Recherche > Revue de presse > Cannabis, psychose et mortalité : une étude d'une cohorte de 50373 hommes suédois

Cannabis, psychose et mortalité : une étude d'une cohorte de 50373 hommes suédois


INTRODUCTION

L'abus de cannabis est associé à des effets néfastes sur la santé mentale des adolescents, y compris cognitif et le fonctionnement psychosocial. En outre, la fumée de cannabis a beaucoup d'éléments en commun avec la fumée de tabac y compris la relation avec le cancer , les maladies cardiovasculaires et pulmonaires.

La consommation de cannabis est également associée au psychose avec un taux de mortalité deux à trois fois plus élevé que dans la population générale

La consommation de cannabis chez les personnes psychotiques augmente le risque d'expériences psychotiques persistantes , de la mauvaise observance thérapeutique , et des rechutes , qui peuvent conduire à un plus grand nombre d'accidents et des tentatives de suicide . La consommation de cannabis , comme le tabagisme et la consommation d'alcool , pourrait donc conduire à un risque accru de décès prématuré .

Pour bien étudier la relaion entre la mortalité, la psychose et la consommation du cannabis, l'auteur de ce travail a réalisé une prolongation d'etude de la période de suivi de l'étude de 1990 faite par Andreasson et al de 33 ans à 60 ans

Les objectifs de cette étude étaient d'évaluer :1 ) le risque global de la mortalité chez les consommateurs de cannabis par rapport aux non consommateurs , ainsi que l'impact de la psychose sur la mortalité ; 2 ) le risque global de décès chez les personnes atteintes de troubles psychotiques par rapport à ceux sans troubles psychotiques ,ainsi que l'impact de l'excès de la consommation de cannabis sur la mortalité; et 3 ) l'éventuel effet d'interaction entre l'utilisation du cannabis et la psychose sur la mortalité .

MÉTHODES

La cohorte se composait de 50373 hommes suédois recrutés en 1969 et 1970 pour la formation militaire obligatoire. Plus de 93% des hommes étaient âgés de 18 ou 19 ans. Tous les hommes ont rempli deux questionnaires. Le premier concernant le milieu social, les conditions d'éducation, les amitiés, les relations, les attitudes, et l'adaptation à l'école et au travail. Le deuxième concerne l'utilisation d'alcool , de tabac et d'autres substances . Tous les sujets ont été évalués par un psychologue et ceux présentant des symptômes psychiatriques ont été référés à un psychiatre.

En raison du faible nombre de décès parmi les sujets atteints d'un trouble psychotique, l'étude a comparé les résultats de ceux qui ont déjà consommé du cannabis avec ceux qui ne l'avaient jamais consommé.

La cohorte a été suivie à partir de 1969 jusqu'au 2011.

RESULTATS ET DISCUSSION

Dans cette étude, les auteurs ont constaté que les hommes avec une histoire de forte consommation de cannabis avaient un risque significativement plus élevé de décès ( 40 % ) sur les 42 ans (période de suivi) que ceux sans antécédents de consommation de cannabis . Grâce à la prolongation de la durée de la cohorte, les conscrits avaient atteint un âge où les effets somatiques néfastes de la consommation de cannabis étaient plus susceptibles d' être évidents au contraire de l'ancienne cohorte qui n'a pas trouvé de risque accru de mortalité associé à la consommation de cannabis

Environ 10% des personnes qui n'ont jamais utilisé du cannabis, et un tiers à la moitié de ceux qui l'utilisaient quotidiennement, deviendront dépendantes et continueront à l'utiliser malgré les problèmes rencontrés.

L'étude a trouvé que le groupe de sujets ayant des antécédents de consommation de cannabis modérée ou forte avait un pourcentage de décès significativement plus élevée dus à la blessure accidentelle ou intentionnelle que le groupe sans ATCD de consommation . il est possible que la consommation de cannabis pourrait déclencher des actes impulsifs conduisant finalement à la mort.

Cependant, les auteurs de ce travail n'ont pas trouvé un risque accru de suicide parmi les utilisateurs de cannabis.

Les données de la recherche d'un lien entre la consommation de cannabis et le cancer sont contradictoires, mais il y a des raisons de penser que la consommation de cannabis peut causer certaines formes de cancer, notamment le cancer du poumon.

Pour la relation entre la consommation de cannabis et les décès par des maladies cardiovasculaires, les résultats de la recherche suggèrent que le cannabis peut causer la mort chez les individus vulnérables, mais une preuve est nécessaire avant de tirer des conclusions définitives.

L'introduction des antipsychotiques de deuxième génération dans les années 1990 a diminué le risque de mortalité chez les individus psychotiques qui consomment du cannabis. Cela a été suggéré dans un examen par Wobrock et al . dans lequel les anti-psychotiques de deuxième génération se sont avérés avoir une plus grande efficacité que les antipsychotiques classiques dans la réduction de la consommation de substances chez les patients atteints de schizophrénie .

Les médicaments ne sont pas le seul facteur qui peut affecter l'association entre la consommation de cannabis et le risque de décès chez les psychotiques , mais d'autres facteurs, tels que le soutien psychologique et social et le type de soins , ont eu également un impact sur le risque du décès .

CONCLUSION

L'étude a montré que les sujets avec des ATCD de consommation de cannabis ont un risque accru de décès au cours du suivi, alors que les antécédents de consommation de cannabis n'augmentent pas le taux de mortalité chez les sujets atteints de troubles psychotiques, et cette étude n'a pas trouvé un effet d'interaction entre la consommation de cannabis et le diagnostic de troubles psychotiques, en ce qui concerne la mortalité.

Dr Zakaria Hammani
Service de psychiatrie
CHU Hassan II Fès
Le 24/08/2016


Affichage Affichages : 517

Recherche