Recherche > Revue de presse > Les perspectives des neurosciences intégrées dans la formulation et la planification du traitement du trouble de stress post-traumatique

Les perspectives des neurosciences intégrées dans la formulation et la planification du traitement du trouble de stress post-traumatique


JAMA Journal Psychiatry, August 2017

Le trouble de stress post-traumatique (ESPT) est une maladie psychiatrique qui prend aux États-Unis un intérêt public de plus en plus important en raison de sa prévalence augmentée chez les soldats américains.  Cette revue éducative présente une approche contemporaine pour intégrer une perspective des neurosciences dans la formulation et la planification du traitement de ce  trouble.

Les neurosciences contemporaines incluent 5 axes importants : le conditionnement de la peur, le dysrégulation des circuits cérébraux, le reconsolidation de la mémoire, l’épigénétique, et les facteurs génétiques

Thème 1: Conditionnement de la peur

Une approche thérapeutique prometteuse est l'utilisation d'agents améliorants la plasticité cérébrale, tels que la D-cyclosérine, qui est un agoniste partiel du récepteur N-méthyl-D-aspartate, pour augmenter les effets  de la psychothérapie. En augmentant la capacité d'apprentissage du cerveau, ces médicaments peuvent permettre aux patients de finir plus rapidement  une thérapie à base d'exposition. Bien que la D-cyclosérine elle-même ait des limites, une  amélioration de la plasticité peut être un mécanisme d'action partagé avec d'autres médicaments efficaces  au traitement de l’ESPT. Par exemple, les  inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine qui améliorent également  la plasticité.

Thème 2: Circuits dysrégulés

De nombreux traitements actuels s'harmonisent bien avec le modèle du circuit de base de l’ESPT comprenant notamment, des formes de psychothérapie qui peuvent aider à rétablir l'équilibre entre le cortex préfrontal et les structures limbiques. Ces dernières années, des recherches considérables en psychiatrie ont exploré le rôle d'une large gamme d'approches interventionnelles  à réguler les circuits. Ces interventions incluent l’électro convulsivothérapie, la stimulation cérébrale profonde, la stimulation du nerf vague et plus récemment, la stimulation magnétique transcrânienne répétitive et la stimulation trans crânienne par un  courant continu . À ce jour, les résultats de la recherche avec ces approches interventionnelles sont limités. Cependant, on pourrait espérer que ces méthodes pourraient éventuellement être capables de rétablir l'équilibre des circuits dysregulés en modifiant le fonctionnement  dans des régions spécifiques.

Thème 3: Reconsolidation de la mémoire

Certaines thérapies comportementales ont été explicitement conçues pour tirer parti du processus de reconsolidation. Les études ont cherché à combiner la thérapie avec les agents pharmacologiques qui peuvent aider à bloquer la reconsolidation des souvenirs traumatiques (p. Ex., Le propranolol ou le xénon, dont le dernier est censé à  inhiber le N-méthyl-D-aspartatécepteur). Les études récentes ont démontré la possibilité d'utiliser globalement les propriétés amnésiques de l’ ECT  pour perturber la reconsolidation des mémoires.

Thème 4: Considérations épigénétiques

Plusieurs chercheurs explorent la valeur potentielle d'une perspective épigénétique pour le diagnostic et le traitement de l’ ESPT. Les principaux domaines d'enquête comprennent la question de savoir si les données épigénétiques pourraient être utilisées pour identifier les populations à risque de développer un ESPT , aider à diagnostiquer l’ESPT et à identifier les facteurs biologiques qui répondent à des types spécifiques de traitement. Les premiers résultats positifs pour chacune de ces idées ont été démontrés dans des études qui ont examiné les membres du service militaire avant et après le déploiement. D'un intérêt particulier, certains modèles de méthylation associés à l’ ESPT ont été inversés au cours de la psychothérapie, ce qui suggère que, bien que les changements épigénétiques soient durables, ils ne sont pas immuables. Il existe également un intérêt à développer des pharmacothérapies qui pourrait aider à modifier les changements épigénétiques. La ligne de recherche la mieux explorée a examiné les inhibiteurs   d'histone désacétylase. Dans les modèles animaux, ces médicaments ont montré qu'ils augmentent l'extinction de la peur à travers de multiples voies complexes, y compris le facteur neurotrophique dérivé du cerveau et la signalisation du récepteur N-méthyl-D-aspartate. Jusqu'à présent, ces idées ne se sont pas traduites sur des populations cliniques, bien que le valproate de sodium semble avoir une certaine action en tant qu'inhibiteur d'histone désacétylase, ce qui explique peut-être une partie de son efficacité dans un large éventail de troubles psychiatriques.

Thème 5: Considérations génétiques

Dans cette perspective, la compréhension des contributions génétiques à l’ ESPT est pertinente. Tout d'abord, l'identification des gènes impliqués dans l’ESPT peut aider les chercheurs à mieux comprendre les mécanismes moléculaires sous-jacents, ce qui pourrait aider à développer les traitements futurs. Deuxièmement, il est possible que les modèles d'expression des gènes puissent permettre d'identifier les sous-groupes qui sont soit à risque pour un ESPT, soit qui sont plus susceptibles à répondre à un traitement spécifique

 

Dr Jaafari Mounir

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 27/08/2017


Affichage Affichages : 385

Recherche