété, et ceci peut avoir des implications significatives sur le traitement.

Selon notre modèle, nous proposons que les traitements puissent cibler les dysfonctionnements du traitement de récompense, en mettant l'accent sur la correction du déficit dans le contenu et le processus de l'apprentissage instrumental, et sur la diminution de la sensibilité à l'omission de récompense 

 Effectivement, des données des études pilotes suggèrent que les interventions visant  la réponse aberrante  à une menace peuvent diminuer l'irritabilité .

Les interventions  pharmacologiques en matière d’irritabilité, y compris les stimulants, les Inhibiteurs sélectifs du recapture de la sérotonine et les antipsychotiques atypiques , se sont avérés prometteurs dans le traitement de l'agressivité et de l'irritabilité. 

 
 
Conclusion
 

Vu que les anomalies dans le traitement des récompenses et des menaces se potentialisent, les  prochaines études devraient tester les hypothèses physiopathologiques  et  les nouvelles interventions ciblant  le  dysfonctionnement du système de  récompense et de menace pour améliorer le traitement de l’irritabilité sévère chez les jeunes.

 
Dr Youssef Ouazzani
Service de psychiatrie
CHU Hassan II Fès
Le 26/06/2017

 


Affichage Affichages : 452

Recherche