Recherche > Revue de presse > Santé mentale et fonctionnement des jeunes adultes : Les résultats chez les personnes en rémission avec TDAH persistant et tardif

Santé mentale et fonctionnement des jeunes adultes : Les résultats chez les personnes en rémission avec TDAH persistant et tardif


The British Journal of Psychiatry, september 2018

 

 

INTRODUCTION

Les enfants présentant un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH) encourent un risque accru de nombreux problèmes à l’âge adulte, notamment des problèmes de santé mentale, des troubles liés à l'abus de substances, un niveau de scolarité inférieur et à une déficience fonctionnelle dans de nombreux domaines. Cependant, la manière dont le TDAH affecte le fonctionnement ultérieur reste floue.

 

Le but de cette étude était de démêler comment les schémas de TDAH dans l'ensemble du développement, en particulier la rémission, la persistance et l'apparition tardive du trouble, sont associés au fonctionnement des jeunes adultes.

 

METHODES

 Cette étude est une cohorte de 2 232 jumeaux nés en Angleterre et au pays de Galles en 1994-1995. Ils ont évalué le TDAH chez l'enfant à l'âge de 5, 7, 10 et 12 ans et chez le jeune adulte à 18 ans. Ils ont examiné trois schémas de développement du TDAH depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte - TDAH en rémission, persistant et tardif - et ont comparé ces groupes entre eux et avec les contrôles non-TDAH sur le fonctionnement à 18 ans. De plus, ils ont vérifié si les différences entre les groupes étaient imputables au QI de l'enfance, aux troubles du comportement chez l'enfant ou aux facteurs familiaux partagés entre les jumeaux.

 

RESULTATS ET DISCUSSION
Comparativement aux personnes sans TDAH, les personnes atteintes de TDAH en rémission ont montré une santé physique et une situation socioéconomique plus médiocres à l’âge adulte. Les personnes présentant un TDAH persistant ou tardif ont montré un fonctionnement plus médiocre dans tous les domaines, y compris la santé mentale, la toxicomanie, la santé psychosociale, la santé physique et les niveaux socioéconomiques. Dans l'ensemble, ces associations n'ont pas été expliquées par le QI de l'enfance, les troubles du comportement chez l'enfant ou des facteurs familiaux partagés.
Le TDAH chez l'enfant semble maintenir un effet à long terme sur le fonctionnement ultérieur   de nature plus manifestement cumulative.

La constatation d’un niveau de scolarité plus faible chez les personnes atteintes de TDAH en rémission et persistant concorde avec une autre étude démographique qui montrait que les participants présentant des trajectoires de niveaux de symptômes « bas ».

Le TDAH chez l'enfant était également associé à un risque accru d'obésité de plus de 70% à l'âge de 18 ans, même lorsque le trouble était réapparu chez les jeunes adultes. Des études ont montré que les enfants atteints du TDAH sont plus susceptibles d’être obèses que ceux sans TDAH.

Bien que la rémission du TDAH semble être associée à une normalisation correspondante du risque pour la plupart des problèmes de santé mentale, de la toxicomanie et des problèmes psychosociaux et de fonctionnement quotidien.

 

Des échantillons d'enfants et d'adolescents atteints de TDAH indiquent que les personnes ayant un TDAH persistant souffrent d'une mauvaise santé mentale, d'un risque plus élevé d'automutilation et d'une plus grande consommation de drogues.

Dans cette étude, ils ont également étendu les recherches  pour montrer que le TDAH chez les jeunes adultes est associé à un mauvais fonctionnement non seulement chez ceux dont le TDAH a persisté depuis l'enfance, mais également chez ceux présentant un TDAH à début tardif.

 

CONCLUSIONS ET IMPLICATIONS

L’effet à long terme du TDAH chez l'enfant sur la santé physique et les résultats socio-économiques soulignent la nécessité d'une intervention précoce.

En ce qui concerne la santé mentale, l'abus de substances et les résultats psychosociaux, le TDAH chez les jeunes adultes présente une plus forte association avec le fonctionnement, soulignant l'importance d'identifier et de traiter le TDAH chez les jeunes adultes.

La présence de déficiences significatives dans le groupe TDAH à début tardif suggère que les individus présentant ce schéma de développement, qui pourraient ne pas être identifié avec les systèmes de classification actuels, nécessitent une attention et éventuellement un traitement approprié.

 

 

Dr Hammani Zakaria

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 28/09/2018

 


Affichage Affichages : 11

Recherche