Recherche > Revue de presse > L'adjonction des nutraceutiques dans le traitement de la dépression : Revue de littérature et méta-analyses

L'adjonction des nutraceutiques dans le traitement de la dépression : Revue de littérature et méta-analyses


Introduction

La dépression touche environ 350 millions de personnes dans le monde,  et beaucoup de patients qui en souffrent ne parviendront pas, en dépit des multiples traitements antidépresseurs disponibles, à la rémission définitive. Ainsi la combinaison de plusieurs approches semble souvent appliquée dans la pratique clinique, afin d'avoir des bons résultats  thérapeutiques.

Des nouvelles approches essayent de cibler des voies autres que les neurotransmetteurs afin de fournir des effets adjuvants qui pourraient éventuellement améliorer l'humeur dépressive.  

La co-administration de nutriments normalisés de qualité pharmaceutique, dénommé nutraceutiques, peut fournir une approche efficace et sûre à l'amélioration des effets antidépresseurs, soit en augmentant de façon synergique une activité particulière d'un médicament antidépresseur (Par exemple, l'amélioration de l'inhibition de la recapture des monoamines) ou en fournissant une gamme d'effets biologiques supplémentaires. Les stratégies de potentialisation peuvent être initiées soit au début du traitement ou plus tard, s'il y a une réponse insuffisante à une monothérapie.

Plusieurs nutriments sont impliqués dans le fonctionnement du cerveau, et certains, comme l'Oméga-3, le Zinc et l'Acide Folique, attribuent à une série de processus neurobiologiques qui peuvent être impliqués dans la dépression. En ciblant ces voies neurobiologiques clés, par le biais de nutraceutiques spécifiques, ces compléments alimentaires ont la possibilité d'augmenter la réponse aux antidépresseurs.

Malgré les nombreuses études qui ont été menées dans ce domaine, aucune revue systématique spécialisée (ou méta-analyse) n'a été réalisée jusqu'à ce jour.

Méthode

Une recherche systématique sur :  « Pub Med », « CINAHL (Cumulative Index of Nursing and Allied Health Literature) » , « Cochrane Library » et « Web of Science» a été menée jusqu'à Décembre 2015 concernant  les essais cliniques en utilisant  les termes de recherche suivants : Dépression ,Trouble dépressif majeur, dépression majeure, Antidépresseur , SSRI , avec  adjoints, Adjuvant, potentialisation, en combinaison avec une gamme de 14 éléments nutraceutiques qui sont connus par leur importance dans le fonctionnement du système neurologique comme l'oméga-3 et l'acide folique.

Les chercheurs ont examiné les études non contrôlées, contrôlées ou quasi-expérimentales des effets des suppléments nutritionnels dans le traitement d'un syndrome dépressif majeur ou d'une dépression en cours. Seuls les articles depuis 1960 en langue anglaise ont été inclus. Aucun critère n'a été fixé pour le sexe, l'âge ou l'origine ethnique des participants.

Résultats

Une recherche initiale a révélé 5.287 articles, dont 571 étaient des études cliniques. Ensuite, une recherche détaillée des résumés a révélé 60 études classées comme revue systémique. L'analyse des textes complets a montré 40 études qui répondaient aux critères d'inclusion. Neuf études ont porté sur l'Acide Folique,Methylfolate, l'Acide Folinique, ou une combinaison d'Acide Folique avec les Vitamines B6 et B12; huit études ont impliqué le Tryptophane, quatre ont impliqué  la  SAMe (S-adénosylméthionine), huit ont impliqué l'Oméga-3, Deux études ont été trouvées sur le Zinc, même pour l'Inositol,  la Vitamine C et D. Des études isolées ont été trouvées sur la Créatine, la Vitamine B12, et une combinaison d'Acides Aminés.

La période commun d'essai était entre 4, 6 et 8 semaines, avec une taille moyenne de l'échantillon de 63 participants et un âge moyen de 44 ans. Plus de deux tiers des participants étaient des femmes (69%). Sur les 40 études examinées, 31 ont été randomisées, en double aveugle, et contrôlées par placebo.

La plupart des études ont adopté les critères du DSM-IV pour le diagnostic de trouble dépressif majeur, alors que le score HAM-D a été utilisé dans 29 études.

