Recherche > Revue de presse > La Kétamine Orale répétée pour Le traitement ambulatoire de La dépression résistante: Etude randomisée contrôlée par placebo

La Kétamine Orale répétée pour Le traitement ambulatoire de La dépression résistante: Etude randomisée contrôlée par placebo


Britich Journal of Psychiatry. January 2019

 

INTRODUCTION

La pharmacothérapie actuelle des antidépresseurs ne permet pas d'obtenir une rémission chez environ 30% des patients, même en combinant plusieurs antidépresseurs et en appliquant diverses stratégies d'augmentation. Ceci devient plus coûteux, et demande un recours intensif aux services de médecine, tout en craignant un risque de suicide plus élevé.

 La kétamine par voie orale dans la dépression résistante au traitement n’a été décrite que dans une seule série de 12 cas et récemment dans une étude rétrospective. L’objectif de cette étude est l’évaluation de l'efficacité, de la sécurité et de la faisabilité de l’administration de la kétamine orale répétée chez les patients en ambulatoire présentant une dépression résistante au traitement.

METHODES

Dans une étude de validation du principe randomisée, à double insu, contrôlée par placebo, 41 participants ont reçu 1 mg / kg de kétamine par voie orale ou un placebo trois fois par semaine pendant 21 jours (ClinicalTrials.gov Identifiant : NCT02037503).

L’évaluation a été réalisée au départ, 40 et 240 minutes après l’administration et les jours 3, 7, 14 et 21. Le critère de jugement principal était le changement de l’échelle de dépression de Montgomery–Åsberg (MADRS).

Résultats

Vingt-deux participants ont été randomisés pour le groupe kétamine, et 19 au groupe témoin, avec 82,5% (n = 33) complétant l’étude. Dans le groupe kétamine, une diminution des symptômes dépressifs était évidente à tous les temps, alors que dans le groupe témoin, une diminution était évidente seulement 40 min après l'administration. La réduction du score MADRS au jour 21 était de 12,75 dans le groupe kétamine versus 2,49 points avec un placebo (p <0,001).

Six participants du groupe kétamine (27,3%) ont obtenu une rémission comparativement à aucun des témoins (p <0,05). Le nombre de patients à traiter pour une rémission était de 3,7.

Les effets secondaires étaient légers et transitoires. Bien que cette approche soulève des défis méthodologiques, elle capture les complexités de la psychiatrie clinique réelle. En effet, Un participant sur quatre avait un trouble de stress post-traumatique concomitant, plus de la moitié avait des troubles anxieux et plus du quart avait des problèmes de personnalité.

DISCUSSION

Dans cette étude, il a été montré qu’une administration répétée de kétamine par voie orale peut entraîner une amélioration des symptômes dépressifs chez les patients atteints de dépression résistante au traitement (DRT) et peut être bien tolérée.

La kétamine par voie intraveineuse a démontré à maintes reprises qu’elle atténuait les symptômes dépressifs lors d’études antérieures sur des patients atteints de DRT. La perfusion intraveineuse, cependant, limite sévèrement l’applicabilité en consultation externe. À cet égard, l'intérêt récent porté à l'administration intranasale pourrait offrir une nouvelle méthode de traitement de ces patients. Cette nouvelle voie d'administration n'a toutefois pas encore été étudiée pour une utilisation à domicile. L’administration orale de kétamine à la maison a par contre été bien décrite chez les patients souffrant de douleurs chroniques. Par conséquent, il existe un intérêt pressant à explorer et à améliorer l'administration orale de kétamine chez les personnes atteintes de DRT, ce qui constituerait une option préférable.

 Il existe plusieurs obstacles au traitement ambulatoire à la kétamine. Premièrement, la kétamine est un agent psychoto-mimétique puissant et doit être utilisée avec prudence dans les maladies neuropsychiatriques. Cela est particulièrement vrai lorsqu’on utilise ce médicament en consultation externe. Deuxièmement, l'innocuité de la kétamine chez les patients présentant des symptômes psychotiques n'a pas été bien établie. Ainsi, par précaution, les auteurs ont exclu les personnes présentant des symptômes psychotiques antérieurs. Troisièmement, les preuves permettant de déterminer la posologie et le schéma posologiques optimaux sont limitées. En guise d'approche préliminaire, le choix de 1 mg / kg trois fois par semaine semble avoir eu l'efficacité souhaitable avec des effets secondaires marginaux. Les schémas posologiques optimaux restent à explorer.

Dans la présente étude, une proportion significative de patients qui, par définition, ne répondaient pas à plusieurs autres gammes d'antidépresseurs, a atteint une rémission clinique. Le NNT calculé pour atteindre une rémission clinique avec de la kétamine en supplément chez les personnes ayant un DRT était de 3,7 alors qu'aucun patient n'était en rémission dans le groupe placebo. Globalement, la kétamine a été bien tolérée et les effets indésirables les plus fréquents chez les patients ont été de légers vertiges et une euphorie, disparaissant tous les deux en une heure, et ces effets secondaires ont été beaucoup plus légers lors des administrations ultérieures.

CONCLUSIONS

La kétamine par voie orale répétée a entraîné une amélioration rapide et persistante des symptômes dépressifs chez les patients atteints de dépression résistante au traitement et a été bien tolérée. Ces résultats suggèrent que la kétamine orale ajoutée pourrait être très prometteuse dans le traitement des patients souffrant de dépression résistante. Des essais de qualité évaluant l’administration orale répétée de kétamine pendant de plus longues périodes restent nécessaires.

    Dr  QASSIMI FERDAOUSS

   Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 27/01/2019

 


Affichage Affichages : 179

Recherche