Recherche > Revue de presse > Family History of Schizophrenia and Bipolar Disorder as Risk Factors for Autism

Family History of Schizophrenia and Bipolar Disorder as Risk Factors for Autism


resume

Il semble que la schizophrénie et l’autisme ont certains gènes en commun, et peuvent également partager certaines caractéristiques cliniques qui ont échappé aux scientifiques.

Il y a plusieurs années, les troubles du spectre autistique ont été parfois considérés comme une forme de schizophrénie infantile. Puis, en 1980, avec la publication d'une édition mise à jour du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM-III) de l'APA, les troubles du spectre autistique et la schizophrénie se sont identifiés comme des troubles distincts, et cela continue d'être le cas aujourd'hui.

Cependant, en 2005, des chercheurs danois ont déclaré que le fait d’avoir un parent atteint de schizophrénie est lié au fait d'avoir un trouble du spectre autistique.Ceci suggère que les troubles du spectre autistique et la schizophrénie pourraient avoir un certain chevauchement génétique. Et dernièrement, une équipe internationale a abouti à des conclusions similaires.

Le chercheur principal est Patrick Sullivan, professeur de psychiatrie et génétique à l'Université de Caroline du Nord. Les résultats ont été publiés en ligne le 2 Juillet dans les « Archives of General Psychiatry ».

Sullivan et son équipe ont cherchéà trouver s’il y a un lien entre le fait d’avoir un parent ou un frère atteint de schizophrénie et avoir des troubles du spectre autistique dans trois grands échantillons de population : Un échantillon de Stockholm, un de la Suède entière, et un dernier en provenance d'Israël. Les échantillons comprenaient des numéros d’identification personnelle nationale, des données du registre multi-génération, une évaluation nationale de pré-conscription de santé mentale ou d'autres attributs qui les rendaient aptes pour le test une telle hypothèse.

«Les résultats sont clairs. La présence de schizophrénie chez les parents de premier degré était un facteur de risque constant et significatif pour les troubles du spectre autistique dans les trois échantillons." ont déclaré Sullivan et son groupe

Ils ont trouvé dans les grandes cohortes de Stockholm et de toute la Suède que si une personne avait un parent ou un frère atteint de schizophrénie, les chances d'avoir un trouble du spectre autistique ont été trois fois plus élevés que pour les personnes sans parent ni frère atteint de schizophrénie.

Et ils ont trouvé dans la cohorte d'Israël que si une personne avait un frère atteint de schizophrénie, ses chances d'avoir un trouble du spectre autistique seraient 12 fois supérieurs à ceux des personnes qui n'ont pas de frère atteint de schizophrénie.

Cette étude, ainsi que la danoise, suggèrent que les troubles du spectre autistiqueet la schizophrénie semblent partager certains gènes. D'autres scientifiques ont signalé que de rares variations dans le nombre des copies du gènenotamment dans des gènes sur les chromosomes 15, 16, et 22, sont des facteurs de risque importants pour le développement de la schizophrénie et des troubles du spectre autistique.

En tenant compte de l'évidence croissante pour un chevauchement génétique entre la schizophrénie et le trouble bipolaire, Sullivan et ses collègues ont également regardé pour voir dans les populations étudiées si avoir un parent ayant un trouble bipolaire a été liée à un risque accru d’avoir des troubles du spectre autistique.

Et ils ont bel et bien trouvé un tel lien. Mais ce dernier était plus faible que celui avec la schizophrénie. Dans ce cas, une personne ayant un parent atteint de trouble bipolaire avait deux fois plus de risque d'avoir un trouble du spectre autistique qu’une personne sans parent bipolaire, contrairement à la schizophrénie, où l'odds ratio était de 3 à 1.

Une conséquence possible de ces résultats, ont indiqué les chercheurs, est que les troubles du spectre autistique et la schizophrénie - et peut être aussi le trouble bipolaire et les troubles du spectre autistique - peuvent partager certaines caractéristiques cliniques qui ont échappé aux scientifiques. Par exemple, certaines personnes atteintes d'un trouble du spectre autistique pourraient avoir des symptômes psychotiques.

Le défi maintenant, affirment les chercheurs, consiste à identifier les variantes génétiques communes à la schizophrénie, le trouble bipolaire et les troubles du spectre autistique. Les scientifiques participant au « Psychiatric Genomics Consortium (PGC) » vont tenter de le faire.

Le PGC est un projet international pour identifier les variantes génétiques qui sous-tendent la schizophrénie, le trouble bipolaire, les troubles du spectre autistique, le trouble dépressif majeur et le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité. Il a été fondé en 2007 et est dirigée par Sullivan. Les scientifiques du PGC représentent plus de 60 institutions dans 19 pays.

“Family History of Schizophrenia and Bipolar Disorder as Risk Factors for Autism” is postedat http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1206780.

  • Dr. Ben Brahim Mohammed
  • Résident en pédopsychiatrie à l'hopital Ibn Al-Hassan
  • CHU Hassan II - Fès

Affichage Affichages : 1061

Recherche