Recherche > Revue de presse > Association de l'utilisation des suppléments d'acide folique et de multivitamines avant et durant la grossesse et le risque de trouble du spectre autistique chez les descendants.

Association de l'utilisation des suppléments d'acide folique et de multivitamines avant et durant la grossesse et le risque de trouble du spectre autistique chez les descendants.


JAMA Psychiatry. 2018;75(2):176-184

Introduction :

La carence maternelle en vitamine D peut avoir un lien spécifique avec le risque de trouble du spectre de l'autisme (TSA) et de déficience intellectuelle (ID) chez les enfants. Parfois cette carence est associée à une déficience cognitive, l’augmentation des malformations du tube neural, dont l'incidence peut être réduite par la supplémentation en acide folique. Par conséquent, les suppléments d'acides gras et de multivitamines sont systématiquement recommandés aux femmes enceintes.

Les études épidémiologiques montrent des d'associations inconstantes entre la supplémentation maternelle en multivitamines avant et pendant la grossesse et le risque de TSA chez l'enfant. Des études de cas-témoins en Californie ont identifié un risque réduit de TSA chez la progéniture avec exposition à l'acide folique, 12 semaines avant et 4 semaines durant la grossesse. Ce risque a été modéré par des variantes génétiques impliquées dans l'utilisation des folates. Dans les études norvégiennes, une supplémentation en AF, 4 semaines avant et 8 semaines durant la grossesse était associée à des risques réduits de TSA et de retard du langage. Cependant, dans des études danoises du même intervalle d’exposition, l'utilisation de suppléments ne réduisait pas de façon significative le risque de TSA chez la progéniture.

 Dans la Stockholm Youth Cohort, l'utilisation de multivitamines (mais pas d'AF) signalée à environ 10 semaines de grossesse était associée à un risque réduit de TSA avec ID mais pas de TSA sans ID. Dans cette étude, les auteurs visent à examiner l'association entre la supplémentation maternelle en AF et multivitamines avant et / ou pendant la grossesse et le risque de TSA chez la progéniture.

Méthodes

Une étude de cas-témoin a été établie en reliant les registres des soins de santé de l'organisation de santé de Meuhedet qui couvre 35% des Israéliens jusqu'à l'âge de 15 ans. Les auteurs ont identifié tous les enfants atteints de TSA et un tiers choisi au hasard parmi tous les enfants nés vivants entre le 1er janvier 2003 et le 31 décembre 2007. La cohorte a été suivie de la naissance au 26 janvier 2015.

Résultats

Parmi les 45 300 enfants de l'étude (22 090 filles et 23 210 garçons, âge moyen [SD], 10,0 [1,4] ans à la fin du suivi), 572 (1,3%) ont reçu un diagnostic de TSA. L'exposition maternelle à l'acide folique et / ou aux suppléments multivitaminiques avant la grossesse était significativement associée à une plus faible probabilité de TSA chez la progéniture comparée à aucune exposition avant la grossesse (RR, 0,39; IC 95%, 0,30-0,50; P <0,001).

 L'exposition maternelle à l'acide folique et/ou aux suppléments multivitaminés pendant la grossesse était statistiquement significativement associée à une plus faible probabilité de TSA chez la progéniture par rapport à aucune exposition pendant la grossesse (RR, 0,27; IC 95%, 0,22-0,33; P <0,001). Les RR correspondant ont été estimés pour l'exposition maternelle à l'acide folique avant la grossesse (RR, 0,56, IC 95%, 0,42-0,74, P = 0,001), l'exposition maternelle à l'acide folique pendant la grossesse (RR, 0,32; IC 95%, 0,26-0,41 ; P <0.001), l'exposition maternelle à des suppléments de multivitamines avant la grossesse (RR, 0,36; IC 95%, 0,24-0,52; P <0,001) et l'exposition maternelle aux suppléments de multivitamines pendant la grossesse (RR, 0,35; 0,28-0,44; P <0,001). Les résultats sont généralement demeurés statistiquement significatifs dans les analyses de sensibilité.

