Recherche > Revue de presse > La stimulation transcranienne directe Cérébelleuse améliore l’apprentissage procédural dans la psychose infraclinique: Etude comparative en double aveugle

La stimulation transcranienne directe Cérébelleuse améliore l’apprentissage procédural dans la psychose infraclinique: Etude comparative en double aveugle


Schizophrenia Bulletin. December 2018

Plusieurs données de la littérature suggèrent que l’apprentissage procédural semble être affecté dans les psychoses.  Aidant  à coordonner et à synchroniser le mouvement avec les cognitions,  le cervelet jouerait un rôle important dans ces processus d’apprentissage. Plus encore des théories telles que la dysmétrie cognitive suggèrent que des déficiences de la fonction cérébelleuse peuvent affecter plusieurs domaines cognitifs. Etant donné que la stimulation transcranienne directe (TDCS) est une technique de stimulation cérébrale pouvant promouvoir les habilitées cognitives chez les patients avec psychose, les auteur de cette étude ont proposé de tester ces effets sur les facultés d’apprentissage procédural en appliquant une stimulation anodale au niveau cérébelleux. Le rationnel de cette étude se base sur une littérature qui objective un lien entre le cervelet, les symptômes négatifs de la schizophrénie et l’apprentissage chez les patients avec psychose ou appartenant au spectre psychotique (sujets à risque). Il s’agit donc d’un essai contrôlé randomisé en double aveugle sur l’effet de la TDCS dans l’amélioration de l’apprentissage procédural dans une population de patients dite de psychose non-clinique (NCP : Non clinical psychosis).

Ont été inclus dans l’étude 42 participants avec 18 sujets contrôle et 24 NCP recrutés en vue de leurs score dans l’échelle : Community Assessment of Psychic Experiences (CAPE). 

Après 25 minutes de TDCs cérébelleuse (active ou simulée), les participants ont achevé une tâche de poursuite pour examiner les fonctions motrices et cognitives à l’aide d’une tache de poursuite  extraite de la tâche PEBL :

Batterie où les participants ont été invités à suivre une cible en mouvement autour d'une piste circulaire avec une sourie dans leur main droite. Les habilités d'apprentissage ont été mesurées en calculant la moyenne des 3 essais au cours de chaque bloc  pour obtenir un seul indice de performance pour chaque bloc. Les différents bras étaient comparables de part leurs caractéristiques sociodémographiques  ainsi que sur les échelles de dépression et anxiété. Pour le groupe des NCP, il y avait une importante interaction, F (3 135) = 3,91, P = 0,010  indiquant que la stimulation active a eu un impact sur les performances de la tâche de poursuite. Au sein du groupe NCP, de manière descriptive, le taux d’apprentissage était plus élevé dans la condition de stimulation active que dans le bras placebo. Ce travail apporte les premières données sur le rôle de la stimulation cérébelleuse dans l’apprentissage moteur ainsi que sur le rôle du cervelet dans le fonctionnement cognitif  généralement déficitaire chez les patients appartenant au spectre de la psychose ou à haut risque de celle-ci.

Ces résultats viennent conforter la place et l’utilité de la TDCS dans la psychose au regard des études rapportant une amélioration des fonctions cognitives. D’un autre coté la TDCS n’a pas montré d’effet positif chez le groupe contrôle contrairement à des études antérieures qui ont montré une amélioration des performances cognitives chez le sujet sain, et ceci peut être expliqué par la méthodologie notamment les outils de mesure.

 Ces résultats peuvent impliquer les circuits cérébello-thalamo-corticaux eux-même connus pour être dysfonctionnels même avant l’installation des symptomes psychotiques.

Cette étude ouvre la voie à la recherche dans le domaine de la psychose et permet d’apporter des réponses sur la compréhension des mécanismes impliqués dans le processus psychotique ainsi que sur les prise en charges futures.  

Pr Amine Bout

Service de psychiatrie

CHU Hassan II. Fès

Le 05/02/2019

 

 


Affichage Affichages : 53

Recherche