Recherche > Revue de presse > Analyse multimodale des effets des antipsychotiques sur la structure et la fonction cérébrale au cours du premier épisode schizophrénique

Analyse multimodale des effets des antipsychotiques sur la structure et la fonction cérébrale au cours du premier épisode schizophrénique


multimodal

De nombreux travaux ont identifié des anomalies au niveau du cortex préfrontal, les auteurs de ce travail ont émis l’hypothèse que le traitement antipsychotique pourrait être associé à une diminution de l’épaisseur du cortex préfrontal.

Ils ont donc examiné les effets structurels et fonctionnels des antipsychotiques sur le cerveau en mesurant l’épaisseur corticale et en évaluant la performance du contrôle cognitif et l’activité du cortex préfrontal grâce au AX-CPT (AX version of the Continuous Performance Task), auprès de patients ayant un premier épisode psychotique. Les participants ont été recrutés au sein des cliniques spécialisées dans les premiers épisodes psychotiques. Trois groupes ont été individualisés : un groupe de patients sous antipsychotiques, un groupe de patients sans traitement et un groupe contrôle de sujets sains.

Au terme de leur étude, les auteurs ont retrouvé une diminution de l’épaisseur corticale préfrontale, temporale, pariétale et occipitale chez les sujets sous traitement en comparaison avec les sujets contrôles. Les sujets sans traitement ne présentaient aucune différence significative concernant l’épaisseur corticale en comparaison avec les sujets contrôles. Mais les auteurs ont relevé une diminution de l’épaisseur corticale préfrontale dorsolatérale et temporale chez les sujets sous traitement par rapport aux sujets schizophrènes sans traitement. Toutefois, les sujets sous traitement avaient un meilleur fonctionnement comportemental et une meilleure activation du cortex préfrontal.

Les auteurs soulignent que leurs résultats s’alignent avec ceux retrouvés dans la littérature, malgré l’utilisation de méthodes différentes. Ainsi, la schizophrénie est actuellement considérée comme une altération structurelle du cerveau, avec l’élargissement ventriculaire et la réduction du volume de matière grise. Des données récentes suggèrent que les traitements antipsychotiques, particulièrement les atypiques, pourraient participer aux modifications observées. Ces résultats ont suscité des inquiétudes au sujet de l'effet du traitement antipsychotique sur la structure et le fonctionnement du cerveau, vu que ces données étaient prises à part. Toutefois, cette étude vient démontrer que malgré l’atrophie corticale associée au traitement antipsychotique, il y a une nette amélioration du fonctionnement du patient qui contre-balance cet effet, avec même une amélioration du fonctionnement cortical sous traitement, au point d’effacer toute différence avec les sujet sains.

Dr Azzouzi Nada

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 23/03/2015


Affichage Affichages : 787

Recherche