Recherche > Revue de presse > Rétablissement, soutien par les pairs et confrontation chez les malades mentaux et / ou atteints de troubles liés à l'usage de substances

Rétablissement, soutien par les pairs et confrontation chez les malades mentaux et / ou atteints de troubles liés à l'usage de substances


The British Journal of Psychiatry. March 2019

Introduction

Le rétablissement est devenu un principe fondamental de bonne pratique pour les personnes souffrant d’une maladie mentale et des troubles liés à l'usage de substances. Les pairs aidants deviennent de plus en plus une ressource essentielle pour promouvoir ce principe.

Dans cet article, les auteurs soulignent brièvement les différences entre les définitions du rétablissement et les approches du soutien par les pairs aidants. Ils décrivent ensuite comment la confrontation thérapeutique peut remettre en question les approches de soutien par les pairs.

Le rétablissement en tant que résultat par rapport à un processus

Le résultat final du rétablissement d'une maladie mentale reflète les attentes selon lesquelles les symptômes et les incapacités des troubles psychiatriques - même les plus graves -  peuvent disparaitre complètement.                                                                                                                                                                               

En fait, les repères des résultats du rétablissement ont été définis et peuvent inclure une rémission prolongée des symptômes constituant un diagnostic à des niveaux subcliniques et au moins un engagement à temps partiel dans un rôle essentiel tel que le travail ou l’école.

Le rétablissement est un processus par lequel les personnes poursuivent des objectifs de vie dans un esprit d'espoir malgré les symptômes psychiatriques restants. L'une des nombreuses tâches liées à la réadaptation consiste à aider les personnes à gérer, et non à éliminer, les symptômes restants et les incapacités de manière à ce qu'elles puissent mener à bien leurs objectifs personnels.

Le rétablissement en cas de trouble lié à l'usage de substances semble reposer sur une distinction similaire en deux facteurs : résultat versus processus. L'abstinence est souvent le résultat des services destinés aux personnes souffrant de troubles liés à l'usage de substances. L’objectif est d’aider les gens à se débarrasser de la substance addictive.

Plus récemment, la réduction des dommages est devenue un élément de construction pour définir le processus de rétablissement d'un trouble lié à l'usage de substances. Les défenseurs de la réduction des effets nuisibles des substances reconnaissent que l'abstinence n'est pas le seul moyen de favoriser la santé, mais plutôt d'un processus individualisé axé sur la réduction de l'impact des comportements néfastes plutôt que sur leur extinction totale.

Le rôle des pairs aidants

Soutenir le parcours de la personne vers ses objectifs et ses aspirations est fondamental pour son rétablissement. Bien que le soutien puisse être fourni par des professionnels, de nouvelles preuves suggèrent que le soutien par les pairs - des personnes ayant déjà souffert d'une maladie mentale - pourrait être particulièrement bénéfique pour les personnes en convalescence.

Les études montrent également que le soutien par les pairs a eu des effets positifs chez les personnes souffrant de troubles liés à l'usage de substances.

Les directives éthiques impliquent que le  soutien par les pairs soit notamment: volontaire, optimiste, ouvert d'esprit et avec un pouvoir partagé.  Par exemple, l’éthique volontaire du soutien par les pairs est accomplie en promouvant le choix: «les pairs aidants ne  contraignent pas les autres à participer à des services de soutien »

La confrontation

La confrontation thérapeutique est une stratégie parfois utilisée dans les services pour les troubles liés à l’usage de substances, basée sur l’abstinence qui conduit à une différence significative dans le soutien des pairs entre les domaines de la maladie mentale et des troubles liés à l’usage de substances.

Les défenseurs de l'abstinence placent souvent des attentes quant à la responsabilité des personnes atteintes de toxicomanie. Ne pas accepter cette responsabilité est un déni, la confrontation du déni peut être nécessaire en conséquence.

La confrontation est une construction complexe qui va d'un style argumentatif parfois hostile, à une approche plus nuancée destinée à mettre en garde contre les effets nuisibles potentiels d'une consommation de substances persistante.

Le problème est de savoir si la confrontation peut parfois amener les pairs aidants à convaincre, voire à contraindre d'autres personnes atteintes de maladie mentale ou de troubles liés à l'usage de substances à participer à des services.

La confrontation serait en contradiction avec l’éthique du guide SAMHSA pour les services des pairs visant à promouvoir le choix. Certains pensent que l'entretien motivationnel est enraciné en tant qu'une alternative aux pratiques conflictuelles.

C’est qui le pair ?

Les auteurs pensent que la plupart des experts feraient référence aux personnes en convalescence, et non à celles qui remplissent certains critères pour ne pas avoir de symptômes, mais plutôt à celles qui poursuivent leurs objectifs avec espoir. La définition pourrait être un peu différente pour les pairs ayant un trouble lié à l'usage de substances. Selon les définitions existantes, les pairs en rétablissement sont abstinents.

Conclusion

Le rétablissement d’une maladie mentale et du trouble lié à l’usage de substance a été décrit comme un résultat ou un processus dans lequel les pairs aidants jouent un rôle essentiel.

Dr Youssef Ouazzani

Service de psychiatrie

 CHU Hassan II Fès

Le 30/03/2019

 


Affichage Affichages : 88

Recherche