Recherche > Revue de presse > Stabilité et facteurs liés au choix de la spécialité de psychiatrie par les étudiants en médecine

Stabilité et facteurs liés au choix de la spécialité de psychiatrie par les étudiants en médecine


American Journal of Psychiatry, September 2017

Introduction :

Il existe dans le système de santé des états unis un manque en spécialistes de santé mentale. Le recrutement d'étudiants de médecine en psychiatrie a été depuis longtemps important pour les professionnels de la santé mentale et est devenu de plus en plus prioritaire dans la politique en matière de santé publique. La compréhension du moment, ainsi que les facteurs liés au choix de carrière des étudiants pourrait aider au développement du recrutement pour augmenter le nombre et la qualité des étudiants choisissant la psychiatrie.

Des efforts ciblés sont nécessaires pour augmenter le nombre d'étudiants en médecine qui choisissent la psychiatrie, mais on sait peu de choses sur quand les élèves décident de leur spécialité ou sur les facteurs influençant leur choix. Les auteurs ont examiné le calendrier et la stabilité du choix professionnel de la psychiatrie par rapport aux autres spécialités et ont déterminé quels facteurs avant et durant les etudes-médicales ont été associés au choix d'une carrière en psychiatrie.

Méthode:

 Pour cela une enquête a été menée auprès des étudiants en médecine ayant obtenu leur diplôme de l'Université des États-Unis, en 2013 et 2014 (N = 29 713). Les auteurs ont évalué les taux de choix de spécialité de psychiatrie au début et à la fin des études médicales et ont évalué la stabilité de ce choix. Une régression logistique multidimensionnelle a été utilisée pour déterminer l'association de 29 facteurs avec le choix de spécialité en psychiatrie.

Résultats:

Le choix de la psychiatrie est passé de 1,6% au début des études médicales à 4,1% à l'obtention du diplôme. La stabilité du choix de spécialité en psychiatrie, de l'inscription à l'obtention du diplôme, était supérieure à celle des autres spécialités de 50 %.

Parmi les étudiants qui ont choisi la psychiatrie à l'inscription, 50,2% ont maintenu ce choix lors de l'obtention du diplôme, et 49% des étudiants  ont changé de spécialité pendant leur parcours estudiantin vers d'autres spécialités avec un pourcentage de 22% vers la  médecine interne, 13.7% vers la pédiatrie, et 10.3 % vers la médecine familiale .

Cependant, presque 80% des futurs psychiatres n'indiquaient pas un intérêt à l'égard de la spécialité lors de l'inscription, mais une excellente expérience de la formation en psychiatrie (sex ratio = 2.66),  avoir un diplôme en psychologie au collège (oddsratio = 2.58), et l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée (sex ratio = 2,25) étaient les facteurs les plus fortement associés au choix de la psychiatrie.

Discussion

Cette étude a montré de nombreux facteurs pour lesquels les futurs psychiatres choisissent cette spécialité, cependant le facteur le plus prédictif du choix de la psychiatrie à l'obtention du diplôme était un intérêt pour cette spécialité lors de l'inscription. Les étudiants qui ont préféré la psychiatrie à l'inscription avaient une haute probabilité (environ 50 %) de la choisir à la remise des diplômes.

Certaines spécialités (par exemple, la dermatologie) peuvent avoir une stabilité de choix sans probabilité en raison de leur compétitivité, par contre d’autres spécialités (peut-être l'urologie, éventuellement la psychiatrie) peuvent être relativement inconnues par les élèves avant la faculté de médecine et peuvent attirer des étudiants une fois qu'ils ont pris conscience des caractéristiques de la spécialité. Une autre constatation essentielle est que la grande majorité des futurs psychiatres n'ont pas l'intention de poursuivre la psychiatrie à l'inscription, ce qui indique qu'une excellente expérience au cours de leur formation en psychiatrie est l'un des facteurs les plus fortement associés à un éventuel choix de spécialité en psychiatrie. Ces résultats sont cohérents avec des études antérieures qui ont démontré qu'un travail positif peut réduire la stigmatisation envers les malades mentaux et accroître l'intérêt pour la psychiatrie en tant que spécialité.

Les auteurs n’ont pas eu accès aux données sur le niveau scolaire pour déterminer la moyenne de notes des étudiants choisissant la psychiatrie, mais il se pourrait que parmi ces étudiants se trouvent ceux qui ont été évalué comme étant excellents en psychiatrie.

Les efforts de recrutement qui mettent l'accent sur la haute satisfaction des psychiatres avec un équilibre entre le travail et la vie personnelle et les faibles taux d'épuisement peuvent accroître l'intérêt chez ceux qui ne sont pas initialement intéressés par la psychiatrie.

Les étudiants qui ont choisi la psychiatrie ont indiqué que les préoccupations concernant le remboursement n’étaient pas un facteur important dans leur choix de la spécialité. Il se peut que les étudiants qui ont été motivés en grande partie par le coté matériel ont été dissuadés de la psychiatrie en raison d'un remboursement plus faible par rapport aux autres spécialités.

Les étudiants qui ont signalé que le parent identifié comme parent 2 (mais pas parent 1) était un médecin étaient plus susceptibles de choisir la psychiatrie à l'obtention du diplôme. Le sexe de la majorité (69,1%) des parents énumérés comme parent 2 était une femme, de sorte qu'il semble que le fait d'avoir une mère médecin peut augmenter les chances d'un étudiant choisissant la psychiatrie. Aucune donnée n'a été recueillie auprès des étudiants pour savoir pourquoi ils ont changé ou maintenu leur choix de spécialité.

Ces  résultats devraient être particulièrement intéressants pour les comités d'admission aux facultés de médecine et peuvent aider à cibler les futurs efforts de recrutement scolaire pré et intra-médical pour la psychiatrie.

Conclusion :

Cette étude soulève la possibilité de plusieurs stratégies potentielles. Les étudiants qui entrent dans la planification de la faculté de médecine pour devenir psychiatres sont susceptibles de le faire, mais la grande majorité des étudiants qui choisissent la psychiatrie le font au cours des études médicales. Ainsi augmenter le pourcentage d'étudiants en médecine avec des majors de psychologie du premier cycle et assurer un stage exemplaire en psychiatrie sont des facteurs modifiables qui peuvent augmenter le taux de choix de spécialité en psychiatrie.

Dr Lamghari Ghizlane

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 02/10/17


Affichage Affichages : 104

Recherche