Recherche > Revue de presse > Association d'agrégation d'amyloïde-β cérébrale avec les fonctions cognitives chez Les personnes sans démence

Association d'agrégation d'amyloïde-β cérébrale avec les fonctions cognitives chez Les personnes sans démence


JAMA Psychiatry January 2018 Volume 75, Number 1

 

Introduction :

L'agrégation d'amyloïde-β cérébrale est un événement précoce dans la maladie d'Alzheimer. La compréhension de l'association entre l'agrégation amyloïde et les manifestations cognitives chez les personnes sans démence est importante pour une meilleure compréhension du cours de la maladie d'Alzheimer et pour la conception des essais de prévention.

 L’objectif était de déterminer si l'agrégation β-amyloïde est associée au fonctionnement cognitif chez des personnes sans démence.

Matériels et méthodes :

 Il s’agissait d’une étude transversale colligeant 2908 participants ayant une cognition normale et 4133 avec une déficience cognitive légère (MCI), à partir de 53 études multicentriques sur les  biomarqueurs amyloïdes. La cognition normale a été définie comme n'ayant aucune préoccupation cognitive pour laquelle l'aide médicale a été demandée et des scores dans la fourchette normale sur les tests cognitifs. Une déficience cognitive légère a été diagnostiquée selon des critères publiés. L'inclusion à l'étude a débuté en 2013 et est en cours. L'analyse des données a été réalisée en janvier 2017.

 La performance cognitive globale a été évaluée par le MMSE, et la performance de la mémoire épisodique a été évaluée par un test verbal d'apprentissage par mot. Les auteurs ont mesuré l'agrégation amyloïde avec la tomographie par émission de positrons ou les biomarqueurs du liquide céphalo-rachidien et ils ont été marquées comme négatives (normales) ou positives (anormales) selon des seuils spécifiques à l'étude.

Des équations d'estimation généralisée ont été utilisées pour examiner l'association entre l'agrégation amyloïde et les scores cognitifs faibles (score MMSE ≤ 27 ou score z de la mémoire ≤ 1,28) et pour évaluer si cette association est modérée par l'âge, le sexe, le niveau d'éducation ou l’apolipoprotéine E génotype.

Résultats :

Parmi 2908 personnes ayant une cognition normale (âge moyen 67.4 ans), la positivité amyloïde a été associée à des scores de faible mémoire après l'âge de 70 ans (différence moyenne dans l'amyloïde positive vs négative, 4% [IC à 95%, 0%-7%] à 72 ans, et 21% [95% IC, 10%-33%] à 90 ans) mais n'était pas associée à des scores MMSE faibles (différence moyenne, 3% [IC à 95%, − 1% à 6%], P = 16).

 Chez 4133 patients atteints de déficience cognitive légère (âge moyen 70.2 ans), la positivité de l'amyloïde était associée à une faible mémoire (différence moyenne, 16% [95% IC, 12%-20%], p <. 001) et faible MMSE (différence moyenne, 14% [IC à 95%, 12%-17%], p <. 001), et cette association a diminué avec l'âge.

De faibles scores cognitifs avaient une utilité limitée pour le dépistage de la positivité amyloïde chez les personnes ayant une cognition normale et celles avec une déficience cognitive légère. Chez les personnes ayant une cognition normale, l'augmentation liée à l'âge du score de mémoire faible correspond à l'augmentation liée à l'âge de la positivité amyloïde avec une période intermédiaire de 10 à 15 ans.

Conclusion :

Bien que les scores de mémoire faible soient un marqueur précoce de la positivité amyloïde, leur valeur comme une mesure de dépistage de l'annonce précoce chez les personnes sans démence reste limitée.

Dr Hajar Ouadoud

Service de psychiatrie

CHU Hassan II Fès

Le 27/01/2018


Affichage Affichages : 94

Recherche