Recherche > Revue de presse > Le risque de maladie d'Alzheimer associé aux benzodiazépines et aux médicaments apparentés: Une étude cas-témoins

Le risque de maladie d'Alzheimer associé aux benzodiazépines et aux médicaments apparentés: Une étude cas-témoins


Acta Psychiatr Scand. August 2018

Introduction :

La maladie d'Alzheimer (MA) représente 60 à 80% des cas de démence. Les benzodiazépines (BZD) et les médicaments apparentés sont utilisés pour traiter quelques symptômes de démence tels que l'anxiété et l'insomnie.

La prévalence de la consommation des BZD et apparentés chez les personnes âgées varie entre 9 et 32% dans les pays développés. Malgré les recommandations, ils sont couramment utilisés à long terme. Les effets négatifs à court terme sur la mémoire et la cognition sont bien connus, et on suppose que leur utilisation à long terme accélère le déclin cognitif et augmente le risque de démence.

L’objectif de cette étude est d’évaluer l'association entre l'utilisation de BZD et des apparentés et le risque de MA avec des modèles basés sur la consommation cumulée et la durée d'utilisation.

Méthodes :

L'étude a été menée dans la cohorte nationale MEDALZ qui incluait tous les habitants de la communauté finlandaise présentant une MA confirmée cliniquement de 2005 à 2011 (70 719 personnes) et leurs témoins appariés à l’âge, le sexe et la région de résidence (282 862 personnes). Le diagnostic de la MA était basé sur les critères DSM-IV et NINCDSADRDA (National Institute of Neurological and Communicative Diseases and Stroke/Alzheimer's Disease and Related Disorders Association, 1984). 

Les chercheurs ont utilisé le registre de prescription finlandais pour suivre les achats de benzodiazépines et des apparentés depuis 1995.

De nombreux troubles chroniques, la toxicomanie, la situation socioéconomique et l'utilisation d'antidépresseurs et d'antipsychotiques ont été pris en compte. Pour tenir compte de la causalité inverse, la consommation de drogues dans les cinq années précédant le diagnostic de la MA n’a pas été pris en compte. L'association entre l'utilisation des BZD et la maladie d'Alzheimer a été évaluée à l'aide d'une régression logistique conditionnelle avec un délai de 5 ans entre l'exposition et le résultat.

Résultats :

Cette  étude est la plus vaste dans ce domaine et cela a permis d’effectuer des analyses plus détaillées en fonction de la durée, de la dose et du type de BZDR.

Selon cette étude de l'Université de Finlande orientale, l'utilisation de benzodiazépines et de médicaments apparentés (Z) est associée à un risque légèrement accru de MA (OR : 1,06, IC à 95%: 1,04-1,08). L'association a été atténuée après ajustement pour les comorbidités, la situation socioéconomique et l'utilisation d'autres psychotropes (OR 1,06, IC 95% 1,04-1,08).

La consommation totale cumulée des BZD au cours du suivi était plus élevée chez les cas de MA et la durée d'utilisation était plus longue que chez les témoins.

L'étude a montré que le risque accru ne différait pas significativement entre les benzodiazépines, les médicaments dits apparentés, ou les sous-catégories de médicaments à courte, moyenne ou longue durée d'action.

La proportion attribuable parmi les exposés était de 0,057, ce qui signifie qu'en supposant qu'il n'y avait pas de biais incontrôlé ou confondant, 5,7% des cas de MA survenus chez les benzodiazépines et les utilisateurs de drogues apparentés étaient attribuables à l'exposition", ont écrit les chercheurs.

Parmi les limites de l’étude, seuls les achats de médicaments remboursés peuvent être extraits du registre des ordonnances et, par conséquent, l’utilisation des  BZD pourrait être sous-estimée dans CETTE étude, et d’autre part, les informations sur la consommation de drogues dans les hôpitaux n’étaient pas disponibles dans le registre des ordonnances, ce qui pourrait avoir entraîné une mauvaise classification des expositions.

Conclusion:

Les benzodiazépines et les médicaments apparentés sont couramment utilisés chez les personnes âgées et, malgré les recommandations, leur utilisation est souvent longue. Même si l'association entre la benzodiazépine et la consommation de drogues associée et la maladie d'Alzheimer était modeste dans cette étude, la benzodiazépine et les médicaments apparentés devraient être évités si possible et le seuil de prescription prescrit devrait être suffisamment élevé.

                                                                             Dr Chekira Asmae

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 29/08/2018

 

 


Affichage Affichages : 39

Recherche