Recherche > Revue de presse > L’ECT Unilatérale à impulsion Ultra brève dans la dépression du sujet agé : phase 1 de l'étude PRIDE

L’ECT Unilatérale à impulsion Ultra brève dans la dépression du sujet agé : phase 1 de l'étude PRIDE


Introduction :

La dépression majeure constitue l'un des sérieux enjeux de la santé mondiale.

La dépression chez les personnes âgées, la partie de la population qui connaît la croissance la plus rapide, est associée à une proportion de morbidité et une mortalité importante liée à la maladie cardiovasculaire et le suicide, et il peut être difficile à traiter.

Une proportion importante de patients âgés atteints de dépression sévère ne répondent pas ou ne peuvent pas tolérer l'antidépresseur standard, pour ces patients, l’électro convulsivothérapie (ECT), largement reconnu comme l'antidépresseur aigu le plus efficace, est une option importante. L'utilisation de l'ECT a été limitée, cependant par les perceptions erronées sur la technique et les préoccupations au sujet de ses effets cognitifs néfastes.

Les récents efforts pour améliorer la technique ont abouti à une tolérance améliorée avec une efficacité largement préservée. L'utilisation de l’électrode droite unilatérale avec des impulsions ultra-courtes de largeur d'impulsion, est l'amélioration technique prometteuse qui s'est généralisée dans la clinique, avec des preuves de réduction des effets secondaires cognitifs par rapport à la courte impulsion conventionnelle d’ECT.

Les données supportant l'utilisation de l'ECT unilatérale à impulsion ultra-brève dans la population âgée sont accumulées mais restent relativement modestes.

Les auteurs présentent les résultats d'efficacité pour la phase initiale de l’étude multicentrique des remissions prolongées chez les personnes âgées déprimées (PRIDE), financée par l'Institut national de la santé mentale (NIMH) et menée par le Consortium pour la Recherche en ECT (CORE), dans lequel 240 patients âgés de 60 ans et plus ont reçu de L’ECT avec impulsions ultra-breves unilatérales combinés avec la Venlafaxine.

Objectif:

L’étude a évalué l'efficacité de l’ECT unilatérale droite à impulsion brève combinée à la Venlafaxine pour le traitement de la dépression gériatrique.

Méthodes:

PRIDE était une étude multisite en deux phases. La phase 1 a été un cours aigu de l’ECT unilatérale droite d’impulsions ultra courtes, associée à la Venlafaxine ouverte dans sept établissements.

Dans la phase 2 (rapportée séparément), les patients avaient été répartis au hasard pour recevoir des médicaments thérapeutiques (venlafaxine plus lithium) ou pharmacothérapie et par la suite l’ECT. Dans la phase 1, les patients déprimés qui ont reçus de forte dose d’ECT (six fois le seuil de crise) trois fois par semaine.

La Venlafaxine a été mise en route pendant la première semaine du traitement et continué tout le long de l'étude.

Le résultat primaire était la rémission, évaluée avec l’échelle de dépression de Hamilton (HAM-D), qui était administré trois fois par semaine.

Le résultat secondaire était la réorientation et la sécurité après l'ECT.

Les tests t appariés ont été utilisés pour estimer et évaluer l'importance du changement à partir de la ligne de base dans les scores HAM-D.

Résultats:

Sur 240 patients qui sont entrés dans la phase 1 de l'étude, 172 l'ont achevée.

Dans l'ensemble, 61,7% (148/240) de tous les patients remplissaient les critères de rémission, 10,0% (24/240) ne se sont pas améliorés, et 28,3% (68/240) ont abandonné, 70% (169/240) ont répondu aux critères de réponse.

Ceux qui ont présenté une rémission, avaient une diminution moyenne du score HAM-D de 24,7 points (IC 95% = 23,4, 25,9), avec un score final moyen de 6,2 (Écart type = 2,5) et une variation moyenne par rapport à la valeur de base de 79%. Le nombre moyen de séances de traitements ECT pour la rémission était de 7,3 (DS = 3,1).

Discussion :

Ces données ajoutent à la base de preuves de l'efficacité, la sécurité, la tolérance de l'ECT unilatérale d’impulsions ultra-brèves dans la dépression du sujet agé. En outre, ils confirment une vitesse de réponse à l'ECT dans cette cohorte des patients en sévère dépression.

L'efficacité antidépressive et la vitesse de réponse observées dans cette étude se comparent favorablement à celles rapportées dans quelques études publiées sur l’ECT unilatérale droite à impulsions ultra-brèves.

L'ajout de Venlafaxine a été inclus comme une conception de l'étude PRIDE à la fois pour améliorer la pression de l'ECT (bien qu'une méta-analyse récente de l’ECT associé à l’antidépresseur comparé à l’ECT seul a échoué pour soutenir cet avantage) et de veiller à ce que la phase aiguë (phase 1) entrerait dans la phase aléatoire (Phase 2) avec l'effet potentiel de prévention des rechutes de l'antidépresseur déjà initié.

La comparaison des cohortes avec les doses les plus élevées et les plus faibles de Venlafaxine dans notre échantillon n’a révélé aucune différence d'efficacité en matière de résultats suggérant que la plus grande partie des l'effet aigu du traitement attribuable à l’ECT.

Conclusions:

L’ECT unilatérale à impulsion ultra-brève, combinée avec la Venlafaxine, est un traitement à action rapide et très efficace, option pour les patients âgés déprimés, avec une excellente tolérance.

  • Dr Kaichouh Mohamed
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 28/11/2016

Affichage Affichages : 394

Recherche