Recherche > Revue de presse > Efficacité et sécurité de la stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS) comme traitem ent adjuvant de la dépression bipolaire

Efficacité et sécurité de la stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS) comme traitem ent adjuvant de la dépression bipolaire


JAMA Psychiatry. 2018;75(2):185-193

 

introduction:

Les options thérapeutiques pour la dépression bipolaire (TB) ont des effets indésirables et une efficacité modeste. La (tDCS)  est une modalité de stimulation cérébrale non invasive qui applique des courants faibles et directs dans le cerveau via des électrodes placées sur le cuir chevelu.

La tDCS est généralement appliquée sur le cortex préfrontal dorsolatéral (DLPFC), une zone cérébrale où le métabolisme augmente après un traitement antidépresseur réussi. Les méta-analyses et les essais contrôlés randomisés ont montré l'efficacité de la  tDCS dans la dépression unipolaire. De plus, la tDCS présente des avantages cliniques, tels qu'un faible coût, et la facilité d'utilisation.

Cependant, à notre connaissance, aucun essai randomisé utilisant  tDCS n'a été mené pour le TB. Par conséquent. Dans cet essai, les auteurs ont examiné l'efficacité et la sécurité de la tDCS  dans le traitement de la dépression bipolaire en tant que thérapie adjuvante chez les patients atteints du TB qui recevaient des traitements pharmacologiques concomitants .

Méthodes

Cette étude « BETTER » a été menée à l'hôpital universitaire de São Paulo, Brésil, du 1er juillet 2014 au 30 mars 2016. Il a utilisé un modèle parallèle dans lequel 59 patients ont été assignés aléatoirement soit à une tDCS active ou sham tDCS. Le Mini-International Neuropsychiatric Interview a été utilisé  pour effectuer le diagnostic d’ un épisode dépressif majeur dans le cadre du trouble bipolaire (type I ou II ou non spécifié) et  le diagnostic d'autres troubles mentaux comorbides, tels que les troubles anxieux et les troubles listés comme critères d'exclusion dans l'étude . Seuls les sujets ayant un score de HDRS-17 supérieur à 17 et un faible risque suicidaire et âgés de 18 à 65 ans ont été inclus.

Les auteurs ont inclus seulement les patients qui présentaient une réponse clinique  insuffisante après un ou plusieurs interventions pharmacologiques adéquates dans l'épisode dépressif aigu. Pour une intervention pharmacologique adéquate, les auteurs ont pris en considération les pharmacothérapies de première, deuxième et troisième intention  selon les recommandations du CANMAT pour les épisodes dépressifs bipolaires ( lithium, lamotrigine, quétiapine, olanzapine, valproate sodique, et l’ECT) .

Les critères d'exclusion étaient un épisode dépressif avec des caractéristiques mixtes; d'autres troubles psychiatriques, tels que le trouble dépressif majeur unipolaire, schizophrénie, addiction,  démences; troubles de la personnalité; des troubles neurologiques; grossesse; contre-indications spécifiques à la  tDCS ( plaques de métal dans la tête); et participation à des essais antérieurs à la  tDCS. Les seules comorbidités psychiatriques permises étaient les troubles anxieux.

 

Intervention

Les patients ont été installés dans des fauteuils confortables et inclinables lors des tDCS. Les électrodes d'anode et de cathode de 5 x 5 cm, insérés dans des éponges imbibées de sérum salé  et placés respectivement sur les DLPFC gauche et droit. Douze séances de 2 mA ont été appliquées pendant 30 minutes par jour sur 10 séances consécutives une fois par jour du lundi au vendredi, et 2 séances ont été appliquées aux 4éme et 6éme semaines.

Sham tDCS a été livré en utilisant le même protocole et l'intensité du courant, mais la période de stimulation active était seulement de 30 secondes.

Résultats et Discussion

la tDCS active a montré une éfficacité supérieure, basée sur les scores HDRS-17, comparée à la Sham tDCS (NNT, 5,8, IC 95%, 3,3-25,8). Ceux qui ont reçu la tDCS active ont développé significativement plus une rougeur de la peau . Egalement  la fréquence des démangeaisons et des brûlures était plus élevée dans le groupe actif.

Ces éffets indésirables sont souvent rapportés après la tDCS active et semblent être causés par le courant qui passe à travers la peau.  Néanmoins, il n'y a eu aucune perte due à ces effets indésirables , qui ont été de courte durée. En outre, ces effets indésirables n'ont pas affecté le nombre d’ effectif.

 La tDCS était tolérable et sûr, avec les deux groupes présentant des taux d’effets indésirables similaires, ce qui est une préoccupation lors du traitement de la dépression avec la Tdcs. Cette caractéristique est avantageuse par rapport à d'autres interventions pharmacologiques présentant des taux plus élevés de taux d’interruption ou de changment du traitement  et autres effets Indésirables. Aucun patient recevant une monothérapie antidépressive n'a présenté un changement du traitement pendant l'essai. La Tdcs  active était supérieure à la sham tDCS pour une réponse soutenue, mais pas pour une rémission prolongée.

L’étude BETTER a été conçue comme un essai additionnel de la Tdcs chez des patients atteints de TB, avec une prévalence élevée de troubles anxieux comorbides. De plus, un tiers des patients inscrits présentaient un épisode dépressif après au moins deux régimes de traitement adéquats, dont un traitement de première ligne selon les lignes directrices du CANMAT.

D'autres études évaluant l'efficacité de la  tDCS dans TB sont limitées par leur conception ouverte et / ou un échantillon mixte bipolaire unipolaire. Une méta-analyse évaluant l'efficacité de la  tDCS dans le TB a montré que la  tDCS a entraîné une amélioration modérée à importante de la dépression, comme observé dans cette étude. De plus, cette efficacité clinique était similaire à celle observée dans les essais de stimulation magnétique transcrânienne répétitive et dans les essais de la tDCS dans la dépression unipolaire.

Dr Mounir Jaafari

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 25/03/2018

 


Affichage Affichages : 113

Recherche