Recherche > Revue de presse > A quel point l'association entre le tabagisme et la dépression est solide chez les adultes ? Une méta-analyse en utilisant des modèles linéaires à effets mixtes

A quel point l'association entre le tabagisme et la dépression est solide chez les adultes ? Une méta-analyse en utilisant des modèles linéaires à effets mixtes


Smoking-depression-adulte-1

L’association entre la dépression et le tabagisme, deux principaux problèmes de santé publique, a été documentée dans de nombreuses études transversales des adultes. Des estimations récentes suggèrent que 30% des patients avec un trouble dépressif sont des fumeurs actuels et les fumeurs avec une histoire de dépression sont deux fois plus susceptibles d'être dépendant à la nicotine que ceux sans une histoire de dépression. Toutefois, l'ampleur et la cohérence de la relation tabagisme - dépression n'est pas bien caractérisée chez les adultes.

Certains auteurs affirment que la dépression actuelle ou dans le passé augmente la probabilité de fumer deux fois. D'autres se réfèrent à des associations "bien établies" "robustes", mais sans indices quantitatifs de l’ampleur ou de la variabilité de ce lien. La relation est mieux documentée chez les adolescents.

Dans une méta-analyse réalisée en 2009 des études longitudinales sur le tabagisme chez les adolescents, les auteurs ont constaté un risque de 1,71 pour tabagisme et complications dépressives, et un risque de 1,41 entre dépression et l’usage de tabac dans l’avenir.

Au-delà de l'estimation de l'amplitude de la liaison entre la dépression et le tabagisme, il est important d'évaluer si le risque varie avec les paramètres démographiques et de mesure. Par exemple, l'association a été signalée à être plus forte chez les femmes que chez les hommes.

Les objectifs du travail étaient les suivants:

  1. Examiner l'ampleur globale de l'association entre tabagisme et dépression en utilisant des techniques des effets mixtes linéaires métaanalytiques.
  2. Etudier comment certains modérateurs influencent l'ampleur de cette association.
  3. Examiner l'ampleur de l'association prospective entre le tabagisme et la dépression.

La recherche a été effectuée sur les bases de données PubMed et PsycINFO des études publiées jusqu’à Décembre 2012. Elle a examiné l'association entre l'usage du tabac et le trouble dépressif majeur (TDM) ou les symptômes dépressifs. Les termes utilisés pour tabagisme dans la recherche étaient les suivants: le tabagisme, les cigarettes et le tabac tandis que les termes utilisés de la dépression étaient les suivants: dépression, trouble dépressif majeur, les symptômes dépressifs, et humeur. Chaque terme de Tabagisme a été jumelé avec chaque terme de la Dépression pendant au moins une recherche, de façon à veiller à ce que le nombre maximal d'études soit initialement identifié. Au terme de cette recherche, un total de 10 832 études transversales et 1657 des études prospectives ont été trouvées.

Des contrôles multiples utilisant des critères d'inclusion / exclusion spécifiques ont abouti à l'échantillon final d'études incluant 78 études transversales et 7 études prospectives.

Pour les études transversales, les données de 78 études ont été détaillées dans un tableau (les auteurs, année, outils psychométriques d’évaluation, résultats statistiques ….).

L'examen des paramètres des effets fixes a montré que les fumeurs actuels étaient plus susceptibles d'être déprimés que les non-fumeurs (OR = 1,50, IC = 1,39 à 1,60). De même, les anciens fumeurs étaient plus susceptibles à la dépression que les non-fumeurs (OR = 1,21, IC = 01.13 à 01.30). L’examen de l'interception a montré que les fumeurs actuels étaient plus susceptibles d'être déprimés que les anciens fumeurs (OR = 1,76, CI = 1,48 à 2,09).

Pour les études prospectives, une description détaillée des sept études a été également réalisée. Aucune étude n’a examiné l'association de la dépression comme critère de base, et le tabagisme comme complication secondaire éventuelle. En conséquence, les analyses prospectives sont unidirectionnelles (la relation de référence tabagisme suivie de dépression). Lorsque toutes les études ont été incluses, le tabagisme était significativement associé à une augmentation du risque de dépression incidente au cours du suivi (OR = 1,62, CI = 1,10 à 2,40).

La méta-analyse de la littérature empirique a montré plus de risque de dépression associée à la fois au tabagisme actuel et ancien par rapport à la population non fumeurs. L’ampleur de l'association est comparable à d'autres évaluations de la dépression avec l'abus d'alcool (OR = 2,24, IC = 1,74 à 2,88), avec le diabète (OR = 2,00, IC = 1,80 à 2,20), l'obésité (OR = 1,73, IC = 1.04- 2,87) les migraines (OR = 2,84, IC = 2,19 à 3,70), et cardiopathie (OR = 1,76, IC = 1,27 à 2,43).

Dans une précédente méta-analyse, les auteurs ont constaté que les chances de l'adolescent fumeur de développer une dépression au fil du temps étaient de 1,73fois (IC = 1,32 à 2,40), plus importante que pour le non-fumeur, ce qui est légèrement supérieur aux chiffres objectivés chez les adultes.

En conclusion, bien que l'association entre dépression /symptômes dépressifs et tabagisme est bien reconnue, l'évaluation quantitative permet une estimation globale de l'ampleur et la robustesse de ce lien chez les adultes, chose qui, jusqu'à présent, n'a pas été disponible.

  • Pr Aarab Chadya
  • Service de psychiatrie
  • CHU Hassan II Fès
  • Le 24/10/2014

 


Affichage Affichages : 551

Recherche