Recherche > Revue de presse > Association du risque néonatal avec le trouble panique, trouble d'anxiété généralisé et traitement par benzodiazépines durant la grossesse

Association du risque néonatal avec le trouble panique, trouble d'anxiété généralisé et traitement par benzodiazépines durant la grossesse


JAMA Psychiatry. 2017

Introduction

L'association entre trouble dépressif majeur (TDM) et obésité pourrait résulter des mécanismes immunométaboliques, et plus particulièrement chez les patients atteints de TDM avec des caractéristiques atypiques, caractérisées par une augmentation de l'appétit et / ou du poids (A/P) pendant un épisode actif.

Les objectifs de ce travail est de déterminer si les sous-groupes de patients atteints de TDM stratifiés selon le critère A/P présentaient un degré différent de chevauchement génétique avec les caractéristiques liées à l'obésité (indice de masse corporelle [IMC] et taux de protéine C-réactive [CRP] et leptine).

Méthodes

Cette étude multicentrique a rassemblé des mesures génotypiques et phénotypiques du génome à partir de 14 ensembles de données du <<Psychiatric Genomics Consortium>>.  L’ensemble des données a été tiré des études cas-témoins, de cohortes et d'études de population, y compris 26 628 participants présentant des diagnostics psychiatriques établis et des données génotypiques. Les patients atteints de TDM ont été stratifiés en sous-groupes en fonction de la variation des symptômes A / W du DSM-IV (augmenté ou diminué).Les données sur l'IMC étaient disponibles pour 15 237 participants. Elles ont été récupérées et analysées du 28 septembre 2015 au 20 mai 2017.

Résultats et discussion

 Les données ont été recueillies auprès de 11 837 participants atteints de TDM et 14 791 sujets témoins, pour un total de 26 628 participants (59,1% de femmes et 40,9% d'hommes). Parmi les participants atteints de TDM, 5347 (45,2%) ont été classés dans l'A / P diminué et 1871 (15,8%) dans le sous-groupe où l’A / W est augmenté. 

Des variantes génétiques communes expliquent environ 10% de l'héritabilité dans les 2 sous-groupes. Le sous-groupe A / W augmenté a montré une corrélation génétique forte et positive avec l'IMC (0,53 [0,15]; P = 6,3 × 10 -4 ), alors que le sous-groupe A / W diminué a montré une corrélation inverse (-0,28 [0,14] P = 0,06). En outre, le sous-groupe A / W diminué avait un risque polygénique plus élevé pour l'augmentation de l'IMC (odds ratio [OR], 1,18, IC 95%, 1,12-1,25, P = 1,6 × 10 -10 ) et les niveaux de CRP (OR, 1,08; IC à 95%, 1,02-1,13, P = 7,3 x 10-3) et la leptine (OR, 1,09, IC à 95%, 1,06-1,12, P = 1,7 × 10 -3 ).

Les résultats ont montré que les sous-groupes dérivés partageaient en grande partie leurs antécédents génétiques, mais que leur responsabilité était spécifiquement divergente.

Aux caractères immunométaboliques, les données d'un grand consortium international ont montré que les patients présentant une dépression et une augmentation de l'appétit et / ou du poids (environ 15% des cas) présentaient un plus grand nombre de variantes génétiques de l'indice de masse corporelle.

Dans les résultats des études observatrices, ils suggèrent des liens plus forts avec les dérèglements immunométaboliques de l'obésité dans la dépression avec des caractéristiques atypiques ; en particulier, le rôle de l'augmentation de l'appétit en ce qui concerne l'IMC,  le niveau de CRP et la leptine.

 Les résultats actuels suggèrent que les associations phénotypiques établies entre les symptômes dépressifs atypiques et les traits liés à l'obésité peuvent résulter des mécanismes physiopathologiques partagés, et le développement des traitements ciblant efficacement les dérèglements immunométaboliques peut être bénéfique pour ce sous-groupe de patients.

Conclusion

 

Les associations phénotypiques entre les symptômes dépressifs atypiques et les caractéristiques liées à l'obésité peuvent découler dse mécanismes physiopathologiques partagés chez les patients atteints de TDM. Le développement d’un traitement ciblant efficacement les dérèglements immunométaboliques peut être d’une grande aide aux patients souffrant de dépression et d'obésité.

 

Dr Assia Boukniter

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 28/12/2017


Affichage Affichages : 230

Recherche