Cette étude de 45 300 enfants a révélé une diminution du risque de TSA chez les enfants nés de mères ayant utilisé des suppléments d'AG et / ou de multivitamines avant et / ou pendant la grossesse, comparativement à ceux qui n'en avaient pas. L'analyse de sensibilité examinant le risque dans différents intervalles, contrôlant les différentes sources de confusion et vérifiant les hypothèses analytiques sous-tendant l'analyse statistique n'a généralement pas atténué la réduction du risque observée. L'association entre l'utilisation de suppléments de multivitamines et le risque de TSA était similaire chez les garçons et les filles.

 Cependant, l'analyse pour la progéniture féminine avait une faible puissance en raison de la petite taille de l'échantillon. De plus, parmi les parents dont les parents étaient atteints d'un trouble psychiatrique, la supplémentation en FA avant la grossesse ne réduisait pas significativement le risque de TSA. Dans toutes les classes de suppléments de vitamines examinées, l'exposition maternelle avant la grossesse n'a pas réduit le risque de TSA  chez les enfants, peut-être en raison de la non-conformité.

Les auteurs ont examiné si le RR réduit des TSA était dû à une carence en vitamine. La carence en folate avant la grossesse a été associée à des résultats défavorables chez l'enfant et à des TSA. La réduction du risque de TSA chez les enfants après exposition maternelle à l'AF et aux suppléments multivitaminiques a été atténuée après ajustement pour la carence en vitamines chez la mère. Cependant, parmi les descendants de femmes présentant une carence en vitamine ¬ qui recevaient déjà une supplémentation avant la grossesse, le risque de TSA n'a pas été réduit, ce qui exclut la possibilité que l'association soit uniquement due à la confusion des deux facteurs. Des études ultérieures des mécanismes biologiques sous-jacents pourraient nous aider à comprendre les mécanismes potentiellement modifiables des causes possibles des TSA.

L'exposition maternelle et / ou multivitaminique avant et pendant la grossesse réduisait le risque de TSA chez les enfants. Nos résultats sont cohérents avec ceux d'une étude de cohorte de naissance norvégienne montrant que l'utilisation de l'AG maternel à partir de 4 semaines avant et 8 semaines de grossesse est associée à un risque réduit de TSA chez la progéniture.11 Cet intervalle est considéré comme pertinent pour le développement de la Le système nerveux central, y compris la fermeture du tube neural, est impliqué dans le développement des structures cérébrales de base. Ces résultats n'ont toutefois pas été reproduits dans les études danoises sur l'usage maternel des AG et des compléments multivitaminiques14,15. Unique à notre étude, à notre connaissance, est la capacité à examiner l'association entre l'exposition aux multivitamines et les TSA. pour une période prolongée précédant la grossesse. L'exposition maternelle à l'AG et aux compléments multivitaminés 2 ans avant la grossesse était associée à un risque réduit de TSA chez la progéniture (tableau, modèle 4). Le risque de TSA associé à l'exposition à la vitamine maternelle était similaire avant et pendant la grossesse (tableau, modèle 2). Notre étude n'a pas pu déterminer si ce résultat est dû à la vitamine ou à une confusion non mesurée due à d'autres.

Des études futures sont justifiées pour examiner l'association entre l'exposition aux vitamines avant la grossesse et la survenue des TSA dans la descendance.

CONCLUSIONS

L'exposition maternelle à l'acide folique et aux compléments multivitaminiques avant et pendant la grossesse est associée à un risque réduit de TSA chez la progéniture par rapport à la progéniture des mères sans cette exposition.

Dr Taoufik Tabril

Service de psychiatrie

CHU HASSAN II Fès

Le 25/02/2018

 


Affichage Affichages : 183

Recherche