Recherche > Revue de presse > Guanfacine à libération prolongée pour l’hyperactivité chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique

Guanfacine à libération prolongée pour l’hyperactivité chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique


INTRODUCTION :

Sans surprise, les stimulants et les agonistes alpha2 sont couramment utilisés pour traiter les symptômes du TDAH (L’hyperactivité, l'impulsivité, l’inattention) chez les enfants atteints de TSA, mais peu d'études ont rigoureusement testé ces traitements dans cette indication.

La clonidine et la guanfacine ont été évaluées dans de petits essais randomisés ouverts chez les enfants atteints de TSA, avec des résultats non concluants sur l'efficacité et les problèmes récurrents de la sédation et l'irritabilité.

Le but de la présente étude était de vérifier si la guanfacine à libération prolongée serait supérieur au placebo chez les enfants atteints d'un TSA accompagnés d’hyperactivité modérée à sévère.

METHODOLOGIE :

Il s’agit d’un essai clinique randomisé, en double aveugle contre placebo, mené par the Research Units on Pediatric Psychopharmacology Autism Network.

Les sujets admissibles ont été assignés au hasard à la guanfacine à libération prolongée ou un placebo pendant 8 semaines. A la semaine 8, les sujets qui répondaient aux critères prédéterminés pour une réponse positive (beaucoup amélioré ou très forte amélioration sur l'échelle CGI-I) dans la phase en double aveugle ont poursuivi leur traitement randomisé pendant 8 semaines de plus.

Le traitement à l’aveugle a été interrompu pour des sujets qui ne se présentent pas une réponse positive. Les sujets qui ont été assignés au hasard à un placebo et qui ne montraient pas une réponse positive ont reçu un traitement ouvert par guanfacine à libération prolongée pendant 8 semaines. Les sujets qui présentaient une réponse insuffisante à la guanfacine dans la phase en double aveugle ont été gérés en dehors de l'étude.

Pour être admissibles, les sujets devaient se situer entre 5 et 14 ans avec un diagnostic de trouble autistique, de syndrome d'Asperger ou d’un trouble envahissant du développement non spécifié, sur la base de l'évaluation clinique et corroboré par l'Autism Diagnostic Observation Schedule et le Questionnaire Communication sociale.

Un score minimum de 24 sur la sous-échelle Aberrant Behavior Checklist hyperactivity assignée aux parents pour l'éligibilité à l'étude.

RESULTATS :

62 des sujets admissibles (53 garçons;9 filles) ont été assignés au hasard à la guanfacine à libération prolongée (N = 30) ou un placebo.

La guanfacine était supérieur au placebo sur la sous-échelle Aberrant Behavior Checklist de l'hyperactivité administrée aux parents et l'échelle d'évaluation du TDAH assignée au clinicien.

Le groupe de guanfacine a montré une baisse de 43,6% sur la sous-échelle Aberrant Behavior Checklist-hyperactivity comparativement à une diminution de 13,2% pour le placebo. Le taux de réponse positive (beaucoup amélioré ou très nettement améliorée sur le CGI-I) a été de 50% (n = 15/30) pour la guanfacine avec 9,4% (N = 3/32) pour le placebo

La dose quotidienne modale à la semaine 8 était de 3 mg / jour pour le groupe de la guanfacine à libération prolongée et 3 mg / jour pour le groupe placebo .

Il y avait un événement indésirable grave dans le groupe de traitement par la guanfacine : Six jours après l'augmentation prévue à 2mg par jour, un enfant (un garçon de 6 ans) est devenu verbalement et physiquement agressif envers sa mère.

Le traitement de quatre sujets du groupe traité par la guanfacine dans la présente étude a été interrompu en raison d'événements indésirables.

DISCUSSION

Les résultats de cet essai indiquent que la guanfacine à libération prolongée est sure et efficace pour le traitement à court terme de l’hyperactivité, l'impulsivité, et la distraction chez les enfants atteints de TSA.

Les résultats de la présente étude étendent les résultats de l'étude pilote sur la guanfacine à libération immédiate dans cette population.

Bien qu'il soit difficile de comparer les résultats des études transversales étudiant l’effet du méthylphénidate dans cette indication, l'ampleur de l'effet et la tolérance semble un peu mieux pour la guanfacine à la libération prolongée pour réduire les symptômes du TDAH chez les enfants atteints de TSA et Les deux médicaments nécessitent une surveillance attentive pour équilibrer la tolérance et les avantages.

Dans un essai contrôlé contre placebo de 8 semaines en double aveugle de l'atomoxétine dans 97 enfants atteints de TSA et les symptômes du TDAH, les auteurs ont signalé une amélioration de 22% sur l’echelle d'évaluation du TDAH et un taux de réponse positive de 21% sur la CGI-I. Ces résultats appuient le choix de la guanfacine à libération prolongé sur l'atomoxétine dans cette population.

  • Dr Haouat Amine
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 27/12/2015

Affichage Affichages : 562

Recherche