Recherche > Revue de presse > Association entre la participation tardive aux activités intellectuelles et la diminution du risque de démence chez les personnes âgées chinoises

Association entre la participation tardive aux activités intellectuelles et la diminution du risque de démence chez les personnes âgées chinoises


INTRODUCTION

Trouver des moyens de retarder ou de prévenir l'apparition clinique de la démence est désormais une priorité absolue, car le traitement curatif de cette maladie fait défaut et les populations vieillissent rapidement.

La participation à des activités intellectuelles comme lire des livres et jouer à des jeux peut aider à réduire le risque de démence chez les sujets âgés.

Dans cette étude, les auteurs ont suivi le statut cognitif d'une grande cohorte bien caractérisée de sujets âgés vivant à Hong Kong, qui étaient indemnes de démence au départ. L'objectif était d'examiner si la participation tardive aux activités intellectuelles était associée à un risque moindre de démence dans les années suivantes, indépendamment des autres facteurs liés au mode de vie et à la santé.

 

METHODES

 

Il s'agissait d'une étude observationnelle longitudinale menée auprès de tous les centres de santé des personnes âgés du département de la santé du gouvernement de Hong Kong parmi 15 582 Chinois vivant dans la communauté âgée de 65 ans et plus, exempts de démence, avec des évaluations de base effectuées le 1er janvier au 30 juin 2005, et les évaluations de suivi effectuées du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2012. L'analyse statistique a été effectuée du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2016.

Les critères d'inclusion pour cette étude étaient l'âge de 65 ans ou plus, l'origine ethnique chinoise et la vie dans la communauté. Les critères d'exclusion étaient l'origine ethnique non chinoise ; vivre dans des foyers de soins ; avoir des antécédents d'accident vasculaire cérébral, de maladie de Parkinson ou de démence clinique ; score inférieur à la limite spécifique à l'éducation de la version cantonale de l'examen Mini-Mental State (C-MMSE)

Au cours des évaluations de santé effectuées lors des entrevues de base et de suivi, les infirmières ont utilisé un questionnaire pour déterminer la fréquence et le type d'activités de loisir pratiquées par les participants au cours du mois précédent. En utilisant un système de classification des activités de loisirs déjà validé pour les personnes âgées chinoises de Hong Kong. Les activités classées comme intellectuelles étaient la lecture de livres, journaux ou magazines, jeux de table, jeux de cartes, le pari sur les courses de chevaux.

 

Les participants ont été soumis à un examen clinique complet au départ et au suivi, y compris un historique détaillé et un dépistage cognitif tels que le test de rappel différé, le test mental abrégé et le C-MMSE.

 

RESULTATS ET DISCUSSION

 

 Au cours de l'étude, 9950 (63,9%) étaient des femmes et l'âge moyen au départ était de 74 ans (71-77 ans). Un total de 1349 individus (8,7%) ont développé une démence au cours d'une période médiane de suivi de 5 ans. Une analyse de régression logistique multivariée a montré que l'odds ratio estimé pour la démence  était de 0,71 (IC95%, 0,60-0,84; p <0,001) pour les personnes ayant des activités intellectuelles au départ, après exclusion de ceux qui développaient la démence dans les 3 ans après.

 

L’étude a constaté que la participation tardive à des activités intellectuelles était associée à un risque plus faible de démence plusieurs années plus tard. Cette association n'a pas été entièrement expliquée par d'autres habitudes de vie (exercice physique régulier, consommation adéquate de fruits et légumes et l’absence de tabagisme) ni par un large éventail de problèmes de santé physique (facteurs de risque cardiovasculaire, dépression, troubles sensoriels et mobilité réduite).

Ces résultats suggèrent qu'une participation active aux activités intellectuelles peut réduire le risque de démence ou retarder l'apparition de la démence.

Les résultats soulignent l'importance de la participation active aux activités intellectuelles dans la prévention de la démence et, du point de vue de la santé publique, la nécessité de promouvoir l'inclusion de ces activités dans l'intervention dans d es domaines multiples de la vie.

L’étude a signalé que les personnes âgées qui s'adonnent à des activités physiques régulières, en particulier à des exercices aérobiques et de l'esprit, ont moins de risque de développer une démence.

Une étude récente de Suo et al montre que l'entraînement cognitif est associé à une meilleure connectivité fonctionnelle entre l'hippocampe et le cortex frontal supérieur, alors que l'entraînement physique est associé à une plasticité structurelle positive, comme l'augmentation de l'épaisseur corticale du cingulum postérieur et la progression inversée des hyper-intensités de la substance blanche.

 

CONCLUSION

Cette étude fournit des preuves que la participation tardive aux activités intellectuelles est associée de façon indépendante à un risque plus faible de démence chez les personnes âgées. Compte tenu de l'augmentation de la population âgée dans le monde entier, la promotion d'un engagement régulier dans les activités intellectuelles pourrait aider à retarder ou prévenir la démence.

Dr Zakaria Hammani

Service  de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 29/07/2018

 


Affichage Affichages : 25

Recherche