Recherche > Revue de presse > L’association entre usage de cannabis et la précocité de l’apparition des troubles du spectre de la schizophrénie : Étude multicentrique sur 1119 personnes.

L’association entre usage de cannabis et la précocité de l’apparition des troubles du spectre de la schizophrénie : Étude multicentrique sur 1119 personnes.


L'usage de cannabis est suspecté d'être un facilitateur de la déclaration des psychoses. Cependant les études qui soutiennent ce point de vue concernent des échantillons trop réduits pour pouvoir bien établir ce lien et prendre en compte les facteurs confondants.

En effet la consommation de cannabis et le début de la schizophrénie sont toutes les deux liées à l'âge. Elles peuvent également avoir une vulnérabilité familiale commune.

Le but de cette étude étant donc d'étudier ce lien ainsi que les facteurs confondants qui peuvent affecter cette relation.

Des données ont été recueillies auprès de différents centres au niveau de la Norvège.

Ont été inclus des patients avec les critères DSM de schizophrénie, de troubles schizo-affectif de trouble déliant, d'accès psychotique bref, de trouble schizophréniforme et de troubles psychotiques non spécifiques. Les outils d'évaluation étaient le SCID, le PANSS, GAF (Global Assessment of Functioning scale).

L'usage de substance fut exploré sur des prélèvements d'urines et l'usage d'échelles : Clinical Drug Use Scale (DUS) ; Clinical Alcohol Use Scale (AUS) et le SCID-E module.

Les patients consommateurs de substances (n = 627) instauraient leur trouble 3 années en moyenne plus précocement que les non usagers avec une moyenne de 23,0 ans ET + /- 7.1 que le groupe des abstinents avec 25,9 années +/-9.7. Seul l'usage de cannabis a été statistiquement significativement lié à l'âge précoce des troubles du spectre schizophrénique. Tandis que l'usage d'autres substances n'est pas lié à cette précocité d'installation. Ce n'est pas le cas non plus du sexe ni des antécédents familiaux de psychose.

Ces résultats viennent confirmer une tendance déjà retrouvée dans plusieurs études mais sur des échantillons réduits et qui ne tenaient pas compte des facteurs confondants.

Dr Bout Amine

CHU Hassan II Fès

Hôpital Ibn Al Hassan

Le 29/01/2016


Affichage Affichages : 381

Recherche