Recherche > Revue de presse > Effet des interventions aux lycées sur le mésusage et l'abus d'alcool chez les adolescents des lycées mexico - américains : Essai clinique randomisé avec suivi longitudinal sur cinq ans

Effet des interventions aux lycées sur le mésusage et l'abus d'alcool chez les adolescents des lycées mexico - américains : Essai clinique randomisé avec suivi longitudinal sur cinq ans


JAMA Psychiatry. May 2018

Introduction :

Les interventions préventives contre les addictions liées à une substance ciblent fréquemment les collégiens, cependant, des preuves de résultats soutenus pour prévenir le mésusage d'alcool et les troubles plus graves de l'abus d'alcool ont fait défaut, en particulier pour les populations latino-américaines.
L’objectif de cette étude est d  vérifier si un programme universel de prévention dans les écoles intermédiaires peut réduire la fréquence d'abus d'alcool et les taux de consommation d'alcool, cinq ans après la mise en œuvre de ce programme sur un échantillon mexico-américain.
 

Méthodes :

 Un essai clinique randomisé (ECR) a été mené auprès de 516 jeunes mexicains-américains recrutés en 7e année dans quatre écoles d'une région métropolitaine du Sud-Ouest.

Dans l'ECR, trois cohortes d'étudiants hispaniques ont été identifiées et choisies au hasard parmi les listes d'écoles au début de chaque année scolaire.
La langue principale utilisée pour sélectionner des échantillons de recrutement était l’anglais et l’espagnol.

Un appel téléphonique de recrutement des parents décrivait l'intervention pour insister sur l'intérêt de l’étude, et répondre aux critères d'admissibilité suivants : l'adolescent devrait être d'origine mexicaine,  moins de 15 ans et être inscrit à l'école cible, et au moins un aidant d'origine mexicaine qui souhaite participer.  Les sujets ont été  randomisés à une intervention de 9 semaines ou à un atelier d'une session.

Parmi les familles éligibles, 593 (62,0%) se sont inscrites et ont terminé les entretiens les plus poussés.

L'ECR a été menée au cours des années académiques 2003-2004, 2004-2005 et 2005-2006.

Les données ont été collectées pour la présente étude de suivi de septembre 2009 à septembre 2014. L'analyse a été réalisée entre août 2016 et juillet 2017.
La collecte des données pour les présentes analyses a eu lieu avant l'intervention (T1) et cinq ans après l'intervention (T2).

 
 
 L'intervention de 9 séances Bridges / Puentes a intégré des séances d'intervention pour les jeunes, les parents et les familles qui ont été offertes au semestre de printemps dans chaque école, avec des groupes distincts pour les familles dominantes anglaises et dominantes espagnoles. L'atelier de contrôle a été offert pendant le même semestre dans chaque école, également en anglais et en espagnol.
Les principaux résultats étaient l'évaluation diagnostique du trouble lié à l’usage d'alcool au cours de la 12e année, Cinq ans après l'intervention, selon le calendrier d'entrevue diagnostique pour les enfants et selon la fréquence de la consommation d'alcool, du mésusage de l'alcool et de l'ivresse au cours de la dernière année, d'après l'Enquête sur le comportement à risque chez les jeunes de 2001. 
 
Résultats et discussion :
 
 L'intervention a réduit la probabilité d'avoir un trouble lié à la consommation d'alcool (β = -93; SE, 0,47; P = 0,047; OR, 0,39). Les associations d'intervention avec la fréquence de consommation d'alcool au cours de la dernière année, la consommation excessive d'alcool et l'ivresse ont été modérées par la consommation de substances de base.
 L'intervention a réduit la fréquence de consommation d'alcool (β = -.51; SE, 0.24; P = 0.04; Cohen d = 0.43) et l'ivresse (β = -.51; SE, 0.26; P = .049; Cohen d = 0,41) chez les jeunes ayant déclaré une consommation antérieure de substances au départ (initiateurs T1) mais pas chez ceux qui n'avaient pas commencé à consommer de substance (abstinents T1) à l'inclusion. 
Les interventions préventives contre l'abus de substances mises en œuvre au début de l'adolescence et avant le besoin de traitement sont largement préconisées pour leur capacité à retarder l'initiation et à réduire la progression de l'usage à l'abus.
Ajoutant à la preuve limitée appuyant directement ce potentiel, la présente étude a démontré qu'une intervention universelle au lycée réduisait le diagnostic d'abus d'alcool et de troubles à la fin de l'adolescence, alors que la plupart des jeunes étaient en dernière année d'école secondaire. 
Alors qu'une association entre l'intervention et le trouble lié à l’usage de substances à vie est apparue pour l'échantillon complet indépendamment de la consommation de base, les associations avec la consommation d'alcool et l'ivresse de l'année écoulée ne sont significatives que chez les jeunes ayant commencé à utiliser la substance.
 L'association avec la consommation excessive d'alcool variait entre les abstinents précoces et les initiateurs, mais n'était significative pour aucun sous-groupe.
Conclusion : 
Les résultats de cette étude soutiennent une association entre une intervention universelle au lycée et l'abus d'alcool et les troubles liés à la consommation d'alcool chez les lycéens mexico- américains et l’intérêt de la mise en œuvre d’une intervention commune pour atteindre les communautés latino-américaines.
 
Dr Hajar Ouadoud
Service de psychiatrie
CHU Hassan II. Fès
Le 30/05/2018
 
 
 

Affichage Affichages : 95

Recherche