Recherche > Revue de presse > Les troubles psychiatriques familiaux et le risque d'épisodes psychiatriques du post-partum: une cohorte de la population danoise

Les troubles psychiatriques familiaux et le risque d'épisodes psychiatriques du post-partum: une cohorte de la population danoise


American journal of psychiatry. August 2018

 

Introduction :

Le post-partum est une période  de vulnérabilité d'apparition des troubles psychiatriques. Il est bien montré,  que les antécédents psychiatriques personnels constituent un facteur de risque des troubles psychiatriques du post-partum, et que Les antécédents psychiatriques familiaux constituent un facteur de risque important des troubles psychiatrique en dehors de la période périnatal. Dans ce travail, l’objectif principal est d’examiner si les antécédents familiaux de troubles psychiatriques constituent un   facteur de  risque d'épisodes psychiatriques  du post-partum.

Méthodes

Les auteurs ont mené une étude cohorte de  la population enregistrée sur  le Danish Civil Registration System. Les mères proposées  ont été sélectionnées parmi toutes les femmes nées au Danemark à partir de 1970, avec des liens non négligeables avec les deux parents (N = 1 336 419).

Les mères incluses à  la fin dans l’étude,  étaient toutes les mères qui ont donné au moins une  naissance avant la fin du 31 décembre 2012. Au total, 362 462 mères  ont été inclues dans notre étude.

Les informations sur les troubles psychiatriques ont été obtenues à partir du the Psychiatric Central Register, qui contient des informations sur les traitements hospitaliers depuis 1969 et les traitements ambulatoires depuis 1995. Les diagnostics ambulatoires proviennent des cliniques psychiatriques spécialisées et n'incluent pas les diagnostics des établissements de soins primaires. Les diagnostics sont basés  sur   la CIM (CIM-8 avant 1994 et CIM-10  après 1994).  Les auteurs ont défini le trouble psychiatrique  du postpartum comme un épisode psychiatrique traité survenant  entre 0 à 6 mois après la naissance; à l’ exception  des troubles mentaux liés à l’usage d’une substance et les troubles mentaux d’origine organique.  

Le degré de relation des membres de la famille était défini comme suit: relations familiales au  premier degré comprenaient la mère, le père et la fratrie; les relations familiales  au deuxième degré comprenaient les grands-parents, les demi-frères et sœurs, les oncles et les tantes;  et  les relations familiales  au troisième degré comprenaient les cousins.

 

 

 

 

Résultats et Discussion

En accord avec  la littérature, les auteurs ont constaté, que  même si les troubles psychiatriques du post-partum sont des événements exclusivement féminins, les antécédents de troubles psychiatriques chez les parents de sexe masculin étaient tout aussi influençant que les antécédents de troubles psychiatriques chez les femmes de la famille. Ainsi, lors de l'évaluation du risque d'épisodes du post-partum, les cliniciens devraient se renseigner sur les antécédents familiaux de troubles psychiatriques et ne pas  se limiter aux troubles psychiatriques du post-partum ou aux troubles psychiatriques chez les femmes de la famille.

 Les auteurs ont trouvé que le risque pour les troubles psychiatriques du post-partum était plus élevé en cas  d’antécédents familiaux de trouble bipolaire que dans le cas  des antécédents familiaux de troubles psychiatriques. Ils ont trouvé  également que le risque était plus élevé dans les antécédents familiaux de trouble bipolaire que dans les antécédents familiaux de dépression unipolaire.  

Le lien entre le trouble bipolaire et  le trouble psychiatrique  du post-partum est bien établi  et des travaux récents sur ces mêmes données ont montré que l'apparition des symptômes psychiatriques  au moment de l'accouchement était associée à un risque plus élevé de conversion en trouble bipolaire. Ces résultats dans la présente étude démontrent que les antécédents familiaux de trouble bipolaire sont plus fortement associés à tout  trouble psychiatrique  du postpartum et  apportent la preuve d’une vulnérabilité génétique ou d’autres mécanismes étiologiques similaires entre les épisodes psychiatriques spécifiquement dans la période du  post-partum, et le trouble bipolaire.

Dr Nada Chefchaouni

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 26/08/2018

 


Affichage Affichages : 43

Recherche