Les chercheurs ont examiné les 40 études cliniques et ont passé en revue les preuves des effets des nutraceutiques dans le traitement de la dépression en combinaison avec les différents antidépresseurs connus, principalement les ISRS, à des doses et des durées suffisantes. Un effet positif de l'intervention adjuvante a été révélé dans 68% des essais cliniques.

Nutriments impliqués dans le cycle de carbone : Dans 14 études concernant l'utilisation adjuvante des nutriments impliqués dans le cycle d'un carbone (le SAMe, l'Acide Folique « ou formes apparentées: l'Acide Folinique, Methylfolate », B6 et B12), 15 bases de données ont été trouvées, dont 10  ont révélé un effet positif de ces produits.

Un nombre suffisant d'études de l'Acide Folique était disponible pour effectuer une méta-analyse. Quatre études sur l'acide folique  ont été incluses dans la méta-analyse dont deux ont révélé un avantage en faveur de l'Acide Folique. Cependant, la plus grande étude, avec un échantillon robuste de 475 sujets, n'a révélé aucune différence significative par rapport au placebo.

L'Oméga 3 : Onze bases de données ont été incluses dans une méta-analyse. Les essais cliniques ont   impliqués l'EPA et la DHA en combinaisons, l'éthyl-EPA  et l'EPA par rapport au DHA. 7 sur les 11 bases de données  ont  révélé un avantage en faveur des oméga-3, avec 6 qui étaient statistiquement significatifs.

Le Tryptophane : Huit études portant sur les diverses formes de Tryptophane ont été examinées. Beaucoup d'études antérieures (avant 1990) ont utilisées DL-Tryptophane, qui est potentiellement plus efficace que L-Tryptophane. Quatre sur les sept études ont révélé un effet positif du Tryptophane par rapport au placebo.

Autres nutraceutiques : Dix autres études portant sur une autre gamme de nutraceutiques ont été trouvées, deux études ont testé pour chacun le Zinc, la vitamine C, la vitamine D et Inositol . Une étude a utilisé un mélange d'acides aminés, et une autre a testé la Créatine. Les résultats ont été significativement positifs pour la vitamine D, La Créatine, et la combinaison d'acides aminés; par contre, ils sont  mitigés pour le Zinc, la vitamine C ; tandis qu'aucun effet significatif n'a été observé pour l'Inositol.

Les chercheurs de Melbourne et de Harvard ont examiné 40 essais cliniques et ont passé en revue les preuves des effets des suppléments nutritionnels dans le traitement de la dépression  en combinaison avec les différents antidépresseurs.

La première conclusion de l'analyse est l'effet significatif, versus placebo, des oméga-3 (EPA ou éthyl-EPA spécifiquement), de SAMe, du methylfolate, et de la vitamine D. L'analyse révèle également des preuves en faveur de la Créatine et d'une combinaison d'acides aminés. En revanche, des recherches supplémentaires sont nécessaires  pour déterminer l'effet positif du Zinc, de la vitamine C, et du Tryptophane, alors que l'effet de l'Inositol parait être négligeable.

Les agents de cycle de carbone sont indispensables dans les processus de méthylation de monoamines, En particulier la SAMe, qui peut améliorer L'humeur dépressive grâce à une meilleure méthylation des catécholamines, une augmentation de la sérotonine, une inhibition de la recapture de la noradrénaline, et une diminution de la sécrétion de la prolactine.

L'Omega-3 (en particulier, l'EPA) exerce une activité antidépressive Potentiellement importante grâce à la modulation de la noradrénaline, la dopamine, et de la sérotonine ; et l'amélioration de la capacité antioxydante du glutathion ainsi que le renforcement de la fluidité membranaire de la cellule.

Conclusion

Alors qu'une forte proportion de personnes qui souffrent de la dépression ne parviennent pas à la rémission après un  traitement antidépresseur, il existe un besoin non satisfait important que pourraient venir combler ces suppléments. De plus, concluent les chercheurs, si la plupart des médecins sont conscients des bienfaits des acides gras Oméga 3, un grand nombre ignore qu'il est bénéfique de les combiner avec des antidépresseurs pour de meilleurs résultats.

  • Dr Chekira Asma
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 27/06/2016

Affichage Affichages : 571

Recherche