Recherche > Revue de presse > Le traitement médicamenteux des patients alcoolodépendants adultes atteints d'une maladie mentale grave et impact sur le trajet judiciaire

Le traitement médicamenteux des patients alcoolodépendants adultes atteints d'une maladie mentale grave et impact sur le trajet judiciaire


Introduction :

 Les adultes atteints d'une maladie mentale grave et d'une dépendance à l'alcool comorbide ont un risque élevé d'utiliser à la fois des services de soins de santé axés sur la crise et aux services de la justice. le problème prédominant d'abus de substances dans cette population compromet la stabilité et le rétablissement des individus alcoolodépendants et les expose à un risque plus élevé d'hospitalisations et d'incarcérations coûteuses. Le traitement médicamenteux est prometteur pour améliorer la dépendance à l'alcool chez les adultes atteints de maladies mentales graves.

Les objectifs de cette étude est d’évaluer l’efficacité du traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique ainsi que son impact sur l’évolution de la maladie psychiatrique sous-jacente, et d’autre part, analyser le trajet judiciaire des patients alcoolodépendants en comorbidité avec une pathologie psychiatrique.

 Méthodes :

 Les données administratives pertinentes ont été fusionnées à partir de plusieurs agences publiques dans le Connecticut pour 5 743 adultes de 18 ans qui avaient un trouble du spectre de la schizophrénie, trouble bipolaire, ou trouble dépressif majeur comorbide avec une dépendance alcoolique modérée à sévère et qui ont été incarcérés pendant au moins une nuit pendant la période d'étude (2002-2009).

Le département des services de santé mentale et de toxicomanie du Connecticut a fourni des données sur les caractéristiques démographiques et les diagnostics cliniques pour l'échantillon de l'étude ; de même les données du traitement ambulatoire et les hospitalisations pour les patients psychiatriques et toxicomanes

L’analyse des données longitudinales par régression multivariée a été utilisée pour estimer l'effet du traitement médicamenteux en hospitalier comparativement au traitement ambulatoire de la toxicomanie, permettant 12 mois d'observation avant et après le début du traitement.

Résultats et discussion :

Dans les deux groupes, plus des deux tiers étaient des hommes ; les personnes du groupe recevant le traitement médicamenteux étaient plus susceptibles d'avoir un trouble psychotique (schizophrénie ou trouble bipolaire) que celles du groupe témoin. De même, ce groupe a eu une utilisation significativement plus intensive des traitements psychiatriques et de la toxicomanie en ambulatoire et en hospitalier que le groupe témoin pendant la période d’étude. Le traitement médicamenteux a été associé à des améliorations significatives des résultats cliniques dans les 12 mois suivant l'initiation, notamment une réduction des hospitalisations en psychiatrie et des visites aux urgences et une amélioration de l'observance thérapeutique (odds ratio= 0.72, 95% CI=0.57–0.92).

 

 la majorité des personnes ont reçu un traitement par l'acamprosate pour la dépendance à l'alcool avaient un index de (52,46%). Le naltrexone était le deuxième médicament le plus couramment utilisé pour la dépendance à l'alcool dans le groupe traité, avec 39,29% des personnes utilisant le médicament pour leur traitement intermittent et 43,53% utilisant le médicament à un moment donné pendant la période de suivi complète de 12 mois. Moins de 10% de l'échantillon ont reçu un traitement avec le disulfirame.

 

Le traitement médicamenteux n'a pas été associé à une réduction de la récidive dans l'échantillon total de l'étude, ce qui pourrait être lié au plus grand nombre de personnes du groupe traité qui étaient en probation au cours de la période de suivi. La surveillance dans la collectivité place les personnes sous un meilleur contrôle judiciaire et, surtout chez les personnes souffrant de troubles concomitants qui présentent un risque plus élevé d'incarcération en raison d'une infraction à la probation.

il n'y avait pas de différence statistiquement significative dans la variation des probabilités d'arrestation entre les périodes pré- et post-traitement dans les deux groupes d'étude (OR = 0,99, intervalle de confiance à 95% [IC] = 0,86-1,15).

Conclusion :

Le traitement médicamenteux est sous-utilisé pour le traitement de la dépendance à l'alcool, en particulier chez les adultes atteints d'une maladie mentale grave. Ces résultats suggèrent qu'un traitement médicamenteux peut avoir des avantages importants pour les résultats cliniques dans cette population. Plus de recherches sont nécessaires pour améliorer son utilisation dans cette population de patients ainsi que pour éliminer les obstacles à sa disponibilité.

 

Dr Assia Boukniter

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 29/07/2018

 


Affichage Affichages : 35

Recherche