Recherche > Revue de presse > Dosage de Lamotrigine chez les patientes enceintes atteintes de trouble bipolaire

Dosage de Lamotrigine chez les patientes enceintes atteintes de trouble bipolaire


Lamotrigine-grossesse-1

Les récentes études suggèrent que la grossesse est une période de vulnérabilité pour la récurrence des épisodes bipolaires. L’arrêt du thymorégulateur augmente le risque de récidive pendant la grossesse dans 85% des cas selon certaines études.

La lamotrigine est un anticonvulsivant qui a été approuvé par la FDA (Food and Drug Administration) pour le traitement d'entretien du trouble bipolaire. Par rapport à d'autres anticonvulsivants, elle a une option privilégiée pour les femmes en âge de procréer. Cependant, peu d'information disponibles sur la surveillance de la dose thérapeutique chez les femmes enceintes atteintes de trouble bipolaire.

Chez la plupart des femmes enceintes, la clairance de la lamotrigine augmente. La lamotrigine est principalement métabolisé par le foie par glucuroconjugaison, contrairement à d'autres anticonvulsivants, qui sont éliminés principalement par le Système cytochrome P450 ou éliminée par les reins. Uridine diphosphate-glucuronosyl transférase 1A4 (UGT1A4) catalyse 90% de la conjugaison de la lamotrigine.

Les taux sériques de lamotrigine retournent aux valeurs de la période avant la grossesse dans les 3 à 4 semaines après l'accouchement. Toutefois, l’augmentation rapide de la concentration en post partum de lamotrigine peut entraîner une toxicité, se manifestant par une diplopie, ataxie, nausées et étourdissements et peut se produire dès les 3 jours après l’accouchement.

Le passage transplacentaire et dans le lait maternel de la lamotrigine a été documenté grâce à des rapports de cas, des séries de cas, et des études de cohorte.

Dans cette étude, les auteurs présentent de nouvelles données sur les taux sériques de la lamotrigine chez une série de femmes enceintes suivies pour trouble bipolaire. Ils ont examiné également les données de la littérature sur l'utilisation de la lamotrigine pendant la grossesse dans le cadre de l’épilepsie.

Les auteurs ont recruté des femmes souffrant de trouble bipolaire selon les critères DSM IV sous lamotrigine au cours de la grossesse, dans la période du post-partum, ou les deux. Les patientes ont été recrutées au plus tard 20 semaines de gestation. Les dosages sériques de lamotrigine ont été faits à 20, 30 et à 36 semaines de gestation et 2, 12 et 30 semaines du post-partum.

Le ratio de lamotrigine sérique à la dose quotidienne a été calculé selon la formule suivante: le taux sérique de lamotrigine (µg / mL) 100/ dose de lamotrigine quotidienne prescrite (mg). Les taux sériques de lamotrigine chez les nouveaux né ont été obtenus 2-4 semaines après l’accouchement.

Les patientes ont été évaluées par l'entretien clinique structuré de DSM-IV Axe I pour confirmer le diagnostic de trouble bipolaire, l’échelle de dépression Hamilton et l’échelle de manie.

Le développement du nourrisson a été évalué par l’Échelle de développement du nourrisson, contenant le développement mental et l'indice des scores de développement psychomoteur.

Concernant les résultats, huit femmes ont été recrutées, deux étaient sous lamotrigine en monothérapie, et les autres femmes avaient d’autres traitements associés : antidépresseurs, antipsychotiques, ou des benzodiazépines. Les doses quotidiennes variaient de 100 mg à 300 mg.

Tous les sept enfants dont les mères ont donné leur consentement étaient à terme, sains et sans malformations congénitales.

Les ratios taux sérique / dose quotidienne étaient plus faibles pendant la grossesse et lors de l'accouchement que pendant la période du post-partum.

Le changement dans les concentrations de lamotrigine après l'accouchement variait entre une baisse de 30% à une augmentation de 640% par rapport au premier niveau de base obtenu pendant la grossesse. Le ratio taux / dose obtenu 4 semaines après l'accouchement reflète un niveau moyen de 402% supérieur au niveau de référence obtenu au cours de la gestation. La moyenne du taux de lamotrigine dans le cordon ombilical était de 66% du niveau sérique maternel à l'accouchement.

Les niveaux sériques de lamotrigine ont été obtenus pendant l'allaitement de quatre couples mère-enfant entre 1,5 et 5 semaines après l'accouchement.

Le taux sérique néonatal de lamotrigine était en moyen de 32,5% du taux sérique maternel.

De ces résultats, les auteurs ont constaté que les concentrations sériques plus faibles de la lamotrigine observées pendant la grossesse par rapport au post-partum dans cette série sont conformes aux données de la littérature dans l’épilepsie.

Les concentrations décroissantes de lamotrigine pendant la grossesse peuvent précipiter une récidive de trouble bipolaire. Bien qu'aucun niveau thérapeutique pour la lamotrigine a été établi, les études chez les femmes atteintes d'épilepsie ont montré que l’augmentation de la dose de lamotrigine durant la grossesse diminue le risque de récidive des crises.

Les résultats obtenus sont en concordance avec les données de la littérature en matière d’épilepsie. Toutefois, la capacité à tirer des conclusions définitives de cette étude est limitée en raison du faible échantillon de patientes.

  • Dr Aarab Chadya
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 18/11/2013

Affichage Affichages : 1181

Recherche